The universal structure of every past-lived experience Orientation basis for the practice of the explicitation interview

The universal structure of every past-lived experience. Orientation basis for  the practice of the explicitation interview

( An answer to a question during the colloquium RIFREQ may 2015 Montpellier Fr.)

Pierre Vermersch

During my lecture and in numerous recents papers, I speak of « the universal structure of all past-lived experiences » as a permanent universal guide to pay attention and explore the understanding of the description given by the interviewed.

Someone  asked if I formalized this structure.

I have not made a real formalization, instead a systematization which allows to find easily one’s way for, on one part, the practice of the guiding and the following throught the interview and, on the other part, for the researcher,  in the stage of formalization of the data from the verbalizations collected in preparation for their analysis.

 

For a good understanding of my point of view, we have to tell apart the generic properties of all past-lived experiences from the specific properties of each sphere of the experience.

 

The universal structure relates to generic properties. It is universal because it applies and it appears within all the possible past-lived experiences.

 

A/ Universal structure of the generic properties of the past-lived experiences.

 

Fundamentally, each past experience has a temporal organization. It can be understood in several ways.

 

1/ Every past-lived experience takes place in time, takes time to occur.

It is a trivial definition, but the interest lies in its negative properties.

When an author gives the description of a lived experience without any temporality, he leaves the lived experience to favor a peculiar event wich we do not know how it began, from what stages it was concieved, how it ended for something else. For example, when often the philosophers speak about introspection, consciousness, subjective experience. All I read, by now, refers to « see a tomato », « imagine an olive », « think of some rhubarb » etc, without ever taking in account the temporal dynamics of the experience. Instead of that, when interviewing someone about an action he lived, you must ask to yourself permanently if you have succeeded in getting  the time  progress of what you listen.

 

The time development of each past-lived experience is characterized by various qualitative structures :

 

  • Radically irreversible, it occurs from now to future, therefore it matters a lot to catch the before/after of the information hold which founds the decisions, the evaluations about what genders the next experience.
  • Each temporal progress has a beginning (a relative one), a succession of stages, an end (relative) ; before each beginning is an ante-beginning which may be important to understand its development ; and after each end, there is a post-end sometimes crucial. The term of beginning and end is always relative and must be precised relatively to criteria ( as change of goal, of place, of cycle, of acting).
  • Each of these times or stages can even itself be divided up, split up into smaller detailed description units which leads to understand how the action was generated. For example, in a thesis, the student describes the fact that the first page of a software is three times read. Thusly we must know how this front page is read, and even more, how is organized the reading of the first sentence on this first page and so on…
  • Each of these stages or micro-stages has always a qualitative structure : before it has been an information seizure which fixes up the micro-aim and also the supposedly appropriate acting answer ; then the act, a micro-act and the end coming from an information seizure which let know if the act was appropriate to the goal and settles, for one part, the decision to go to the next stage. (We are then very close to the TOTE model by Miller).

 

Practicaly, the temporal splitting into micro-stages is possible by noticing the verbs of action and by the relaunch on how the person does what she does.

Practically, we take in account the qualitative structure by discovering the beginning and the end, as they are based on information holdings which validate criteria of choice, of decision (and how do you knew it was over ?) often very implicite.

 

  • Each hold of information is organized with criteria ; most of the time, we have words about the result : the judgement (I knew it was easy, everything was allright etc). It is always interesting to make the spreading of the criteria attached to the grips of information.

 

The temporal qualitative structure is mostly based on information grips which determine the choice of the beginning and the assessment of the end. So it is crucial to get the assessment criteria on an adequate level to make them understandable for the gendering of the lived action.

 

2/ Past-lived experience layers and experiencial qualities of the past-lived experiences

 

Nearby the temporal structures, each lived experience  is made of numerous aspects simultaneously developing but nevertheless they must be considered and decribed separetly : I called them layers of past-lived experience. Meaning that each one is made of a cognitive layer of mental acts ; an emotional value layer (feelings) ; a bodily layer, with sensation of posture, gesture ; a value and believes layer ; an indentity layer (who am I when I am telling that ?) ; and more.

 

They are always there, but the researcher or the practitioner may not be interested by the whole of the past-lived layers. We must always have in mind what kind of descriptive information we search according to the goal we pursue.

 

B/ Specific properties

 

Each time we examine one sort of past-lived experience which has not yet been described and about which we need to know what to describe, and what are its pertinent descriptive categories, then, to know how to question and master the universal structures of every past-lived experience is enough !

As I am doing now, if I want to compare the process of evocation genuine to the explicitation interview with the peculiar one induced in the eriksonian trance, I found myself in front of the difficult distinction between the several states of psychic minds, the several acts induced or inhibited. As such, we need to invent new descriptive categories. For example, hypnosis induces easely someone to let his arm go up by itself, how categorize this fact ? We must discover the « agentivity » category (to feel responsible of what we do) and consequently the possibility of the loss of aggressiveness peculiar to the hypnosis, which does not occur in the explicitation interview. Each time we had to explore a mental act which was not yet conceptually cleared before, we felt in a condition of impotence and error, a blindness which became transformed by successive trials taking advantage of the first failures. It was the case for describing the evocation process and the attentionnal movements, and it is still the case for the lived experiences of dissociation.

 

As a result, it is important, in the field of research strategies, to give a full status to the exploratory analysis, to emphasize a thorough case study for the falsely rigorous prospect of an important sampling.

 

To conclude

 

The idea of an universal structure of all past-lived experiences organized by qualitative temporal structures and by past-lived layers, is not a complete and a formalized theory, its aim is pragmatical : to understand how to get a description of a past-lived experience to make it understandable, whatever its contents.

 

The important privative point is to locate quickly among the past-lived examples if temporality is taken in account or not, and also which  layer is privilieged (are there any other which could be pertinent but are not taken?).

 

Finally, we must not confuse the competence acquired from the control of the marks given by the universal structure with the competence we need constantly to develop for describing some sorts of acts which have never been examined in a first person speech position (and there are lots of them!!!).

 

 

 

 

 

 

The universal structure of every past-lived experience. Orientation basis for  the practice of the explicitation intervi...

Lire la suite »

Define the past lived experience in the explicitation interview A positive and privative definition of the past lived concept

Define the past lived experience in the explicitation interview. A positive and privative definition of the past lived concept

Pierre Vermersch

( An answer to a question during the colloquium RIFREQ may 2015 Montpellier)

The explicitation interview is not a generalist one, meaning that it is not planned to question everything. It is built to reach only the past lived experience and more precisely its detailled engendering, linked to acting. It is not aimed on therapeutical clinical practice nor for the questioninings which favor the opinions, the representations and the judgments. Questionings which belong rightly to sociological or anthropological objectives.

From my experience of practicing the explicitation interview, I define the past lived on three main positive (intrinsic) properties :

  • it belongs to an unique subject
  • it refers to a singular moment
  • it is engraved in a micro frame of time (seconds and part of seconds)

The only interest of these three properties lies in the way to spot when the interviewed does not speak of his lived past, goes away from it. Yet, the fundamental hypothesis of the explicitation interview practice is that it is possible, by means of evocation , to « live again in the past », and thus the past-lived opens to passive memory of all involuntarily recorded without intention of remembrance.

 

As such, the interest of these three properties is to let know, while the subject is speaking, when he gets away from a close contact with his past-lived experience.

 

  • As soon as he leaves the first person position to speak with « one », « we » « you » or in an indirect address without subject, then the interviewer knows that the interviewed is leaving is contact with his past to go to a general experience. We need to guide him to get back his personal link to his past-lived.
  • As soon as he leaves refering to a singular moment to point : all potential cases, each times he does this, what happens when it does not work, the interviewed has left the singular moment to deal with the general case, a class of past-lived and he will no more describe his experience in describing his understanding of his experience. We need to guide him back to his singular moment which define his past-lived experience and let it be lived agan. In the explicitation interview, the understanding of the past-lived will clearly appear from the very description of the past-lived experience.
  • As soon as the interviewed speaks about a wide period of time (one hour, a day, one period, a time of life) he leaves his near contact to past-lived to overhang it with a temporal focus which does not fit to decribe detailed cognitive activities. We need to guide him to to get back to what he does when he does it with a temporal scale which let know how the acting is generated.

 

 

 

The positive definitions of the past-lived experience are therefore relatively trivial, but their interest is that they show and identifiy speech aspects which immediatly notice the loss of the past lived contact.

 

As often, it is practically more important to master the location of the privative properties which show the loss of the reference to the past-lived experience than the intrinsic properties.

 

When I define this way the past-lived experience, I am in a structural approach. I say nothing about the varieties of contents we can meet in all past-lived experiences. I named layers of past-lived the fact that each one contains cognitive, emotional, motor, identifying and spiritual aspects, and even more. I say nothing about the qualities of the past-lived experiences, their degree of presence, of awareness, the different modes of experiences.

 

The past-lived layers, as the qualities of these past-lived experiences can be explored only if the person is linked to her past-lived experience. For me, the first and main point is to discover and to guide towards evocation of a personal moment, a singular one, delicately described. Respecting and maintaining this condition make possible the questioning about all the components of this past-lived experience, according to the interests of the researcher or of the practitioner.

 

***

 

Define the past lived experience in the explicitation interview. A positive and privative definition of the past lived c...

Lire la suite »

La structure universelle de tous les vécus.

La structure universelle de tous les vécus, base d’orientation dans la pratique de l’entretien d’explicitation.

(Réponse à une question posée lors du colloque du RIFREQ mai 2015)

Pierre Vermersch

Lors de ma conférence et dans de nombreux textes récents,  je parle de la « structure universelle de tous les vécus » comme guide universel et permanent pour suivre et explorer l’intelligibilité de la description produite par l’interviewé.

Quelqu’un m’a demandé si j’avais formalisé cette structure.

Je n’ai pas produit une véritable formalisation, mais plutôt une systématisation qui permet de se repérer facilement d’une part dans la pratique du guidage et du suivi de l’entretien, d’autre part pour la recherche, dans l’étape de mise en forme des données des verbalisations recueillies en préparation à leur analyse.

Pour bien comprendre mon point de vue, il faut distinguer les propriétés génériques de tous les vécus et les propriétés spécifiques à chaque domaine de l’expérience.

La structure universelle se rapporte aux propriétés génériques. Elle est universelle parce qu’elle s’applique et elle est présente dans tous les vécus possibles.

A/ Structure universelle des propriétés génériques des vécus.

Fondamentalement, tout vécu est organisé par la temporalité. Ce que l’on peut comprendre de plusieurs façons.

1/  Tout vécu se déroule dans le temps, prends du temps à se produire.

C’est une définition triviale, ce qui est intéressant ce sont ses propriétés négatives.

Quand un auteur vous propose la description d’une expérience vécue sans aucune temporalité, il a quitté le vécu pour privilégier un événement particulier dont on ne sait comment il a commencé, par quelles étapes il s’est engendré, comment il s’est achevé pour laisser place à autre chose. C’est le cas très souvent chez les philosophes discutant de l’introspection, de la conscience, de l’expérience subjective. Tout ce que je lis en ce moment se rapporte à « voir une tomate », « se représenter une olive », « penser à de la rhubarbe », etc sans que jamais il y ait une prise en compte de la dynamique temporelle de l’expérience. Inversement, quand vous questionnez quelqu’un en entretien sur une activité qu’il a vécu, en écoutant ce qui vous est dit, vous pouvez vous poser la question en permanence de savoir si vous avez bien saisi le déroulement temporel.

– le déroulement temporel de tous les vécus est marqué par différentes structures qualitatives :

* il est radicalement irréversible, il se déroule de maintenant vers l’avenir, d’où l’importance de bien repérer les avant/après dans les prises d’informations qui fondent des décisions, des jugements d’appréciation qui déterminent la suite de l’engendrement du vécu.

* tout déroulement temporel a un début (relatif), une succession d’étapes, une fin (relative); avant chaque début est un ante-début qui peut être important pour la compréhension du déroulement ; après chaque fin, il y a une post-fin, qui peut être cruciale. Le terme de début et de fin est toujours relatif à des critères à préciser (changement de but, de lieux, de cycle, d’activité).

* chacun de ces temps, chacune de ces étapes, peut être lui-même fragmenté, décomposé dans sa description en unité plus petite, permettant d’atteindre le niveau de détail utile permettant de comprendre l’engendrement de la conduite. Par exemple, dans une thèse, l’étudiant décrit le fait que la première page d’un logiciel est lue trois fois. Automatiquement, cela renvoie à la nécessité de savoir comment est lue la première page, et plus encore, comment s’organise la lecture de la première phrase sur la première page etc …

* chacune de ces étapes et micros étapes est toujours organisés par structure qualitative : elle est précédée d’une prise d’information qui détermine le micro but et l’acte qui cherche à y répondre, elle est donc suivie par une action, une micro action, et se termine grâce à une prise d’information qui permet de savoir si son exécution a permis d’atteindre le but et détermine pour une part la décision de passer à l’étape suivante. (On est là très proche du modèle TOTE de Miller).

Pratiquement la fragmentation temporelle en micro étapes, se fait par le repérage des verbes d’action, et la relance sur comment la personne fait ce qu’elle fait.

Pratiquement la prise en compte de la structure qualitative, se fait en repérant le début et la fin, en tant que reposant sur des prises d’informations qui valident des critères de choix, de décision (Et comment vous saviez que c’était fini ? ), qui souvent est très implicites.

* chaque prise d’information est organisée par des critères, le plus souvent on a la verbalisation du résultat : le jugement (je savais, c’était facile, tout allez bien, etc). Il est toujours intéressant de faire  l’expansion des critères attachés aux prises d’informations

La structure temporelle qualitative repose beaucoup sur les prises d’informations qui orientent les choix des débuts et l’appréciation de la fin. Il est donc crucial de saisir les critères d’appréciation à un niveau d’expansion suffisant pour les rendre intelligible relativement à l’engendrement de la conduite vécue.

 

2/ Couches de vécu et qualités expérientielles des vécus

A coté des structures temporelles, toute expérience vécue est composée de nombreux aspects qui se déroulent simultanément, mais qui ne peuvent être décrits et visés que séparément : il s’agit de ce que j’ai nommé les couches de vécu. C’est-à-dire que tout vécu est composé d’une couche cognitive d’actions mentales ; d’une couche émotionnelle de valences, de sentiments, d’émotions ; d’une couche corporelle, posturale, gestuelle, ressentie ; d’une couche de croyance, de valeurs ; d’une couche identitaire (qui je suis quand je suis en train de vivre ça ? ) ; et plus.

C’est toujours présent, mais le chercheur et/ou le praticien n’est pas nécessairement intéressé par la totalité des couches de vécu. Se pose toujours la question de savoir quelle est l’information descriptive que l’on veut recueillir en fonction des buts que l’on poursuit.

 

B / Propriétés spécifiques

Chaque fois que l’on étudie un type de vécu qui n’a pas déjà fait l’objet d’une exploration descriptive, et pour lequel on a besoin de savoir qu’est-ce qui doit être décrit, quelles sont les catégories descriptives pertinents, alors le fait de savoir questionner, de maîtriser les structures universelles de tout vécu est insuffisant !

Si je veux comparer, comme je suis en train de le faire, la description du vécu de la mise en évocation propre à l’entretien d’explicitation et le vécu de l’induction de transe propre à l’hypnose eriksonnienne, je me retrouve devant la difficulté de distinguer les différents états psychiques, les différentes activités induites ou inhibée. Et pour cela, il faut inventer de nouvelles catégories descriptives. Par exemple, dans l’hypnose, il est assez facile de conduire la personne à faire en sorte qu’un bras se soulève tout seul, comment catégoriser ce fait ? Il faut découvrir la catégorie de l’agentivité (le fait de se sentir responsable de ce que l’on fait) et du coup la possibilité caractéristique de l’hypnose de la perte de l’agentivité, ce que l’on ne rencontre pas dans l’entretien d’explicitation. Chaque fois que nous avons eu à explorer un acte mental qui n’avait pas été « débroussaillé conceptuellement » auparavant, nous nous sommes retrouvé devant une forme d’impuissance et d’erreur, d’aveuglement qui s’est transformé par des reprises successives tirant parti des échecs premiers. Cela a été le cas dans la description de l’acte d’évocation, dans la description des mouvements attentionnels, c’est encore le cas dans les vécus de dissociation.

D’où l’importance dans les stratégies de recherche de donner un plein statut à l’analyse exploratoire, de privilégier une étude de cas approfondie à la perspective faussement rigoureuse d’un échantillonnage important.

 

Pour conclure

L’idée d’une structure universelle de tous les vécus organisée autour des structures temporelles qualitatives et des couches de vécu, n’est pas une théorie achevée et formalisée, son but est pragmatique : comprendre comment faire décrire un vécu pour le rendre intelligible, quel que soit ce vécu.

Le point privatif important est de repérer immédiatement dans l’exploitation d’exemples relatif au vécu s’il prend en compte ou non la temporalité, mais aussi quelle couche est privilégiée (y-en a-t-il d’autres qui auraient été pertinentes et qui sont absentes).

Enfin, il ne faut pas confondre la compétence acquise par la maîtrise des repères apportés par la structure universelle de la compétence qu’il faut sans cesse développer pour décrire des types de conduites qui n’ont jamais été étudiés dans un point de vue en première personne (et il y en a beaucoup !!!).

La structure universelle de tous les vécus, base d'orientation dans la pratique de l'entretien d'explicitation. (Réponse...

Lire la suite »

Définir le concept de vécu dans l’entretien d’explicitation

Définition positive et privative du concept de vécu.

(Réponse à une question lors du colloque RIFREQ mai 2015 Montpellier)

L’entretien d’explicitation n’est pas un entretien généraliste, au sens où il n’est pas conçu pour questionner tout. Il est construit uniquement pour faire décrire le vécu, et plus spécialement l’engendrement détaillé du vécu, lié à l’action. Il n’est pas fait pour la pratique clinique, thérapeutique, ni pour les questionnements qui privilégient les opinions, les représentations, les jugements. Questionnements qui appartiennent légitimement à des objectifs sociologiques ou anthropologiques.

Pour moi, en lien avec la pratique de l’entretien d’explicitation le vécu est alors défini par trois propriétés positives (intrinsèques) principales:

  • il appartient à un seul sujet,
  • il se réfère à un moment singulier,
  • il est inscrit dans une micro-temporalité (secondes et fraction de secondes),

Mais ces trois propriétés n’ont d’intérêt que par la manière de repérer que l’interviewé ne parle plus du vécu, s’éloigne du vécu. Or l’hypothèse fondamentale de la pratique de l’entretien d’explicitation est qu’il est possible par l’acte d’évocation de “revivre le passé” et donc le vécu passé ouvrant l’accès à la mémoire passive de tout ce qui a été enregistré involontairement sans intention de s’en souvenir.

Du coup l’intérêt de ces trois propriétés est de permettre de percevoir dans le discours du sujet quand est-ce qu’il s’éloigne d’un contact fort avec son vécu passé.

  • dès qu’il quitte l’adressage en JE, pour passer en on, en nous, en tu, ou dans un adressage indirect sans sujet, alors l’intervieweur sait que son interviewé est en train de perdre contact avec son vécu passé, pour aller vers le vécu en général. Il faut l’accompagner pour rattraper le lien personnel au vécu.
  • dès qu’il quitte la référence à un moment singulier, pour envisager : des cas possibles, chaque fois qu’il a fait ça, ce qui peut arriver si ça ne marche pas, l’interviewé a quitté le moment singulier pour traiter du cas général, d’une classe de vécu, et il va non plus décrire son vécu, mais de la compréhension de son vécu. Il faut l’accompagner pour le ramener au moment singulier qui définit le vécu et permet de le revivre. Dans l’entretien d’explicitation la compréhension du vécu apparaîtra de façon immanente à la description du vécu lui-même.
  • dès que l’interviewé s’exprime relativement à une période de temps large (une heure, une journée, une période, une époque de sa vie), il a quitté le contact avec son vécu pour le surplomber au sein d’une maille temporelle qui ne permet plus de décrire ses activités cognitives détaillées. Il faut l’accompagner pour revenir à ce qu’il fait quand il le fait à un niveau de détail temporel qui permet de comprendre comment la conduite s’engendre.

Les définitions positives du vécu sont donc relativement triviales, mais leur intérêt est de marquer et rendre identifiables les aspects du discours qui permettent de repérer immédiatement la perte de la relation au vécu.

Comme souvent, il est pratiquement plus important de maîtriser le repérages des propriétés privatives, qui manifestent la perte de la référence au vécu que les propriétés intrinsèques.

A définir ainsi le vécu, je me place dans une approche en structure. Je ne dis rien sur les variétés de contenus que l’on peut rencontrer dans tous vécus. J’ai nommé couches de vécu, le fait que chaque vécu contient des aspects cognitifs, émotionnels, moteurs, motivationnels, identitaires, spirituels et plus. Je ne dis rien sur la variété des qualités de vécu, leur degré de présence, de conscience, les différents modes d’expériences.

Les couches de vécu, comme les qualités de ces vécus, ne peuvent être explorés que si la personne est relié à son vécu. Ce qui me paraît donc premier et essentiel c’est la reconnaissance et le guidage vers l’évocation d’un moment personnel, singulier, décrit finement. Ayant obtenu le respect de cette condition, et son maintien, il est possible de questionner dans tous les aspects qui composent ce vécu et qui correspondent aux intérêts du chercheurs ou du praticien.

Définition positive et privative du concept de vécu. (Réponse à une question lors du colloque RIFREQ mai 2015 Montpellie...

Lire la suite »

Explicitation interview and memory (2)

Explicitation interview and memory (2)  Consistency beween theory and past lived evocation; Pierre Vermersch

english translation from Expliciter, 107; p38-51, 2015

My last paper ended on an observation : I could find few to no ressources in experimental psychology in the field of memory because only the results of the spontaneous memory performances were considered, while  the explicitation interview could help, accompany, guide the remembrance and therefore precisely could overcome these spontaneous limits.

How was this helpful proceeding born, how did it grow, how is it congruant with its foundations ? Do the practises emerge from these foundations ?

I will treat successively :1/ How the explicitation interview originates : on one side as a precise response to a precise methodological need : to have access directly to information which the subject and only the subject is able to give, because this matter is invisible by the observer (Vermersch 2012) ; on the other side, the explicitation interview comes from varied inspirations, like influences from  my  practice of self observation and its authentical verbal translation, and  from discovering far away past life experiences by means of psychotherapy, and at last from practising task analysis . The explicitation interview comes also from my insertion within Work Psychology  as well as the strong educational imprint from my first technical studies (technical drawing, machining). 2/ Then I will define the specificity of explicitation interview as a micro description of past lived experiences and how it takes roots into initial acting. (Vermersch 2000, Vermersch 2002,Vermersch 2014). From that specificity, several unexpected consequences will rise up :  3/  First main essential consequence : by the very fact of being lived, every event is permanently passively remembered, far more than the subject beleives he has remembered or thinks he can recall. 4/ The second amazing consequence, is the power to awake a past experience by the way of an indirect awakening intention technic. Not only unexpected awakening as in the well-known  exemple of « Proust’s madeleine », but also an intentional awakening. 5/ A third consequence is the possibility to live in the past, be present in the past instead of remembering this past .To understand this, we need to assert the existence of two very different acts of getting in relation to past : recall and evocation. Recalling is a wilful action, consciently directed by the will, abstract, un-sensorial, un-emotional, dry, mainly  about learned matter  (semantic memory) ; evocation is unintentional, embodied, concrete, nearly sensorial, even emotional, warm, giving more or less the sensation to live again.

Fundamentally, the explicitation interview will endlessly emphasize the evocation act and will make it possible because it is recognized and accompagnied from the  first-person point of view.  On the other side,  this act depends only on getting in touch with the intimacy of one’s personal past-lived experience.  Consequently, the explicitation interview practice never will ask someone to recall, which would directly activate recalling process but instead of it, suggests to « let come back »,  then moves the attention focus on past life.

The main point is that only past experience, within its relation to the person who embodied it, can create this type of memory based on the acting of evocation.

We will finally see that experimental psychology researchers  perceived this difference but did not succeded to operate it and  collected datas linked to the sole abstract memory :  recall based on an effort  to remember. Instead of it, we carefully avoid to ask an effort to remember in the course of the explicitation interview. We will see later  why.

These intire consequences will show the consistency of the revival technics aimed to guide the person towards the evocation act, then let the person stay carefully there, guiding at the same time to precisely investigate the person’s past life experience by the means of « empty sense language ».

Therefore, we have strong links betwen these components that I can sum up this way :

–    The explicitation interview is aimed exclusively at the lived past, which leads to unknown  possibilities because :

–    Each lived past always brings passive, continuous, unintentional remembrance, creating and making available an extremely wide deposit of informations which are unknown by the very one who nervertheless lived it.

–    The passive remembrance of lived past goes together with means of awakening it by the priviligied use of an aimed act based on an « awakening intention ».

–    When this awakening of the lived past is obtained, it is merely easy not to remember past but to live it again and move one’s attention’s focus among this past, following the universal properties of each lived past.

I develop the whole point and conclude about the relative interest of the remembrance issue, compared to all the possibilities furthermore.

 

1/ The beginning : how to understand the explicitation interview’s origin and its vocation to aim exclusively the lived past actions in order to find unexpected  consequences.

 

I was led, nearly obliged to use an interview technic when I intended to go further in the description and analysis of cognitive functioning in aimed activities. Go further than take in account the sole result or the length of the task, poor information of the proceeding. Go further than video recordings that I plentifully used, which was limited to the visible part of the process (Vermersch 1975, Vermersch 1976, Vermersch 1976). To document the invisible, I had to ask it to the one who lived it, because only this person was able to find it by the way of introspection, more precisely retrospection (introspection of the past).  To do so, I had to ask words, verbalization, in brief :  lead an interview. But at that time, none of interview’s technics was made for the verbalization of the lived acting, not only the research un-directive interview (Blanchet 1985, Blanchet,Ghiglione et al. 1987, Blanchet 1991) but also the countless sizes of semi-structured or comprehensive interviews peculiar to sociologic researches.  On the other side, the Piaget’s critical interview was created to induce a contradictory question to check if the child was abble to overcome the contradiction and express an invariant structure.

Furthermore, the interview’s technics were badly thought of in the area of  psychology, supposedly unprecise, inductive, leading to rebuilt rationalisations, poor. And worse, as a principle, any reference to introspection was totally  turned down by a narrow positivist science.

What was to do ?

My choice, my compromise solution was to build an interview technic always linked to a finalized activity (exercice, work, performance). It always looks for the realization proceeding consistancy (as in a crime inquiry : in all cases, one needs to check on the time, scene, tools, acting and motives to assign the suspect’s guilt. This permits a triangulation : the action decription can help the comparison between verbalisation and task analysis and also, when possible, it can be compared to acts with their traces and their observables. Therefore to create validation possibilities by crosschecking and also being in accordance whith my choice of scientific objective ( mental actions research), I focused on acting verbalization to get its explicitation which means to go further than tacit information or practises, in order to be explicited.

This did not match to many research practices. At the time, there was lots of questionning about representations and opinions. I left this field and postulated that the only way to know if a representation had a meaning was to see if it appeared in acting and though, to know the real acting. Without asking for the goal, because its sole verbalization would not inform me about its actual proceeding. The only way to know this goal was to discover the actual acting proceeding !

I was focused on action verbalization, which is only one part of past lived experience. But at the same time, the most connected part to an universal specificity of all past experience : its strong and necessary ingraving within the framework of time (see next §).

The main goal of my research was the past-lived and only the past-lived moved up by efficient actions.

I was not figuring the whole implications about memory from this exclusive focusing on past-lived experiences. To discover and understand these consequences, I suggest to go back to define past-lived concept.

In my first attempt in creating the technic, I did not ask myself any problem about possible rememorizing. I was obsessed in acceeding to potential information by means of introspection and was asking myself upon the way to be socially accepted (in fact, first by my CNRS regular evaluation).

Looking back from now, I can understand this lack of concern about remembrance by the fact I was familiar with self- observation and its groupal verbalization learned from a spiritual search, then also from my psychotherapy experience, as a client and also as a therapist. In this case, nobody asks if the client remembers (of a childhood trauma, for example) but when the person will let the memories comme back. The fact that one can recall these memories is an unquestioned evidence. In the end, to point my past surrounding, my concern upon prioritarely be informed of the action’s lived memory was fed and kept up from my tecnical training, for example the « machining scales » which needs to see froward precisely all the logical steps and if it can be made practically by a steady working. Yet, I first published a paper on « the algorithm in educational methods » (Vermersch1971), which emphasized the systematical organization of each aimed action. Innocently, I mean with no intention, I gathered lots of components leading to a technic aimed upon the verbalization of past lived acting as an organised and descriptive action.

 

2/ Define the past-lived concept and draw out its consequences

 

Main point of my proceeding, the concept of past-lived experience is wrongly simple, as if we could immediatly stay at a tautologic assessment « the lived-past is what I lived » . A better definition is interesting in order to clearly oppose it to what is not past-lived, not as simple as it seems. I will list again the positive fundamental specificities and also the indicators showing that the person left her presence to her past-lived experience. The reason is : if the fact of speaking about past-lived is so important for evocation in past-lived-again mode, then, we need to know how to percieve when it is not or no more the case, in order to guide, bring back to the verbalization of past-lived experience. The issue is both theorical : what is called past-lived ? And practical : how to appeal to the past and stay in contact whit this past-lived ?

–                      Past-lived = the past lived experience belongs to one and only one person.

A first foundamental specificity : every past-lived is the one of one person. I avoid the question of animal or artificial intelligence. More precisely, lived by only one person (not by a group, a society, a team, neither a couple etc). In a collective situation each one lives one’s proper experience.

Each person lives and consequently has one’s own lived experience, there is no doubt about it.

This specificity may seem like a commonplace.

Except that it is very easy, while verbalizing, to quit personnal speech position in term of « I », skipping to « One » for example or « We »  or to the pedagogical demonstration by the « You » (and there, you must do…) speaking of the others and no more of me. It is important to understand that the person leaves her relation to herself  when changing personnal address ; this person leaves her own experience to enlarge it. Consequently, one looses the capacity to guide her in the exploration of her past-lived. Practically, to keep this specificity activated, it means that the interviewer attentively listens the speech adress of the person in order to guide her back to herself. Be able of delicatly pass from « and then, we were all very efficient » to «  and when you were all very efficient, what were you careful of, you,? ». When I speak of remembrance « guiding », this guiding consists in attentive listening to expressions used by the interviewed in order to lead delicately the person towards the criteria respect which permit the remembrance of her own past experience.  Constantly, we will find this melting of these fundamental specificities of the goal with the listening/helping/guiding of the interviewed. We do not guide the real remembrance but we guide the conditions which allow this peculiar act of past-lived remembrance : evocation. The evocation action will only be possible by a verbalization rooted whithin the subject’s identity.

It is an important aspect of the explicitation interview process, to care about finding, creating, guiding, recovering the conditions which lead to its realization in terms of past-lived access. It is only by a first person point of view in the proceeding, and making clear its practice by the expicitation of the explicitation that I could set up precisely all these points.

 

–                      A past-lived experience is always singular, unique.

Each one is unique. Certainly,  several past experiences, sometimes may seem nearly identical. But their gathering makes a logical category : a past-lived class (« every time I turn my key in the lock »). A class of past-lived is not one experience, it is an abstraction. Nobody ever lives a class of past-lived. At every moment of one’s life, one lives a singular experience which will never identically be repeated.

So, each past experience is unique. It means, in terms of guiding, that if I want to know a person’s past-lived experience, I must guide her to the description of a singular moment, never a general experience.  The only fact of pointing ONE singular past experience permits a precise contact whith the past and permits  to go further in precisely exploring this past experience.

There again,  this past-lived specificity leads to be aware of the person’s loosing her contact with the singular experience she is speaking of.  This occurs when we hear some generalization ( « I make it like I always do »,  « and there, it depends on the way it occurs », « always you must », « every time I do… ») which shows that the person has slided off from a singular experience towards a general case, and though, is no more in contact  with her personal past-lived experience. At this moment, the main risk is the person’s speaking of her ideas, her theories, her description of what she generaly does, but not what she does when she does it , which is only reachable whithin all implicit details in the course of this unique, singular moment of past lived experience.

The explicitation interview practice needs to precisely pay attention to enunciation in order to immediatly check out the skids and to delicately recover so that the person stays right in good contact with herself and looks for her singular experience. Obviously, such a listening is to be trained by practicing in order to be assimilated.

 

            Each past-lived experience is engraved in the framework of time, because of its length, its asymetrical and irreversible movement towards future and by its successive stages of organization.

Being engraved in time’s progress is an universal specificity of each past-lived experience : it has a duration, asymetically going from now to the future without return, basis of a productive causality. This specificity is essential for us by the fact it will be the heart of our entire questioning to verify the obtained explicitation level by the precise description of its developing degrees. When we read an interview copy, when we lead an explicitation interview, the background interviewer’s questionning is to know if he gets the time progress and if not, what again is missing ? But to go deeper into this point, we need to go further by defining the proper stitching of time  in each past experience, from its generating ( which makes its efficiency).

 

The past lived experience can be defined by a micro temporality scale consistent with efficiency.

We need to size up past-lived experience within a temporal kniting which fits to its efficiency : it means by elementary acts, like those of a fraction of a second. A past-lived experience becomes explicited if, and only if it is fitted to the sort of elementary acts which compose it  and their length.

At this moment, we absolutly need to concentrate and never mix the autobiographical approach, defined by longer fractions of time, in years, days, like life events, stages of life, with our past-lived experience explicitation approach. The experience of life occured in both cases to a person ( life remains in past-lived experience ), but to my point of view, the past is defined by its consistency with its micro generation. Defined by the speed, the length of information gathering, reasonning, verbalisation and sequences of gesture, which all make this past experience. I dont deny that the lived actions also have goals or under goals overcoming a minute’s time, or that internal states vary slowly et progressively, but informing one’self directly or only in terms of goals leave unkown the reason why the acts realization or their failure are generated. You may be able to describe a piece of music in terms of large movements or smaller ones (the theme,  a patterns) but if you take the point of view of the performer, the pianist for example, his success depends on how correctly each finger press on the board, instantly foreseeing where hands and fingers must be to play correctly the next part. Obviously, we are there in the sphere of a micro phenomenology of theefficiency. But like  space scales in the field of geographical maps, there are many possible temporal scales for describing acts in terms of time description, each one being consistent  with the peculiar informative goal we look for. The main point is to use the appropriate matching between the detailled scale level and the determinate goals.

In a practical way, if we choose the micro temporality scale as a description level, we need to pay much attention to point out items which can/must be split to lead the explicitation to the level where we can understand its actual development. Typically by picking out the action verbs which tell a global action, it is easy to relaunch by splitting up the description towards the finer points of the production of acts : « then, I begin to file documents », file is a global action verb, « and when you begin to file documents, how do you begin ? » for example.

The spontaneous verbalization seldom reaches these levels of details, yet here are the expression of the implicit competences as well as most of the error causes. In the same way, we will pay attention to opinions, global assessements (« it was easy », « I had a hard time »…) in order to find criterion proof of their information value (« how did you found it easy, at that time ? ». The exceptional point lies in finding, without any trouble, this level of detail by the authentical contact with past-lived experience. From this detail level, we really are allowed to understand the reason why the action was generated and also its result. But psychologically speaking, how is it possible ? Now, we can get into the first fundamental hypothesis about memorizing : passive memory of the past-lived experiences.

I do not develop all the parts which simultaneously compose a past-lived experience such as corporal, cognitive, emotional, beliefs, identities etc. The main point is that all these part are engraved upon the micro time scale and all can be described with different degrees of scales according to the need of clearence.

 

****

 

The priority  of the explicitation interview was the choice of having the past-lived experience described, as I have just defined it.  Latter on and mostly by accident, I discovered an extraordinary specificity : every past experience is memorized in an unwilling way, therefore in a passive way. We look for a past, being sure it exists (we lived it) and sure also it has let hints we are able to reach back.

 

3/ The link between lived-past and passive memorization : retention and retention awakening (Husserl).

By the only fact of being alive and in each singular lived moment , I am constantly touched, informed, alerted, in a partly reflexive conscient way  and mainly in different forms of non-conscient ways. But to insure my life on a continuous base, I have to recognize myself within my proper identity. Each present moment has to be « retained », be the object of a retention asdefined by Husserl who made a clear analysis of this point. (Husserl 1964,1905). This retention is equivalent to a permanent, unintentional, passive memorizing (passive equals unvoluntary as I have no will to constantly memorize all I am living, « that » memorizes by itself within myself. Without this permanent passive memorizing, I could not size up a conversation, identify a comrade, find my way back home, identify myself on and on. Needless to look for an experimental proof as one can feel it by contacting a person suffering from Alzheimer illness. To  answer again every two minutes to questions already answered before is so amazing and unusual, the person have not memorized the answer you gave her several times ! Also when you are not identified by a relative while  a visit. Our conscient life memorial foundation is so obvious and totally invisible that its only loss reveals its essential, constant work, indispensable to the course of our acts and to settle our identity. We have a marvel within ourselves and it has scarcely been explored because of its silent being. This marvel is called retention, the passive memorization of our past-lived experience. Unexplored and worst, neglected by experimental psychology research which only paid attention to voluntary memorization while the explicitation interview always explores what has not been deliberatly remembered : past-lived experiences.

So we have two consequences :

The main one consists in the fact that there is a lot of information memorized inside us. Consequently, we are abble to awake again these retentions since a huge past-lived information deposit is available. Be careful ! I dont huppold the idea of recording all lived experience, the subject is not a mechanical device like a video or a tape recorder. As a matter of fact, we memorized a lot more information than we are aware of having.

The second consequence is strange, even upsetting since we do not know anything about having memorized this way. In other words, our reflexive consciousness is not at all aware of all the deposits within ourselves by the simple fact of being alive.

What mainly prevents to reach, awake these retention is the limiting belief that I dont remember, I cannot remember since, when I try, nothing comes first. Obviously, I am not aware of the fact that the way I try (by a memory effort) is precisely the way to avoid because it activates an improper act : remembrance and it blocks up the apropriate act : evocation. This negative opinion easely touches the interviewer as well : how the interviewed could recall such a thing ? Therefore I cannot succed. I called « dread » (Vermersch 2006) this feeling which overcomes us when we aim to recall a past moment. In fact, the whole situation is invisibely false : I do not know what I know and could be reached if I knew how to do or if I had an appropriate help, therfore I wrongly conclude that it is impossible.  Which is untrue ! To be nice, even so I’ll make an effort to remember, I’ll try to build again, to guess the likely way. All these efforts for recalling make difficult, even impossible the way to past-lived experience ! If we have a correct psychophenomenology of relating to past acts, we immediately see that the efforts lead always to the remembrance, largely unefficient in comparison with lived-past again, which needs evocation.

We really have a passive memorizing of the past, but to understand its awakening and its return, we need to distinguish two peculiar acts which let the past coming back to present : recall and evocation.

Gusdorf’s outstanding book « Memory and the person » ( Gusdorf 1951) made a praiseworthy extensive review of  his time (first half of the late century) points of views about memory. He shows the opposition, already well known and familiar then, between two acts of memorization. These two acts were distinguished according to chosen criterion :

ñ   between a willful recall (I want remember something) and an unwilling recall (my past comes back) ;

ñ   or for other authors, between a dry knowledge memory and a warm affective one (reviving past-lived emotions) ;

ñ   another one, very near : an abstract memory (concepts) and a concrete one (of my past-lived experience).

Experimental psychology research has left aside/ignored these distinctions. And when Tulving proposed the « episodic memory » (Tulving, Donaldson  & al. 1972) to set up the specificity of personal events memories, he did not take reference of any previous work that would inform him that he had invented the « episodic » term (Tulving 2009) but not at all the underlying idea : the concrete memory.

The whole research made with the expicitation interview has lead us to know and carefuly dinstinguish those two sorts of acts : the recall, voluntary, from an effort, abstract ; and the evocation, unvoluntary,  effortless, concrete, emotional, founded on the past-lived. Yet there is a strong link between the evocation act and the sort of content reached : the living sense. Evocation is a form, less or more, of past-lived experience, in other words, the feeling of living again in the past, not remembering it but being present again. Needless to say that past-lived experience must not be took in a literal sense, since it is impossible to live twice a moment, but it aims to caracterize the feeling to be there again, to live it again. This position stands only for what is personal, private, intimate, in short, my lived-past. Vice versa, from going on the past-lived explicitation, it was inescapable to take account the genuine specific evocation as a privilegied  access to past-lived. Evocation was imperative to me as a privilegied act leading to live again a past moment.

Going further, I need to distinguisch two times in the deliberate course of the unvoluntary evocation : the first is the access time, in other words the selective awakening of passive memory, the second is the maintaining time in order to develop past exploration by a guiding of attentional focus within the presentified past.

 

1                     Past awakening by means of an awakening intention : willing the involuntary.

 

The past awakening as a concrete memory is a wellknown fact, it is  imprevisible, spontaneously arising from a sensorial event. The interesting point of all the examples schows the past awakening as a possible event which proves the accessibility of the past, even if we do not know this possibility. Proust told a long example of past awakening by the means of a « madeleine » taste (Proust, 1987, 1929). First, he describes the spontaneous arising of the past, as an identical sensoriality echoing from past to present time. Then, when he wants to deepen that echo of the past,  and he discovers how his efforts are ineffective and counter-productive in developing this past contact which, by the end, will more plainly occur by a let-release attitude, a passive welcome. Here are all the elements of an awakening method, but its sensorial starting point is unexpeted and also unpredictable !

The past awakening is possible, always testified . The passive memory  is rightly here, spontaneously available, abble to offer itself with a warm feeling of the past being present. But would this awakening be coming by chance, given the circumstances, we could not go further. What happened to be exciting was our power to awaken this memory. How ? The answer precisely stands upon the strong differences betwen two acting : recall and evocation. First of all, we need to avoid anything that could call up the recall act, then build up the conditions for starting the evocation act, which is delicate, technically speaking, as it is an unvolontary act. Therefore, we have a negative aspect in the technic : what is not to do and is, unfortunately, easy to do first. We have too a positive part : guiding, by the words of the interviewer, the welcoming of the past awakening.

 

Avoiding everything which could lead to an act of recall therefore creating evocation conditions.

 

The interviewer’s job is using his own words, he cares about the effects of his words upon the other, what is called perlocutory effects (Austin 1970) (Vermersch 2006). If two different ways of past remembrance really exist, then we have to avoid the words leading to the first one : recall. Recalling is called up by a voluntary memory research. We must get round this « wilful » feature. Thus the first point is to be careful of never asking the person to recall, to try hard to remember. If we suggest recalling, it will lead to a memory effort and by way of consequence, will directly exclude the concrete past contact. So, the acts are not only different, but also exclusive from one another. If one is on, the other one cannot be on at the same time. The two interior positions of past memorizing are incompatible, even opposite : recall takes the past as an untemporal object, evocation is soaked in it ; recall induces, has a cleaved position, evocation leans on a unified subjective position.

Past contacting as a past-lived experience cannot come from a voluntary effort. Then, beyond the inapropriate way, how to proceed to generate thisawakening ?

As such, the interviewer will trigger the favouring conditions to let evocation act occur. I insist upon « trigger the right conditions » because it is impossible to directly ask a person to let herself   » be in an evocation act », I can only lead, trigger the fact, for the person, to be in her past by a re-living mode. Strictly identical to what we have learnt by all technics of work on one’s self since 70 years!

To do so, some carefuly choosen words are enough, most of the time. As for example, one of the possible sentences  I teach in the basic sessions of the explicitation interview . It begins with « I propose to you », which is a simple way to let the person pay attention. In other words, we must avoid any complicated expression leading the person to ask herself about what is going on. Yet, the second point : « I propose to you, if you agree », which is asking if the person consents. Questionning on the past-lived experience is intruding in the privacy of the person. So we need her consent, the person must know that we ask her consent which is not trivial and in no way considered as obvious, whatever  the exterior connections (hierarchic, personal, etc).There are intimacy stages and with the explicitation interview, we do not touch to emotion, identity, traumas, then only to the lived-past actions. This past belongs to me, my proper privacy and I make the choice of sharing it with someone else or not. We know, by practicing, that the sharing of the living past is impossible without this consent.

Next step : « I propose to you, with your consent, to take time… ». To  take time prepares the following induction, so that the person will not feel hurried in finding quickly an answer which would put her in the way of making an effort to answer : the fact we want to avoid by all means.

This preliminary  sequence ends by « …to let come back… » before precising the goal. The words have their importance, it is not a « making » which would be a voluntary act leading to recall, instead of that, let things go and more precise : let come back. The point is to prepare one’self to the return, giving up position upon which I have no power about its result. As such, « let come back » aims a let-go, effortless position ready to welcome what will come without foreseeing  what will be offered.

Here, I insist upon the words, but they are nothing without a quiet rythm of the speach, nothing without some breaks which emphasize the « taking time », nothing also without the corporal setting, the related movements, the right physical distance.The non-verbal part of comunication is not left aside.

Truly, this kind of phrase have strong inductive effects, all the useless interference has been dismissed, each word is chosen from its inductive effect. Nevertheless, the perlocutory effects are not mechanical, they are productive if and only if the person’s consent is present and if the result control is neglected or left appart (cf Nadine Faingold paper in this issue, as a good example of the control which blocks the let come back.)  This gap between the simplicity of the sentences and their strong effectiveness may seem strange. This elaboration of technical sentences is alike those developed by psychotherapy and personal development technic used during the last seventy years (Gestalt, Directed waking dream, Eriksonian hypnosis,NLP, Relaxation, Neuro language, Internal dialogue etc…) All these technics for accompany the person and work on one’s self have in common, for someone exterior, to seem completely unimportant.The words are planned to guide the person’s attention towards her inner self and not towards thinking about the words used. When the person let herself be guided by the words, then she easily changes, switches to another contact with herself. We have there a large range of practical expertise of the perlocutory effects ( how my words react on the other person) ignored by linguists as well as psychologist researchers. I only trained and transposed these to the explicitation interview practice and its goals which are not therapetical neither a help to changing, but a gathering of descriptive information, truely goals of researchers and practitioners.

 

Induce an awakening intention

 

Therefore, we have a first stage which tries to create the conditions of an intent to awake a singular past moment. When this welcoming mood is acheived, which favours the evocation act, we must give a goal, a target to that act and take much care of not leading to voluntary efforts and its immediate consequence : the misplaced settling of the abstract recalling action.

There are two more expressions on the sentences I teach : the first one defines a goal in the past, the second one prepares the following to set up the interview.

« I propose you, with your consent, to take time to let come back   a moment where you were doing x (or : an important moment when you were doing x) and you let me know by a sign when you are there… » let’s begin with the end of the sentence,  » and you let me know by a sign when you are there… », which simply clears how the person will come back to you after this silent time of welcoming what past gives out. Nothing can be done, at that welcoming time, besides being directed to the person. What comes to the person points out the intention progressing inside her. Indirectly, we let know that the person can take time to stay there, as she will indicate when to continue. If nothing comes, the interviewer will ask, after a moment : what happens when you let come back the moment you were doing x ? If the person hesitates between two ways, simply suggest to choose one. But before this ending we added « a moment when you did x », or with another criterion : « an important moment when you did x ». As such, we give a goal to the intention. Certainly, there is a target, a goal, but not closely defined, only by limiting criteria which surround an area of judicious possibilities. Prior to the interview, a negociated agreement has been settled about the goal, the relevant sort of actions and its criterion . For example if a teacher wants a report  about how an excercise has been carried on, the goal is obvious : it is the excercise ; about a practice analysis, we need to add a criterion which will sort out within numerous similar lived situations ; as a researcher, the proposal can be widely open towards what best demonstrates the action we look for. The main point is to express an aim open, meaning that it will not oblige the subject to relate (to match) to the former interviewer’s words, and also meaning an aim delimited by an interest which appears with a place, a moment, a sort of action, a criterion linked to this moment, so that what will come would be laid down by the infraconscient. We search for the coming of a past moment in the way it offers itself  and not in a seeking way. The unvoluntary search is the condition of the past coming back on a lived-past mode. And it works allright, even if it seems completly uncertain.

We must solve, in this second step, what seems conflicting : the voluntary search for an unvoluntary act : evocation. The term « Intention » means a voluntary plan of seeking a determined goal. This intention  awakes, because, even if it is voluntary, it lets an unknown answer happen, in other words, consenting in advance, without knowing, what will be given to the person and is waiting for the answer in a passive agreement way. I want something, without being wilful on the proceeding to answer, but letting the association operate. So there is a mover : the intention, and a passive way to have it moved, which means to wait for the awakening of the reply.

Awakening intention works not only for passive memory but also each time I look for/wish for an unkown inventing response . For example, in the directed waking dream, when we propose to « meet the old sage » or discover « one’s power animal » or to se « a house », we launch each time a request, hoping it will reveal information unkown to the person. Since she does not know in advance the aspect of this old sage, this house or this animal which all come as an answer to the intention. Same for the focusing technic, when answering to a precise question, we turn towards the sensorial feeling supposedly echoing. I am tuned in to this feeling by an intention which discovers this feeling. Question formulating products an intention which aims the coming of a significant bodily answer related to the question. I cannot have a prior control of the pertinence of this link, I can only launch the intention.

 

This proceeding is easier when guided by someone. When alone, it is the case of auro-explicitation, we risk being tricked by our own mind which cannot bear the oxymoron : willingly ask for the unvoluntary.

 

The past as lived again : attention mooving around the past-lived experience

 

Now we suceed in leading the person towards being in contact with  one of her past moment (and not « remembering » , we care about the words which trap in wrong description). We check about her contacting (evocation non-verbal signs, first person speech) and we pay attention to the specificity of that moment (words about its singularity). Then, we are able to guide her in exploring her past moment.

I assert this paradox : it seems we are exactly in a memory process and we are not. We are not remembering, we are living past again. Remembrance is a third person’s point of view, a conventional one, based on memory commonplace concepts as used in third person addressing. From a subjective point of view, the person using a first person addressing is not remembering but she is living again her past , she has « come back again » to her past and we absolutly need not to drive her away from this stage. We must know how to guide her within the course of this past-lived experience, without asking her to make efforts. How ?

Here again, two points : avoid what comes first in mind and do what is widely un-intuitive like all the wordings settled by the practitioners of relation since half a century, which must be practiced ( self experiencing to understand how it feels from one’s own past experience) and learned by a real training on formulation and also on precise observation of their effects.

The questionning progress do not requests to be ruled before, no need to process each step in a direct order (the begining, then first step etc) or in reverse order as cognitive interview recommends (the end, what comes before it, etc) (Fisher and Geiselman 1992).

Fundamentally we unfold the questioning from what is spontaneously  given in the begining, then we guide, we move, we stop for a moment the attentional radius wether on what came before, or on what followed, or we stay in the moment and we have it divided into its more elementary components, or we relaunch to the information search about the opinion, the decision, the expressed change of mind.

Guiding is guiding the person’s watching beam…

 

In his background, the interviewer keeps on estimating if the description is complete concerning the time development, he always  minds about the person’s speech to see if the level of detail brings a clear understanding, whether it needs to be more detailled ; even further on his background, he constantly watches if the first person adressing is maintained and if the singular past-lived experience has not been spread within a generalization form. But all these simultaneous estimations do not express in systematic ordered questions. The questionning follows, deepens, relaunches from what is told. The inner consistency is to let the person be in her past-lived act, with a warm, intimate contact with it, and « simply » shifting her attention within her past-lived experience. Consequently, we plainly must avoid any relaunch which would break off this intimate link with the past. Any questioning which makes the past a matter of thoughts, judgment, comments will get the person out of the past-lived position.

For example, rational questions,  requests for explanations, even saying « so… » or ordinary expression like « what do you think of that ? », « how do you feel it ? », all these will disconnect the person from her intimate contact and lead her towards  another cognitive act than past-lived experience.

 

The explicitation interview consistency

 

I did not want to explain in detail all available technics to lead a complete exploration of past-lived experience. I had no place and also I choose not to give commented examples since there are lots of them in the review Expliciter. Impossible to learn how to swim by mail, the only act of getting in the water will let the person learn. Every researcher who aims exploring subjectivity within a first/second person addressing (Vermersch 2014) has to become himself an expert practioner in visiting and exploring his own interior world.

My main thread is simple : I dismissed the experimental psychology data because it only took in account the spontaneous achievements while I take an interest in exceeding the obvious limits.

This exceeding leans on an interest about the lived-past, defined by its microphenomenology, thus about the stage of details where we can perceive its efficiency. This interest for the past opens the door of a deposit of informations whose limits are unknown besides the fact of being wider than what we beleive we can remember. The main point is the awakening of this passive memory which offers itself not as a remembrance but as a lived-past by the means of the evocation act.

Generating this past awakening, guiding the  attentional beam within this past is made all the way by the precise and delicate use of injunctions leading to favourable conditions and helping the person in exploring her proper past in order to bring it to thoughtful consciousness and ability to verbalize it. Most of the spontaneous expressions of the target we rightfully aim, as an interviewer, are opposite or against productive. The skill for relaunching , created and developed by the relation practicioners, consists in inducing, generating the search for the result and not asking for that result. These relaunches have nothing extraordinary, at first sight, they are a bunch of commonnesses but they build well-define perlocutory effects and they remove what prevents to get the result. I did not invent them ; I only trained  myself and managed them to fit with the help of micro phenomenology explicitation of past-lived experience.

 

Afterword : Memory and explicitation interview : go beyond the fascinating evocation !

 

I just wrote this long paper which will become a chapter of a book about the connexion between the explicitation interview and past-lived evocation. Nevertheless, I feel it nearly trivial !  Only a way to agree to a request and also an opportunity to repeat some ideas under a new angle. But I do not consider this theme as the most important for the future, even if I understand that some researchers would rightfully be fascinated in willing to prove in a more systematic way the validity of this help to remembrance. I never was. As long as it works in a satisfying way, as long as we have a satisfying understanding-even an incomplete one-of why it works, I have enough. There are so many other most interesting themes to explore !

Several more stimulating tracks appear to me : the perlocutory effects, the universal structures of the past-lived experiences, the developing of a psychophenomenology !

The explicitation interview and the perlocutory effects :

The perlocutory effects are the main tools for practicing explicitation interview, vice versa , the explicitation interview is the privilegied tool to explore them. Their common point is in considering the first person point of view which aims at a finalized act (a goal) and a productive one (entending for a result), the ability to inquire about effective subjectivity on a microphenomenology level.

The explicitation interview is nothing without a science of the perlocutory effects under the other’s subjectivity. Words to avoid are indicated all along my text, those to be favoured, each time showing their subjective effects and also those we wish to avoid at all cost. This  clear intention is only possible on the basis of a microphenomenology of the way to acess to past, and  the restraints to respect in order to stay in contact with the past under the mode of past-lived experience. Without a knowledge of these acts in the first/second person’s address, and of the effects of the words over their modulations, we could not  clearly integrate them into an explicitation interview technic. Which also means that the explicitation interview seems to me, in reverse, the best tool for exploring the perlocutory effects. They can be intimately revealed only according to the interviewer about hid perlocutory intentions (how does he want to effect the other) which only is attested by a first person addressing, then in comparing his expression with his   intention, following the comparison between expected and producted effects. To go further, we can gather information on the interviewed expectations, how he recieved the words of the other (what he understands, how he interprets them) and what are the effects over his person. This is typically what we began to document by the comments which explicit everyone’s interior world as the interview goes by.

All the relation practitioners constantly use the perlocutory effects, all the practitioners have set up empiric practice, it is time to precisely examine these effects, and it is possible only by means of documentation, only by having access to the first person point of view of the person who looks for these effects as well as the one who is the subject of these effects.

 

The universal structure of all the past-lived experiences :

 

Evocation is a necessary means to document the past-lived experiences, but the guiding of the description relies not on memory but on the knowledge of the prior structure of the past-lived experiences. It is as well important to know what to question, when to relaunch, when to divide the scale as to have the memory of it. If the questions are inappropriate, memory or not, information will not be updated. Yet, the informant generaly do not control the space categorization about descripting his own past-lived experience. He is like a novice painter who has to portray someone, he has the model in front of eyes, in that sense, he sees him, but he does not know how to manage the information which structures a face, and in this sens, he does not see him. The spontaneous relation to our past-lived experience is also that kind of naïve, it has to be relieved by a constructed knowledge about past-lived experience structure.

 

Exactly, to bring a successful conclusion to the explicitation of past-lived experience, it is not enough to have the good tools, it is necessary to know where we go, for what we wait, the criteria of the purposes of the explicitation. From the beginning, I have developed an analysis of the universal structure of all the finalized past-lived experience which is permanently used as a reference to the listening and the support of the interviewed person. The main problem is that we cannot prescribe the order and the granularity of the description, it would contradict the urge to let come the past in the way it offers. Therefore we have to welcome what is offered, in its spontaneous order, in the spontaneous granularity level where it expresses ; and from there, relaunch to help detail functional expression, stay at a moment to split realization steps, re-direct to cross some formulation of a judgment towards the criteria which underlies it etc. All the past-lived experience are taken in an asymmetric temporal structure, this stucture is organized by stages themselves realized by elementary actions that follow one another. It is a permanent guide to know to what extend the temporal structure complements itself, to locate what is still lacking. For that, we have an universal qualitative organization : every past-lived experience has a beginning, an end and a succesion that leads from one to another. But as soon as the beginning is specified, the question of the relevance of the ante-beginning arises (it is often a moment of preparation that determines, in fact, the organization of the continuation) ; and as soon as the end is clarified, the importance of the post-end must be estimated (often, the action does not stop in its result, immediate consequences are to take into account moreover, aspects of arrangement, management of relations are present).

The help to the explicitation rests not only on the guiding towards a relation to a past-lived experience and a fragmentation of the description, it rests, in fact, on the point that the interviewer has a key for reading the universal temporal structure of the progress of any possible action : it means that when an act, or a micro-act begins,  before that, an information  has necessarily been taken which determines the choice of this action ; also, when an action ends to shift to another, an information was took as a criterion of ending ; the choice of the next action is determined  by information. When an opinion is expressed, the interviewer immediatly knows he must get criteria basing this opinion ; when there is an unique qualifying word, it needs to spread into more basic qualifying ; when there is an isolated action verb, it is the way open for fragmenting the action into its elementary components.

An experienced interviewer makes constantly a task-analysis while he listens and questions, he waits for structure because he knows to identify each action structure and he uses it as a guide. All the errors we noticed afterward, while reading the protocols, are based on the loss of this regulating vision of the structured organization of each past-lived experience : loss of the temporal progress, ignorance of the articulation between the taking of information and the action, blindness on the transitions etc…

The explicitation interview is not only a technical help to past-lived evocation, it is also a vision of the organization of past-lived experience, it is articulated on a past-lived psychophenomenology.

And mutually, we need a micro-phenomenology of past-lived experiences to discover and understand the subjective dimension of the cognition.

However, even having  a practical skill in the access to past-lived experience, even undestanding the universal structure of all past-lived experiences, we can be in trouble to lead an explicitation interview. When we are in a research situation, on a facet of the subjectivity about which we never have questioned, on which there has been already no study of preliminary exploration, then, we can be left in the situation of not knowing what to question, not knowing what to describe. Or more than that, being in a form of failure, more or less complete, a preliminary step to the discovery, the invention of the categorial range which will allow to identify the composition of the past-lived experience we try to have described (by the person ?). We met with this difficulty when we wanted, for the first time, to have discribed the evocation action or the guiding of the attention, or stil, the micro transitions. The mastery of the explicitation interview is not the mastery of the categorial range of all the forms of subjective experience ! A lot, a lot is still to be done, as psychology did not allowed itself to study this sphere of research since its begining as a scientific discipline !

 

The explicitation interview within its foundations !

The explicitation interview is not just anchored in the past evocation or in the regain of consciousness, it is, at first and above all, a means to describe the past-lived experience, the past in its finalized dimension (subordinate to a purpose).

In this sense, it is not a general interview technic, it was not created for any use. It is not at all meant to gather opinions, representations, knowledges, plans. It was not made for just help the person in expression herself in general, it has no therapeutic purpose. It was created to know the action in all its dimensions : material, materialized, interior.

The only way to know internal actions is to ask the one who created/lived them to describe them. We can partly guess them from the observables, infer them, but only the person who lived them can give evidence (she can, which does not mean she will spontaneously be able to do it, and without an help to the description!).

The explicitation interview is a specialized technic in the micro-phenemenology of the lived action. And it is exactly the information which is need as well by the practitioners : teachers, coaches, trainers, ergonomists, as the researchers who take in account of cognition, whatever be their speciality (sport, art, care, education, work etc.) The micro-phenemenology of the lived action is just one way to name what appears to the subject (it is what makes a phenomenology ; a phenomenon is what appears to me) and which can be characterized by the degree of acuteness consistent with the psychical causality of this action (which fixes the micro level). However, even if we never look for gathering opinions or representations, the objectivization of the action will let us guess the opinions and the representations which underline the acts (cf. the Piguet’s example , Have you read Jean-Claude Piguet ?  (Vermersch 1996) : charity is charity only when it is charity ; in other words, the only charity lies in the effective act of charity, the thoughts of charity, the words of charity are not charity).

The explicitation interview serves a psychology of the cognition, it applies to the part that may take a psycho phenomenology, the part which documents the cognition from the first person point of view and the second person towards the widened project of a complete psychology taking in account the external observation as well as the internal one.

 

 

Austin, J. (1970). Quand dire c’est faire. Paris, Le seuil.

Blanchet, A. (1985). L’entretien dans les sciences sociales. Dunod, Paris.

Blanchet, A. (1991). Dire et faire dire. Paris, Colin.

Blanchet, A., et al. (1987). Les techniques d’enquete en sciences sociales. Paris, Bordas.

Fisher, R. P. and R. E. Geiselman (1992). Memory-enhancing techniques for investigative interviewing: The cognitive interview, Charles C Thomas, Publisher.

Gusdorf, G. (1951). Mémoire et personne(2). Paris, PUF.

Husserl, E. (1964, 1905). Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps. Paris, PUF.

Lifshitz, M., et al. (2013). « Hypnosis as neurophenomenology. » Frontiers in human neuroscience 7.

Proust, M. (1987, 1929). A la recherche du temps perdu(trois vol). Paris, Bouquins  Robert Laffont.

Tulving, E. (2009). « J’ai révélé « la mémoire épisodique ». » La Recherche(432): 88.

Tulving, E., et al. (1972). Organization of memory. New York,, Academic Press.

Vermersch, P. (1971). « Les algorithmes en psychologie et en pédagogie : Définitions et intérêts. » Le Travail Humain 34(1): 157-176.

Vermersch, P. (1975). « L’apprentissage du réglage de l’oscilloscope. Essais d’application de la théorie opératoire de l’intelligence à l’adulte. » Psychologie française 20(3): 77-103.

Vermersch, P. (1976). « L’apprentissage du réglage de l’oscilloscope. Régulation conceptuelle et régulation agie. » Travail Humain 2(39): 357-368.

Vermersch, P. (1976). Une approche de la régulation de l’action chez l’adulte : déséquilibre transitoire registres de fonctionnement et micro genèse. Un exemple : l’analyse expérimentale de l’apprentissage du réglage de l’oscilloscope cathodique. Paris, EPHE- Paris V.

Vermersch, P. (1996). « Avez-vous lu Piguet? » Expliciter 13(12-16).

 

Vermersch, P. (2000). « Définition, nécessité, intérêt, limite du point de vue en première personne comme méthode de recherche. » Expliciter 35(mai): 19-35.

Vermersch, P. (2002). « L’explicitation phénoménologique à partir du point de vue radicalement en première personne. » Expliciter(36): 4-11.

Vermersch, P. (2006). « Analyse des effets perlocutoires : schémas pour un exposé. » Expliciter 63: 8-9.

Vermersch, P. (2006). « Rétention, passivité, visée à vide, intention éveillante. Phénoménologie et pratique de l’explicitation. » Expliciter(65): 14-28.

Vermersch, P. (2012). Explicitation et phénoménologie. Paris, PUF.

Vermersch, P. (2014). Le dessin de vécu dans la recherche en première personne. Pratique de l’auto-explicitation. Première, deuxième, troisième personne. N. Depraz. Bucarest, Zetabooks: 195-233.

 

 

 

 

Vermersch, P. (1996). « Avez-vous lu Piguet? » Expliciter 13(12-16).

 

 

Explicitation interview and memory (2)  Consistency beween theory and past lived evocation; Pierre Vermersch english tra...

Lire la suite »

L’entretien d’explicitation et la remémoration (2)

(première version d’un article à paraître dans Expliciter 107)  Cohérence entre théorie et pratique de l’évocation du vécu.

 Dans l’article précédent, je m’étais arrêté au constat que je trouvais peu ou pas de ressources dans la psychologie expérimentale de la mémoire parce qu’elle travaillait uniquement sur le constat des limites des performances mnémoniques spontanées et que l’entretien d’explicitation travaillait lui à aider, accompagner, guider,  la remémoration, et donc précisément, à dépasser ces limites spontanées.

Comment la forme de cette aide s’est-elle développée dans sa genèse, comment est-elle justifiée  par ses fondements ? Les pratiques découlent-elles de ces fondements ?

J’aborderai successivement : 1/ les origines de l’entretien d’explicitation : d’une part comme réponse à un besoin méthodologique bien précis : avoir accès aux informations que seul le sujet pouvait donner, parce qu’invisible à l’observateur (Vermersch 2012) ; d’autre part, comme inspirations non questionnées  issues de différentes influences formatrices : que ce soit mon éducation à la pratique de l’observation de soi et sa verbalisation authentique, ou bien par la pratique de l’accès à la mémoire des vécus lointains par la psychothérapie, ou enfin par la pratique de l’analyse de la tâche et de l’activité[1] par mon insertion dans le milieu de la psychologie du travail, mais tout autant par la forte empreinte éducative de mon cursus  technique initial (dessin technique, usinage). 2/ Dans un second temps, je définirai la spécificité de l’entretien d’explicitation comme micro description du vécu (passé) et son ancrage dans le rapport initial à l’action (Vermersch 2000, Vermersch 2002, Vermersch 2014). De cette spécificité vont se dégager de nombreuses conséquences imprévues : 3/ Première conséquence essentielle : par le seul fait d’être vécu, tout vécu fait l’objet en permanence d’une mémorisation passive, bien au delà de ce que le sujet croit savoir qu’il a mémorisé ou qu’il croit pouvoir se souvenir. 4/ Seconde conséquence, énorme, c’est qu’il est possible d’éveiller le vécu passé par une technique indirecte d’intention éveillante. Pas seulement un éveil imprévu, comme dans le célèbre exemple de la madeleine de Proust, mais un éveil provoqué.  5/ Une troisième conséquence est qu’il est possible, non pas de se rappeler du passé, mais de vivre dans le passé, d’être présent dans le passé. Pour le comprendre, on aura besoin de poser l’existence de deux actes très différents de relation au passé : le rappel et l’évocation. Le rappel est volontaire, marqué par un effort, abstrait, non sensoriel, non émotionnel, sec, principalement impliqué dans le rappel des connaissances (mémoire sémantique dans le langage anglo saxon) ; l’évocation est involontaire, incarnée, concrète, quasi sensorielle, émotionnelle quand le passé l’était, chaude, donnant le sentiment plus ou moins poussé de retrouver la vie du passé.

Ce qui est fondamental c’est que l’entretien d’explicitation va sans cesse privilégier l’acte d’évocation, et peut le faire d’une part parce que d’un point de vue en première personne elle sait le distinguer et l’accompagner, et d’autre part parce que cet acte n’est possible qu’en relation avec l’intimité de son propre vécu. De ce fait, l’entretien d’explicitation va pratiquer une approche qui ne demandera jamais à l’autre de se souvenir, pour ne pas déclencher une activité volontaire qui éveillerait immédiatement un acte de rappel, à la place il va toujours suggérer de « laisser revenir », puis de déplacer la visée attentionnelle dans la vie du passé.

Ce qui sera fondamental est que seul le vécu, dans sa relation à la personne qui l’a incarné, peut donner lieu à ce type de mémoire basée sur l’acte d’évocation.

On verra que la psychologie expérimentale a fini par prendre en compte cette différence, mais n’a pas su l’exploiter, et a même collectionnée les données liées à la seule mémoire abstraite : le rappel, basée sur un effort pour se souvenir. Dans l’entretien d’explicitation ce que nous évitons à tout prix, c’est de demander à la personne de faire un effort pour se souvenir. Nous verrons pourquoi.

On pourra de cet ensemble de conséquences montrer la cohérence des techniques de relance pour guider la personne vers l’acte d’évocation, puis l’y conserver soigneusement, tout en la guidant dans l’exploration détaillée de son vécu passé grâce à des techniques de « langage vide de contenu ».

On a donc des liens puissants entre ces éléments, que je peux déjà résumer ainsi :

– L’entretien d’explicitation vise exclusivement le vécu passé, ce qui ouvre des possibilités inédites parce que :

– Tout vécu s’accompagne de sa mémorisation passive continue involontaire, ce faisant est créé et devient potentiellement disponible un gisement d’informations extraordinairement étendu, quoique ignoré par celui la même qui l’a pourtant vécu.

– La mémorisation passive du vécu s’accompagne d’une possibilité d’éveil de ce vécu par la mobilisation privilégiée d’un acte de visée basé sur une « intention éveillante ».

– Une fois cet éveil du vécu passé réalisé, il est assez facile, non pas de se rappeler le passé, mais de le revivre et de déplacer sa visée attentionnelle au sein du passé en suivant les propriétés universelles de tout vécu.

Je développe ce schéma d’ensemble et je conclurais sur la relativisation de l’intérêt du thème de la remémoration par rapport à tout ce qui est possible au-delà.

 

1/ Le point de départ : comprendre les origines de l’entretien d’explicitation et sa vocation à cibler exclusivement les vécus d’action (passés) pour en tirer les conséquences imprévues à l’origine.

 

L’utilisation d’une technique d’entretien s’est imposée à moi quand j’ai voulu aller plus loin dans la description et l’analyse du fonctionnement cognitif dans des activités finalisées. Plus loin que la prise en compte du seul résultat ou de la durée de travail, indicateurs pauvres qui ne prenaient pas du tout en compte le processus. Plus loin que l’enregistrement vidéo que j’avais utilisé abondamment, parce que celui-ci était limité à ce qui était visible du processus (Vermersch 1975, Vermersch 1976, Vermersch 1976). Pour documenter l’invisible, il fallait le demander à celui qui le vivait, parce que lui pouvait en faire  l’introspection, ou plus précisément une rétrospection (introspection se rapportant au passé). Pour ce faire il fallait le lui demander, solliciter ses verbalisations, bref conduire un entretien. Mais, à l’époque, aucune technique d’entretien connue n’était conçue pour faire verbaliser l’action vécue[2], pas plus l’entretien non directif de recherche (Blanchet 1985, Blanchet, Ghiglione et al. 1987, Blanchet 1991), que les innombrables format d’entretiens semi-structurés ou compréhensifs propres aux pratiques d’enquêtes sociologiques. Et l’entretien critique piagétien était conçu pour induire une question contradictoire afin de vérifier si l’enfant était capable de dépasser la contradiction et manifester la construction d’un invariant. Par ailleurs, les techniques d’entretien avaient très mauvaise presse en psychologie, réputées imprécises, inductives, poussant à la rationalisation d’après coup, pauvres. Et pire, toute référence à l’introspection était totalement exclue par principe par la science étroitement positiviste.

Que faire ?

Mon choix, mon compromis, a été de construire une technique d’entretien se rapportant toujours à une activité finalisée (exercice, travail, performance). Activité dont on pouvait efficacement cerner la cohérence de réalisation (comme l’enquête sur un crime : dans tous les cas il faut établir la possibilité de temps, de lieu, d’instrument, de procédés, de motivation, pour que le suspect soit le coupable). Ce qui rendait possible une triangulation : faire décrire l’action permettrait de confronter les verbalisations à l’analyse de la tâche et quand c’était possible à l’analyse de l’activité à partir des traces et des observables. Donc, pour ouvrir des possibilité de validation par recoupement et pour des raisons de choix d’objet scientifique (j’étudiais les actions mentales), je me suis centré sur la verbalisation de l’action, dans l’idée d’en produire son explicitation (c’est-à-dire dépasser les connaissances et les pratiques tacites et/ou implicites, les rendre explicite).

Cela allait à l’encontre de bien des pratiques de recherche. A l’époque on questionnait beaucoup sur les représentations, sur les opinions. Et je quittais ce terrain là, en postulant que la seule manière de savoir si une représentation avait un sens, c’était de savoir si elle s’actualisait dans l’action, et donc de connaître l’action effectivement produite. Je ne demandais pas le but, parce que la verbalisation du but seule, ne m’informerait pas du fait qu’il a été effectivement poursuivit. On ne peut le savoir qu’en découvrant le but immanent au déroulement des actions effectivement produites !

J’étais centré sur la verbalisation de l’action, qui n’est qu’une des facettes du vécu. Mais en même temps, la facette la plus connectée à une propriété universelle de tout vécu : son inscription forte et nécessaire dans une trame temporelle organisatrice (voir le § suivant).

Ce qui était au centre de mon projet, c’était le vécu et seulement le vécu, dont les actions qui le compose en sont l’élément moteur, efficient.

Je ne mesurais pas alors toutes les implications relativement à la mémoire de cette centration exclusive sur le vécu. Et pour les découvrir et les comprendre, je vous propose d’abord, un retour sur la définition du concept de vécu.

En fait dans cette première étape de création de la technique, je ne me posais aucun problème relativement à la remémoration possible. J’étais juste obsédé par l’idée d’avoir accès à des informations potentiellement disponibles grâce à l’introspection, et je me demandais comment rendre cette démarche socialement acceptable (en fait, d’abord aux yeux de la commission du CNRS qui m’évaluait régulièrement). Je peux comprendre, a posteriori, cette absence de préoccupation par rapport à la remémoration, par ma familiarité avec l’observation de soi et sa mise en mots en groupe, dont j’avais fait l’apprentissage dans un cadre d’une recherche spirituelle, puis avec mon expérience de la psychothérapie, aussi bien comme client que comme professionnel. Dans ce dernier cadre, personne ne se demande si le client va se souvenir (d’un trauma infantile par exemple), mais quand elle va laisser remonter le souvenir. Le fait qu’elle puisse retrouver ces souvenirs est une évidence non questionnée. Enfin, pour resituer ma culture de l’époque,  ma démarche  de m’informer en priorité du vécu de l’action était nourrie et soutenue par ma formation technique, par la pratique des « gammes d’usinage » par exemple, qui demande d’anticiper de façon réglée toutes les étapes logiques et matériellement effectuables d’un travail particulier. J’ai d’ailleurs commencé à publier sur « les algorithmes en pédagogie » (Vermersch 1971), privilégiant la dimension organisée systématique propre à toute action finalisée. Naïvement, je veux dire sans aucune préméditation, j’avais donc réuni beaucoup d’ingrédients qui conduisaient à une technique centrée sur la verbalisation de l’action vécue, comme activité organisée et descriptible.

 

2/ Définir le concept de vécu et en tirer les conséquences

 

Mais le concept de vécu, s’il est au centre de ma démarche, est faussement simple, comme si on pouvait s’arrêter immédiatement à une déclaration de principe tautologique « le vécu c’est ce que j’ai vécu ». L’intérêt de mieux le définir est de pouvoir l’opposer clairement à ce qui n’est pas du vécu, et ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Je vais reprendre la liste des propriétés fondamentales positives qui me servent à définir le vécu et tout autant les repères qui signalent que la personne qui parle a quittée la présence à son vécu, puisque si le fait de parler de son vécu est si important pour la remémoration dans le mode du revécu, il faudra savoir repérer quand ce n’est pas/plus le cas, afin de  pouvoir la guider, la ramener vers la verbalisation à partir du vécu. L’enjeu est donc à la fois théorique : qu’est-ce que j’appelle  un vécu ? Et pratique : comment accéder et rester en contact avec ce vécu (passé) ?

–       Vécu =  le vécu d’une personne et d’une seule.

Une première propriété fondamentale de tout vécu, est qu’il a été vécu par une personne. Je laisse de côté la question de l’intelligence animale ou artificielle. Et plus précisément vécu par une seule personne (pas un collectif, pas une société, pas une équipe, pas un couple etc). Dans un cadre collectif chaque personne vit quand même son propre vécu.

Toute personne vit, et a donc une succession de vécus, c’est une certitude.

Cette première propriété peut sembler triviale.

Sauf, qu’il est très facile dans le cours de la verbalisation de quitter l’adressage personnel en Je, en passant au « On » par exemple, ou au « Nous, »  ou à la démonstration pédagogique par le « Tu » (et là , il faut que tu fasses …), en parlant des autres et plus de moi. Il faut bien comprendre que lorsque la personne qui parle quitte le rapport à elle-même en changeant d’adressage, elle décroche de la relation à son propre vécu, pour l’élargir. Ce faisant on perd la possibilité de la guider dans l’exploration de son propre vécu. Pratiquement, cela signifie que pour garder active cette propriété, il faut que l’intervieweur écoute attentivement l’adressage utilisé par la personne, pour pouvoir le cas échéant la guider vers un retour à soi. Savoir passer délicatement de « et là nous étions tous très efficace », à « et quand vous étiez tous très efficace, à quoi vous, vous étiez attentive ? ». Quand je parle de « guidage » de la remémoration, ce guidage repose sur une écoute attentive des formulations utilisées par l’interviewé, de manière à ramener la personne délicatement vers le respect des critères qui permettent la remémoration de son propre vécu. On va retrouver sans cesse, ce mélange entre propriétés fondamentales de ce qui est visé et l’écoute/l’aide/ le guidage de l’interviewé. Ce n’est pas un guidage de la remémoration à proprement parlé, mais un guidage des conditions qui permettent cette acte de remémoration particulier de revécu, d’évocation. L’acte d’évocation ne sera possible que par un ancrage de la verbalisation dans l’identité du sujet.

C’est un point important dans la démarche qui organise l’entretien d’explicitation, de prendre en compte le repérage, la création, le guidage, la récupération des conditions qui permettent sa réalisation en termes d’accès au vécu passé. Seule une démarche intégrant le point de vue en première personne, et clarifiant sa pratique par une explicitation de l’explicitation, a permis de préciser progressivement tous ces points.

 

–       Un vécu est nécessairement toujours singulier, unique.

De plus, chaque vécu est unique. Certains moments vécus peuvent sembler quasiment identiques bien sûr. Mais leur rassemblement  constitue alors une catégorie logique : une classe de vécu (toute les fois où je tourne la clef dans la serrure). Une classe de vécu, n’est pas un vécu, c’est une abstraction. Personne ne vit jamais une classe de vécu. A chaque instant de sa vie, il vit un vécu singulier qui ne se répétera pas à l’identique.

Chaque vécu est donc singulier. Ce qui veut dire en terme de guidage, que si je veux m’informer du vécu d’une personne, je dois la conduire à me décrire un moment singulier, jamais un vécu en général. Seul le fait de se rapporter à UN vécu singulier permet d’être en contact avec le passé de façon précise et permet d’approfondir l’exploration détaillée de ce passé.

Là encore, cette propriété du vécu incite à être vigilant à tous les signaux qui montrent que la personne a perdu contact avec la singularité du vécu dont elle parle. Ainsi dès que l’on entend des généralisations, (je fais comme d’habitude ; et là, ça dépend comment ça se présente ; il faut toujours … ; la plupart du temps je fais …) qui signalent que la personne à glissée d’un vécu singulier à un cas général, et n’est plus en prise avec son vécu. Le risque fondamental à ce moment est que la personne verbalise ses conceptions, ses théories, ses représentations sur ce qu’elle fait en général, mais pas ce qu’elle fait quand elle le fait et qui n’est accessible dans ses détails implicites que dans le revécu d’un moment singulier, unique.

La pratique de l’entretien d’explicitation suppose une écoute très attentive de la structure de l’énonciation, de façon à diagnostiquer immédiatement les dérapages et les rattraper délicatement pour que la personne reste bien en contact avec elle-même et vise un vécu singulier. Il est bien évident qu’une telle écoute doit faire l’objet d’un apprentissage expérientiel pour être assimilé.

 

–       Tout vécu est inscrit dans le temps, par sa durée, par le mouvement asymétrique et irréversible vers l’avenir, par son organisation en étapes successives.

Une des propriétés universelles de tous les vécus est d’être inscrit dans le temps : d’avoir une durée, d’avoir un déroulement temporel asymétrique et irréversible allant du présent vers l’avenir base d’une causalité productive. Cette propriété d’avoir un déroulement est essentielle pour nous, puisqu’elle va être le cœur du suivi du questionnement, la manière de vérifier le degré d’explicitation atteint par la précision de la description des étapes de ce déroulement. Quand on lit un entretien transcrit, quand on conduit un entretien d’explicitation, une des interrogations d’arrière-plan de l’intervieweur est de savoir s’il a le déroulement temporel du vécu, et sinon, qu’est-ce qui manque encore ? Mais pour pouvoir approfondir ce point il faut aller plus loin dans la définition de la maille temporelle propre à tout vécu, du point de vue de son engendrement (de ce qui fait son efficience).

 

– Le vécu est défini  à l’échelle d’une micro temporalité cohérente avec l’efficience.

Le vécu doit être saisi dans une granularité temporelle qui corresponde à ce qui l’engendre : c’est-à-dire les actions élémentaires, de l’ordre de la fraction de secondes. Un vécu d’action ne devient explicite que dans une approche qui s’adapte à la nature et à la durée des actes élémentaires qui le compose.

C’est là où il devient crucial de ne pas mélanger avec l’approche biographique, définie par des fractions de temps plus longues, en termes d’années, de jours, comme les événements de la vie, les périodes de la vie, et notre approche de l’explicitation du vécu. Dans tous les cas, ce dont on parle a bien été vécu par une personne (vécu= verbe vivre), mais dans l’acception où je me place, le vécu (substantif) est défini par la cohérence de son micro engendrement. C’est-à-dire par  la vitesse,  la durée, des prises d’informations, des raisonnements, des mises en mots, des enchaînements gestuels. Non pas que le vécu de l’action ne s’inscrive pas aussi dans des buts ou sous buts qui dépassent la minute, ou des variations d’états internes lents et progressifs, mais s’informer directement ou seulement à ce niveau des buts laisse invisible pourquoi la réalisation pratique des actes ou leurs échecs est engendré. Vous pouvez décrire un morceau de musique par ses grandes phases, vous pouvez descendre à des phases réduites (l’exposition du thème, une marche harmonique), mais si vous prenez le point de vue de l’exécutant, le pianiste par exemple, la réussite de son jeu, de ses actes élémentaires,  est d’abord liée à l’exécution correcte de chaque appui de touche, à l’anticipation instantanée de la position de la main et des doigts pour jouer juste la suite. On est là nécessairement dans une micro phénoménologie de l’efficience[3]. Mais comme pour les échelles des cartes géographiques dans la modalité spatiale, il existe une multiplicité possible de granularité de la description temporelle, dont chacune est cohérente avec un but informatif particulier. Ce qui paraît important c’est l’adéquation entre le niveau de détail recherché et les buts que l’on poursuit.

Pratiquement, si l’on choisit la micro-temporalité comme granularité de la description,  cela va demander d’être très attentif pour repérer les éléments qui peuvent/doivent être fragmentés pour conduire l’explicitation au niveau où on peut en saisir le déroulement effectif. Typiquement, savoir repérer les verbes d’action désignant une action globalement, permet facilement de relancer pour faire fragmenter la description et aller vers la finesse d’exécution de cette action : « et là je commence par classer les dossier », classer est un verbe d’action global, « et quand vous commencez à classer les dossiers vous commencez par quoi ?  » par exemple. La verbalisation spontanée va très rarement dans ces niveaux de détails où se situent pourtant l’expression pratique des compétences implicites et la majeure partie des causes d’erreurs. De la même façon, on va apprendre à devenir attentif aux jugements, aux qualifications globales (« c’était facile », « j’ai ramé » …) pour aller chercher les critères qui leurs donnent valeur d’informations (« à quoi vous avez reconnu à ce moment que c’était facile pour vous ?).

Ce qu’il y a d’extraordinaire c’est que le contact authentique avec le vécu passé donne accès la plupart du temps sans difficulté à ce niveau de détail. Niveaux de détail qui permettent de saisir vraiment l’intelligibilité de l’engendrement de l’action et d’en comprendre le résultat. Mais pourquoi est-ce psychologiquement possible ? Il est temps d’entrer dans la première hypothèse fondamentale relative à la mémorisation : la mémoire passive des vécus.

Je ne développe pas ici toutes les facettes qui composent simultanément un vécu, comme les différentes couches de vécu (corporel, cognitif, émotionnel, croyances, identités etc.), le point important est qu’elles sont toutes inscrites dans la micro temporalité et toutes descriptibles avec différentes granularités en fonction des besoins d’intelligibilité.

 

****

 

L’entretien d’explicitation a donc choisi en priorité de faire décrire, le vécu tel que je viens de le définir. Mais ce que je n’ai découvert que plus tard, de façon totalement imprévue, c’est une extraordinaire propriété : tout vécu s’accompagne en permanence de sa mémorisation involontaire, donc passive. Nous visons un passé dont nous sommes certains qu’il existe (il a été vécu) et qu’il a laissé des traces, et qu’il est donc potentiellement accessible.

 

3/ Le lien entre vécu et mémorisation passive : rétention et éveil des rétentions (Husserl).

 

Par le seul fait de vivre, à chaque moment singulier vécu, je suis sans cesse affecté, informé, mobilisé, de façon partiellement réflexivement consciente et de façon majoritaire dans différentes formes de non conscience. Mais pour que ma vie repose sur une continuité, pour que je me reconnaisse dans mon identité, il faut que chaque moment présent soit « retenu », fasse l’objet d’une rétention, selon les termes de Husserl qui a clairement analysé ce point (Husserl 1964, 1905).

Cette rétention est l’équivalent d’un acte involontaire de mémorisation passive permanente (passive vaut pour involontaire, au sens où je ne cherche pas délibérément à mémoriser en permanence ce que je vis, « ça » se mémorise en moi). Sans cette mémorisation passive permanente, je ne pourrais suivre une conversation, reconnaître un proche, retrouver le chemin de ma maison, me reconnaître moi-même de moments en moments. La démonstration de cette mémorisation  passive, n’a pas besoin de démarche expérimentale, elle est faite de façon saisissante par sa seule disparition, comme on peut le vivre dans le contact avec une personne atteinte par la maladie d’Alzheimer. C’est tellement inhabituel et surprenant de devoir répondre toutes les deux minutes à la même question dont la personne n’a pas mémorisée la réponse que vous lui avait déjà donnée plusieurs fois! Ou de ne pas être reconnu par un parent proche lors d’une visite. Le fondement mémoriel de notre vie consciente sur la mémoire est tellement évident, qu’il en est totalement invisible, seule sa perte nous révèle son fonctionnement constant, essentiel au déroulement de nos activités, à l’établissement de notre identité. Il existe une merveille en nous, qui n’a quasiment pas été étudiée tellement elle est toujours silencieusement présente, c’est la rétention, la mémorisation passive de notre vécu.  Non seulement elle n’a pas été étudiée, mais elle a été ignorée par la psychologie expérimentale qui ne s’est intéressée qu’à ce qui avait fait l’objet d’un mémorisation délibérée, alors que l’entretien d’explicitation s’intéresse toujours à ce qui n’a pas fait l’objet d’une telle mémorisation : le vécu.

On a donc deux conséquences :

La principale conséquence est qu’il se mémorise en nous beaucoup d’informations. Du coup, s’il est possible d’éveiller à nouveau ces rétentions, on dispose d’un gisement d’informations immense sur son propre vécu passé. Attention ! Je ne soutiens pas l’idée que nous enregistrons la totalité de ce que nous vivons, le sujet n’est pas une machine enregistreuse mécanique comme le sont une caméra ou un magnétophone. Mais il se mémorise en nous beaucoup plus d’informations que ce que nous en avons conscience.

Mais la seconde conséquence est étrange, voire dérangeante, puisque que nous ne savons pas ce que nous avons mémorisé de cette manière.  Dit autrement, notre conscience réfléchie n’est pas du tout informée de tout ce qui s’est déposé en nous du simple fait de la rétention des vécus.

Ce qui fait que la principale difficulté à accéder à ces rétentions, à les éveiller, est la croyance limitante que je ne me rappelle pas, que je ne peux pas me rappeler, puisque quand j’essaie de le faire il ne vient rien immédiatement. Bien sûr, je ne sais pas que ma manière d’essayer  (en faisant un effort de mémoire), est précisément ce qu’il faut éviter de faire, puisque cela déclenche un acte inapproprié : le rappel, et bloque l’acte approprié : l’évocation. Cette croyance négative affecte aussi facilement l’intervieweur : comment la personne interviewée peut-elle se souvenir d’un truc pareil ? Je ne vais donc pas y arriver. J’ai nommé « effroi » (Vermersch 2006) ce sentiment qui peut nous saisir devant le projet d’avoir à se rappeler d’un moment passé. En fait, toute la situation est faussée de façon invisible : je ne sais pas ce que je sais et qui pourrait devenir accessible si je savais comment m’y prendre, ou si je recevais une aide appropriée, donc je conclue de façon erronée qu’il est impossible d’y accéder. Ce qui est faux ! Pour faire plaisir, je vais faire un effort pour me rappeler quand même, je vais essayer de reconstituer, de deviner de façon plausible. Tous ces actes basés sur l’effort du rappel crée les conditions pour rendre difficile, voire impossible, l’accès au vécu passé ! Si l’on a une psychophénoménologie correcte des actes de se rapporter au passé, on voit tout de suite que les efforts conduisent immanquablement vers le rappel, qui est largement inefficace par rapport à revivre le passé. Ce revivre nécessitera l’évocation.

Il y a bien une mémorisation passive du vécu, mais pour en comprendre son éveil et sa restitution il faut distinguer deux actes très différents d’amener le passé à l’actualité : le rappel et l’évocation[4].

 

4/ Deux actes très différents de relation au passé : le rappel et l’évocation.

 

C’est le mérite du remarquable ouvrage de Gusdorf : « Mémoire et personne » (Gusdorf 1951), que d’avoir fait une revue de question très complète sur les points de vue de son époque (première moitié du 20 ème siècle) sur la mémoire. Son livre montre que l’opposition entre deux types d’actes de mémoire était déjà bien connue, familière. On distinguait ces deux acte différemment, suivant les critères qui étaient privilégiés :

–       entre une mémoire volontaire (je veux me rappeler de quelque chose) et une mémoire involontaire (mon passé se donne) ;

–       ou pour d’autres auteurs entre une mémoire sèche liée aux connaissances  et une mémoire affective, chaude (reviviscence d’émotions passées liées à mon vécu);

–       ou encore dans une idée très proche de la précédente, une mémoire abstraite (celle des concepts) et une mémoire concrète (celle de mon vécu).

Ces distinctions ont été totalement gommées/ignorées par la psychologie expérimentale. Et quand Tulving a proposé le concept de « mémoire épisodique » (Tulving, Donaldson et al. 1972), pour rendre compte de la spécificité de la mémoire des événements personnels, il n’a fait référence à aucun travaux préalables qui l’auraient informé du fait que s’il avait bien inventé le terme « épisodique » (Tulving 2009), il n’avait pas du tout inventé l’idée sous-jacente : celle de mémoire concrète.

Tout le travail accompli avec l’entretien d’explicitation nous a conduit à reconnaître et bien distinguer ces deux types d’actes, le rappel, volontaire, fait à partir d’un effort, abstrait ; et l’évocation, involontaire, sans effort, concrète, émotionnelle, basée sur le revécu. Car il y a un lien très fort entre l’acte d’évocation et le type de contenu qu’il permet d’atteindre : le vécu. L’évocation est une forme plus ou moins poussée de revécu, autrement dit de sentiment de vivre dans le passé, pas de s’en rappeler, mais d’y être à nouveau présent. Bien entendu, le terme de revécu n’est pas pris au sens strict, puisqu’il est impossible de revivre un moment passé, mais il vise à caractériser le sentiment d’être à nouveau dans le passé, de le vivre à nouveau. Cette posture n’est possible qu’avec ce qui m’est propre, intime, personnel, en bref, mon vécu. Réciproquement par le fait de poursuivre l’explicitation du vécu passé, il était incontournable que je prenne en compte l’originalité, la spécificité de l’évocation comme moyen privilégié d’accès au passé vécu. L’évocation s’est imposée à moi comme l’acte privilégié permettant de revivre un moment passé.

Pour aller plus loin, il me faut distinguer deux temps dans l’accomplissement délibéré de l’évocation involontaire : le premier est le temps d’accès au passé, autrement dit le temps de l’éveil sélectif de la mémoire passive, le second est le maintien de ce contact pour développer l’exploration du passé par un guidage de la visée attentionnelle dans le passé présentifié.

 

4.1 –  L’éveil du passé par une intention éveillante: vouloir l’involontaire.

 

L’éveil involontaire du passé comme mémoire concrète a toujours été bien connu dans son caractère imprévisible, surgissant, spontané, déclenché par un événement sensoriel. L’intérêt de ces très nombreux exemples est qu’ils démontrent que l’éveil du vécu passé est possible, que ce passé reste accessible même si on ne sait pas qu’il l’est. Dans son long exemple de l’éveil du passé par le biais du goût d’une madeleine (Proust 1987, 1929), Proust, décrit dans un premier temps le surgissement spontané du passé comme écho à une sensorialité identique entre présent et passé ; puis quand il veut approfondir cet écho du passé, il découvre le caractère inefficace et contre productif des efforts qu’il essaie de faire pour développer ce contact avec le passé, qui ne va finalement se donner plus pleinement que par un lâcher-prise, un accueil passif. On a là tous les éléments d’une méthode d’éveil, sauf que son point de départ sensoriel est imprévu et imprévisible !

L’éveil du passé est possible, il est attesté de tous temps. La mémoire passive est bien là, disponible, accessible par sa spontanéité, elle peut se redonner dans un sentiment de revécu, de présence chaude du passé. Mais si cet éveil n’était qu’aléatoire, circonstanciel, on ne serait pas beaucoup plus avancé. Ce qui est devenu intéressant, c’est que cette mémoire pouvait être éveillée délibérément. Comment ?  Pour y répondre, la démarche repose précisément sur les différences fortes entre les deux actes : rappel et évocation. Il faudra d’abord éviter tout ce qui peut mobiliser l’acte de rappel, il faudra ensuite créer les conditions du déclenchement de l’évocation, ce qui est techniquement délicat dans la mesure où il s’agit d’un acte involontaire. Il y a donc une facette technique négative : ce qu’il faut s’abstenir de faire, mais qui malheureusement vient le plus facilement en premier ; et une facette positive : le guidage par les mots de l’intervieweur d’un accueil de l’éveil du passé.

 

S’abstenir de tout ce qui pourrait induire un acte de rappel et créer les conditions de l’évocation.

 

L’intervieweur travaille avec ses mots, il est attentif à ce qu’il fait à l’autre avec ses mots, ce qu’on appelle les effets perlocutoires (Austin 1970)(Vermersch 2006). S’il existe bien deux actes différents de rapport au passé, il faut chercher à éviter tous les mots qui peuvent induire le premier : c’est-à-dire le rappel. L’acte de rappel est déclenché par une recherche volontaire dans sa mémoire. C’est cette caractéristique « volontaire » qu’il faut contourner. En conséquence, le premier point à prendre en compte est de ne jamais demander à la personne de se rappeler, ni de faire un effort de mémoire. Toute suggestion dans le sens d’un rappel va induire un effort, et exclure automatiquement le contact concret avec le passé.  Car ce n’est pas seulement qu’il y a deux actes différents, c’est de plus qu’ils sont exclusifs l’un de l’autre. Si l’un est à l’œuvre, l’autre ne peut pas l’être en même temps. Les deux postures intérieures de rapport au passé sont incompatibles, antagonistes : le rappel prend le passé comme objet atemporel, l’évocation baigne dans le passé ; le rappel induit, adopte une position dissociée, l’évocation repose sur une position subjective associée.

Le contact avec le passé comme revécu ne peut se faire par un effort volontaire. Mais alors, au-delà de ce dont il faut s’abstenir comment procéder pour produire cet éveil ?

Pour ce faire, l’intervieweur va créer les conditions favorisant l’acte d’évocation. Je dis bien « créer les conditions », puisqu’il n’est pas possible de demander directement à la personne de « se mettre en évocation », je ne peux qu’induire, susciter, le fait que la personne se rapporte à son passé sur le mode du revécu. Ce qui est exactement ce que toutes les techniques de travail de soi ont appris à créer depuis 70 ans !

Pour cela, quelques mots soigneusement choisis sont la plupart du temps suffisant. Prenons l’exemple d’une des phrases possibles que j’enseigne dans les stages de base à l’entretien d’explicitation.

Elle commence par « je vous propose », de telle façon que l’attention de la personne soit mise en attente de façon simple. Autrement dit, il faut éviter toutes les formulations compliquées qui font que l’interviewé ne sait pas au juste ce qu’on lui demande. Donc, « je vous propose, si vous en êtes d’accord … », c’est la deuxième étape : la demande de consentement. Questionner sur le vécu de l’action c’est déjà entrer dans l’intimité de la personne. Pour ce faire, il est nécessaire qu’elle y consente et qu’elle sache qu’on lui demande ce consentement, pour marquer qu’il ne va pas de soi, qu’il ne saurait en aucun cas (quelle que soit la relation existante par ailleurs : hiérarchique, personnelle, ou autre) être considéré comme acquit d’avance. Il y a des degrés d’intimité, dans l’entretien d’explicitation nous ne touchons pas aux sentiments, à l’identité, aux traumatismes, juste au vécu de l’action. Mais ce vécu m’appartient en propre et relève de mon intimité, je dois choisir de le partager avec un autre ou pas. La pratique montre que sans ce consentement le partage du vécu passé ne se fait pas.

Le pas suivant : « je vous propose, si vous en êtes d’accord, de prendre le temps … ». De prendre le temps, prépare l’induction qui va venir, dans le souci de ne pas faire pression sur la personne pour qu’elle trouve rapidement une réponse, au risque de la placer dans le projet de faire un effort pour y répondre, ce que nous voulons éviter à tout prix.

Cette séquence préparatoire se termine par « … de laisser revenir … » avant de préciser la cible. Les deux mots utilisés sont important, il ne s’agit pas d’un « faire », ce qui serait un acte volontaire qui conduirait à pratiquer un rappel, mais de laisser faire et plus précisément de laisser revenir. Il s’agit de se disposer pour que cela revienne, posture d’abandon sur laquelle je n’ai pas de prise directe quant à son résultat. Donc « laisser revenir » cherche à induire un lâcher-prise de tout effort, et à créer une disposition à accueillir ce qui va advenir, sans savoir d’avance ce qui va se donner.

J’insiste ici sur les mots utilisés, mais ils ne sont rien sans un rythme tranquille de parole, sans des pauses qui marquent, soulignent le « prendre le temps », sans la mise en place corporelle, gestuelle de la relation, de la distance physique juste, de la place. La communication est tout autant une prise en compte de la dimension non verbale.

Ce type de phrase a des effets inducteurs avérés puissants, tout ce qui est parasite a été éliminé, chacun des mots est choisi pour son effet inductif. Pour autant les effets perlocutoires ne sont pas mécaniques, il ne produisent leurs effets que si le consentement est là, que si le contrôle du résultat est abandonné, ou mis en retrait (cf. L’article de Nadine Faingold dans ce numéro, pour un bon exemple de contrôle bloquant le laisser venir). On peut être étonné du décalage entre la simplicité des formulations utilisées et la puissance de leurs effets. La mise au point de ce type de formulations rejoint toutes les compétences qui se sont développées depuis le développement des techniques de psychothérapies, de développement personnel depuis soixante dix ans (gestalt, rêve éveillé dirigé, focusing, hypnose ericksonnienne, PNL, relaxation, neuro-langage, dialogue interne, etc …). C’est un trait constant de toutes les techniques mises au point dans la pratique de l’accompagnement et du travail sur soi que le langage utilisé semble (à une personne qui n’est pas en cours d’adressage) extrêmement anodin. Le langage est conçu pour guider l’attention de la personne vers elle-même, par pour qu’elle prenne les formulations comme objet de pensée. Et quand la personne se laisse guider par les mots, alors elle peut très facilement changer d’état, changer de rapport à elle-même. Il y a là un immense champ d’expertise pratique des effets perlocutoires (qu’est-ce que je fais à l’autre avec mes mots) qui est resté ignoré des linguistes, comme des psychologues de laboratoire. Je n’ai fait que m’y former et transposer dans la pratique de l’entretien d’explicitation et ses buts spécifiques, qui ne sont ni thérapeutique, ni d’aide au changement, mais bien de recueil d’informations descriptives, mais bien des buts de chercheurs et de praticiens.

 

Induire une intention éveillante

 

On a donc une première étape qui cherche à créer les conditions pour lancer une intention qui vise l’éveil d’un moment passé singulier. Mais une fois créé cette disposition d’accueil, qui prépare de façon privilégiée à la mise en œuvre de l’évocation, il faut donner un but, une cible à cette activité, tout en conservant soigneusement le souci de ne pas pousser vers l’effort volontaire et sa conséquence immédiate : la mise en œuvre intempestive de l’acte abstrait du rappel.

La phrase que j’enseigne ajoute donc encore deux formulations : la première délimite une cible dans le passé, la seconde prépare la suite pour aller vers la mise en place de l’entretien.

« Je vous propose, si vous en êtes d’accord, de prendre le temps de laisser revenir un moment où vous faites x, (ou bien un moment important quand vous faisiez x) …. Et vous me faites signe quand vous y êtes …. »

Commençons par la fin de la phrase, « Et vous me faites signe … quand vous y êtes …. »,  elle permet simplement de clarifier comment la personne va revenir vers vous après un temps de silence, d’accueil de ce qui se donne du passé. Dans ce temps d’accueil, on ne peut rien, sinon rester présent à la personne, l’émergence qui va se faire en elle s’accompagne d’absorption intérieure[5] signe que l’intention travaille en elle. Il lui est à nouveau suggéré indirectement, qu’elle a le temps d’y être, puisque c’est d’elle que viendra le signal de la suite. Si le résultat n’est pas obtenu, l’intervieweur va demander au bout d’un moment : qu’est-ce qui se passe quand vous laissez revenir un moment où vous faisiez x ?  Si la personne hésite devant plusieurs possibilités, il est simple de lui suggérer d’en choisir une.

Mais avant ce final, nous avons rajouté « un moment où vous faisiez x », ou en rajoutant un critère «  un moment important où … ». Nous délimitons ainsi une cible à l’intention, il y a bien une visée, un but, mais il n’est pas défini étroitement, il ne l’est que par des critères qui cernent un espace de possibles pertinents. Dans les préalables de l’entretien, un but commun a été défini, et le type d’activité visé, le critère qui lui est attaché, a été négocié. S’il s’agit simplement pour un enseignant de faire le débriefing de la réalisation d’un exercice, la cible est évidente : c’est l’exercice en question ; s’il s’agit d’une analyse de pratique, il sera important d’ajouter un critère permettant qu’un tri se fasse parmi de nombreuses situations vécues comparables ; s’il s’agit d’une visée de recherche, la proposition peut être plus ouverte, vers ce qui illustre le mieux l’activité que l’on veut étudier. L’important est de formuler une visée à la fois ouverte, au sens où elle n’oblige pas le sujet à se rapporter à ce qu’aurait prédéfini l’intervieweur, et délimitée par un intérêt qui se décline par un lieu, un moment, un type d’activité, un critère attaché à ce moment, de telle façon que ce qui va venir en réponse soit dicté par l’infraconscient. On cherche à solliciter une émergence d’un moment passé, de telle façon qu’il se donne, non pas qu’il soit cherché. Le fait qu’il ne soit pas cherché volontairement est la condition pour que le moment qui vient le soit sur le mode du revécu. Et ça fonctionne très bien, alors que cela peut sembler totalement aléatoire.

Dans cette seconde étape, il s’agit de résoudre la contradiction apparente qui est de déclencher de façon délibérée (volontaire) un acte involontaire : l’évocation. Le terme  « Intention », est ici pris dans le sens de projet volontaire, de poursuite d’un but délibéré. Elle est qualifiée d’éveillante, parce que cette intention quoique volontaire accepte de laisser advenir une réponse a priori inconnue, autrement dit, accepte de ne pas savoir d’avance ce qui va se donner, et attend la réponse dans un mouvement d’ouverture passive. Je veux quelque chose, sans y mettre ma volonté pour produire la réponse, mais en laissant fonctionner les associations. Il y a donc un moteur : l’intention, et une manière de le mobiliser qui est passive, c’est-à-dire dans l’attente de la réponse qui va être éveillée.

Le fonctionnement d’une intention éveillante n’est pas limitée à l’éveil de la mémoire passive, elle est disponible chaque fois que je cherche/souhaite une réponse créative dont j’ignore la nature a priori. Par exemple dans un rêve éveillé dirigé quand on propose à la personne de « rencontrer un vieux sage », ou de découvrir « son animal de pouvoir », ou d’apercevoir « une maison », à chaque fois il est lancé une demande dont on espère qu’elle sera révélatrice d’informations nouvelles pour la personne. Car il ne connaît pas d’avance l’apparence de ce vieux sage, de cette maison, ou de l’animal qui vient en réponse à l’intention. De même, quand dans la technique du focusing, en réponse à une question soigneusement formulée, on se tourne vers le ressenti sensoriel qui est censé y faire écho, je me met à l’écoute de ce ressenti dans une intention qui découvre ce ressenti. Formuler la question a pour effet de lancer une intention qui a pour projet de laisser advenir une réponse corporelle pertinente en lien avec la question. Je ne peux pas contrôler a priori la pertinence de ce lien, je ne peux que lancer l’intention.

 

C’est beaucoup plus facile à mettre en œuvre quand on est guidé par quelqu’un. Quand on le fait tout seul comme c’est le cas dans l’auto-explicitation, il y a le risque de se retrouver piégé par son propre mental, qui n’arrive pas à accepter l’oxymore de vouloir se demander de l’involontaire.

 

–       Le passé comme revécu : déplacer l’attention dans le passé.

 

Maintenant que nous avons réussi à faire en sorte que la personne entre en contact avec un moment de son passé (pas « se souvenir », attention aux mots qui peuvent nous enfermer dans des représentations erronées), ayant vérifié qu’elle est bien en contact (signes non verbaux de l’évocation, adressage en je), ayant été attentif au caractère spécifié de ce moment (indicateurs verbaux de la singularité), il est alors possible de guider la personne dans l’exploration de son moment passé.

Le paradoxe est qu’il semble que malgré que nous soyons en pleine activité de mémoire, je soutiens qu’il n’en est rien. Je ne suis pas dans le souvenir, je suis dans le revécu. Dire que c’est du souvenir relève d’un point de vue en troisième personne, d’un point de vue convenu, basé sur les poncifs des concepts de la mémoire tels qu’on les utilise en troisième personne. Subjectivement, dans un point de vue en première personne, la personne n’est pas en train de se souvenir, elle est en train de vivre dans son passé, elle est « retournée » dans son passé, et tout doit être fait pour ne pas la détourner de cette posture. Il faut alors savoir la guider  dans le parcours de ce passé, sans lui demander de faire des efforts [6]! Comment ?

Là encore, il y a ce qu’il faut éviter, qui est en même temps ce qui vient le plus spontanément, et ce qu’il faut faire, qui est largement contre intuitif comme toutes les formulations inventées depuis plus d’un demi siècle par les praticiens de la relation, et doit faire l’objet d’une approche expérientielle (être soi-même dans l’expérience pour en comprendre les effets à partir de son propre vécu) et d’un véritable apprentissage des formulations et de l’observation fine de leurs effets.

Le déroulé du questionnement n’a pas besoin d’être systématiquement pré-ordonné[7], il n’est pas nécessaire de traiter chaque étape dans l’ordre direct (le début, puis la première étape etc.), ou comme le préconise l’entretien cognitif (Fisher and Geiselman 1992) en ordre inverse (la fin, puis ce qui précède etc.). Fondamentalement, on déroule le questionnement à partir de ce qui se donne spontanément au départ, puis on guide, on déplace, on fige momentanément le rayon attentionnel, soit vers ce qui précède, soit vers ce qui suit, soit en restant sur le moment mais en le faisant fragmenter dans ses composants plus élémentaires, soit en relançant sur les prises d’informations qui fondent le jugement, la décision, le changement exprimé.

Guider, c’est guider le rayon attentionnel de la personne …

 

En arrière plan, l’intervieweur est toujours en train d’évaluer le degré de complétude de la description relativement au déroulement temporel, il est tout le temps en train d’apprécier si ce qui est dit est bien au niveau de détail qui le rend intelligible ou s’il ne faut pas inciter à fragmenter ; encore plus en arrière plan, il évalue sans cesse le fait que l’adressage reste bien en première personne, que le caractère singulier du vécu ne s’est pas dissous dans une forme de généralisation. Mais toutes ces activités d’évaluation simultanées ne se traduisent pas par une systématisation ordonnée du questionnement. Le questionnement suit, approfondit, relance à partir de ce qui est dit. La cohérence sous jacente est de maintenir la personne dans l’acte de revécu, dans un contact chaud, intime, avec le vécu passé, et de « simplement » déplacer son attention au sein de ce revécu. Ce qui veut dire qu’il faut à tout prix éviter les relances qui vont faire sortir la personne de ce lien intime avec le passé. Toute question qui va conduire à prendre le passé comme objet de pensée, de jugement, de commentaires va sortir la personne de la posture de revécu. Par exemple, des questions rationnelles, des demandes d’explications, même l’utilisation des « donc », ou encore des formules apparemment banales du genre « qu’est ce que vous en pensez ? », « comment vous le sentez ? », toutes ces formulations vont avoir pour effet de détacher la personne du contact intime avec le passé et la déplacer vers une autre activité cognitive que le revécu.

 

/ La cohérence de l’entretien d’explicitation

 

Je n’ai pas cherché à détailler toutes les techniques disponibles pour conduire une exploration détaillée d’un vécu passé. J’ai choisi aussi (par manque d’espace) de ne pas présenter d’exemples commentés, on en trouvera de très nombreux dans la revue Expliciter. Il n’est pas possible d’enseigner la natation par correspondance, seul le fait d’entrer dans l’eau permettra d’apprendre à nager. Tout chercheur, mobilisant l’exploration de la subjectivité dans un point de vue en première/seconde personne (Vermersch 2014) doit devenir lui-même un pratiquant expert dans la visite et l’exploration de son monde intérieur.

Le fil conducteur que j’ai suivi est simple, j’ai rejeté les données de la psychologie expérimentale parce qu’elle ne s’est jamais intéressée qu’au constat des performances spontanées, alors que ce qui m’intéresse c’est le dépassement des limites constatables.

Ce dépassement repose sur le fait que l’on s’intéresse au vécu, défini dans sa micro phénoménologie, donc au niveau de détail où l’on peut saisir son efficience. S’intéressant au vécu, on ouvre la porte à un gisement d’informations dont on ne connaît pas les limites, sinon qu’elles sont bien plus vastes que ce que l’on croit pouvoir se souvenir. Le point important est que cette mémoire passive peut être éveillée et se redonner sous la forme, non pas d’un souvenir, mais d’un revécu grâce à la mobilisation de l’acte d’évocation. Produire cet éveil du passé, guider le rayon attentionnel dans ce passé, se fait d’un bout à l’autre par l’utilisation précise et délicate d’injonctions qui induisent les conditions propices et aident la personne à explorer son propre passé et ainsi l’amener à la conscience réfléchie et à la possibilité de le verbaliser. La majeure partie des formulation spontanées, qui traduisent directement les buts que l’on a légitimement en tant qu’intervieweur sont contre productives. Tout l’art de l’utilisation des relances, inventé, mis au point par les praticiens de la relation, consiste à formuler des propositions qui induisent, qui créent le résultat recherché, pas à demander ce résultat. Ces relances n’ont rien d’extraordinaire à première vue, elles ne sont qu’un tissu de banalités, mais elles produisent des effets perlocutoires déterminés et ont supprimés tout ce qui empêche de les atteindre. Ce n’est pas moi qui les ait inventé, je n’ai fait que m’y former et les adapter à l’aide à l’explicitation micro phénoménologique du vécu.

 

Postface : Mémoire et entretien d’explicitation : dépasser la fascination de la remémoration !

 

Je viens d’écrire ce long article, qui va devenir un chapitre de livre, sur les rapports entre l’entretien d’explicitation et la remémoration du vécu. Pourtant cela me paraît quasiment anecdotique ! Juste une façon de se prêter à une demande et l’occasion, de reformuler quelques idées sous un nouvel angle. Mais ce n’est pas ce thème qui me paraît le plus important pour l’avenir, même si je comprends bien que de vouloir établir de façon beaucoup plus systématique la validité de cette aide à la remémoration puisse légitimement passionner des chercheurs. Cela n’a jamais été mon cas. Pourvu que ça marche de façon satisfaisante, pourvu que l’on ait une compréhension satisfaisante — même incomplète — de pourquoi ça marche, ça me suffit. Il y a tellement d’autres thèmes plus intéressant à explorer !

J’aperçois plusieurs pistes plus stimulantes : les effets perlocutoires, la structure universelle des vécus, le développement d’une psychophénoménologie !

L’entretien d’explicitation et les effets perlocutoires :

Les effets perlocutoires sont les outils essentiels de la pratique de l’entretien d’explicitation, réciproquement l’entretien d’explicitation est l’instrument privilégié pour les étudier. Le dénominateur commun est la prise en compte du point de vue en première personne visant une action finalisée (qui a un but) et productive (qui vise un résultat), la capacité à s’informer de la subjectivité efficiente au niveau micro phénoménologique.

L’entretien d’explicitation n’est rien sans une science des effets perlocutoires produits sur la subjectivité de l’autre. Tout mon texte est parcouru d’indications sur les mots à éviter, les expressions à privilégier, avec à chaque fois une indication sur les effets subjectifs recherchés ou ceux que l’on souhaite à tout prix éviter. Avoir cette clarté d’intention n’est possible que sur la base d’une microphénoménologie des actes d’accès au passé, des contraintes à prendre en compte pour rester en contact avec le passé sur le mode du revécu. Sans une connaissance en première/deuxième personne de ces actes et des effets des mots sur leurs modulations il aurait été impossible de les intégrer clairement dans une technique d’entretien. Du coup, l’entretien d’explicitation me paraît réciproquement l’instrument le plus adéquat pour explorer ces effets perlocutoires, ils ne peuvent être intimement connus que par le témoignage de l’intervieweur sur ses intentions perlocutoires (que veut-il produire comme effet sur l’autre), qui relève uniquement d’un accès en première personne , puis par la comparaison entre son expression et ses intentions, suivis de la comparaison entre les effets attendus et les produits. De manière complémentaire, on pourra documenter par explicitation les attentes de l’interviewé, la réception des mots de l’autre (qu’est-ce qu’il en comprend, comment il les interprète), et ce que cela produit comme effet sur lui. C’est typiquement ce que nous avons commencé à documenter par les commentaires qui explicitent le monde intérieur de chacun au fil de l’entretien.

Tous les métiers de la relation utilisent sans cesse les effets perlocutoires, tous les professionnels ont mis au point des pratiques empiriques, il serait temps d’étudier dans le détail ces effets, et cela n’est possible que par un moyen de les documenter, que par l’accès au point de vue en première personne de celui qui cherche à les mobiliser et de celui qui en est la cible.

 

La structure universelle de tous les vécus :

 

La remémoration n’est qu’un moyen nécessaire pour documenter les vécus, mais le guidage de la description repose non pas sur la mémoire, mais sur la connaissance de la structure a priori des vécus. Il est tout aussi important de comprendre quoi questionner, sur quoi relancer, à quel moment fragmenter, que d’en avoir la mémoire. Si les questions ne sont pas pertinentes, mémoire ou pas, l’information ne sera pas mise à jour. Or, l’informateur n’a généralement pas la maîtrise de l’espace catégoriel de la description de son propre vécu. Il est comme un peintre débutant à qui l’on demande de faire un portrait, il a le modèle devant les yeux, en ce sens il le voit, mais il ne sait pas traiter l’information qui compose la structure d’un visage, en ce sens, il ne le voit pas. Le rapport spontané à son vécu est tout autant naïf, il doit être relayé par une connaissance construite de la structure du vécu.  

 

Mais précisément, pour mener à bien l’explicitation d’un vécu, il  ne suffit pas d’avoir les bons outils, il faut savoir où l’on va, ce que l’on attend, les critères de l’atteinte des buts de l’explicitation. J’ai développé depuis le début une analyse de la structure universelle de tous les vécus finalisés, qui sert en permanence de référence à l’écoute et à l’accompagnement de l’interviewé. La difficulté principale est que l’on ne peut prescrire l’ordre et la granularité de la description, ce serait contradictoire avec l’incitation à laisser venir le revécu comme il se donne. Il faut donc accueillir ce qui se donne, dans l’ordre spontané où il se donne, au niveau de granularité spontané avec lequel il s’exprime ; et à partir de là, relancer pour aider à l’expression des détails fonctionnels, fixer sur un moment pour fragmenter les étapes de réalisation, réaiguiller pour passer de la formulation d’un jugement vers les critères qui le sous-tendent etc. Tous les vécus sont pris dans une structure temporelle asymétrique, cette structure est organisée par des étapes, elles-mêmes réalisées par des actions élémentaires qui se succèdent. C’est un guide permanent de savoir dans quelle mesure la structure temporelle se complète, repérer ce qui manque encore. Pour cela, on a une organisation qualitative universelle : chaque vécu finalisé a un début, une fin, une succession qui conduit de l’un à l’autre. Mais dés que le début est précisé, la question de la pertinence de l’ante-début se pose (c’est souvent un moment de préparation qui détermine en fait l’organisation de la suite) ; ou bien dès que la fin est clarifiée, l’importance de la post-fin doit être appréciée (souvent l’action ne s’arrête pas à son résultat, des conséquences immédiates sont à prendre en compte en plus, des aspects de rangements, de gestion des relations sont présentes).

L’aide à l’explicitation ne repose pas seulement sur un guidage vers un rapport au passé et une fragmentation de la description, il repose sur le fait que l’intervieweur a une grille de lecture de la structure temporelle universelle du déroulement de toute action possible : que lorsqu’une action, ou une micro action commence elle est nécessairement précédé d’une prise d’information actuelle ou passée qui détermine le choix de cette action ; que lorsque un action cesse pour passer à une autre, il y a eu une prise d’information qui a servit de critère d’arrêt ; que le choix d’une action après en avoir cessé une, est déterminée par des informations. Que lorsqu’il a un jugement exprimé il sait immédiatement qu’il faut obtenir les critères qui fondent ce jugement ; que lorsqu’il a un qualificatif unique, il faut en déployer les qualités plus élémentaires ; que lorsque il a un verbe d’action isolé, c’est la porte ouverte à faire fragmenter l’action nommée en ses composantes élémentaires.

Sans cesse un intervieweur expérimenté fait une analyse de la tâche en même temps qu’il écoute et questionne, il a des attentes en structure, parce qu’il sait identifier la structure de toute action et cela lui sert de guide. Toutes les erreurs que nous avons pu constater après coup dans la lecture de protocoles, reposent sur la perte de cette vision régulatrice de l’organisation en structure de tout vécu : perte du déroulement temporel, non prise en compte de l’articulation prise d’information/action, cécité sur les transitions etc … L’entretien d’explicitation n’est pas seulement une technique d’aide à la remémoration du vécu, il est une vision de l’organisation des vécus, il est articulé sur une psychophénoménologie du vécu.

Et réciproquement, nous avons besoin d’une micro phénoménologie des vécus pour découvrir et comprendre la dimension subjective de la cognition,

Cependant, même avec un savoir pratique de l’accès au revécu, même avec une compréhension de la structure universelle de tous les vécus, on peut se retrouver en difficulté pour conduire un entretien d’explicitation. Quand on est en situation de recherche, sur une facette de la subjectivité que l’on n’a jamais questionnée, sur laquelle il n’y a pas déjà eu un travail d’exploration préalable, alors on peut se retrouver dans la situation de ne pas savoir quoi questionner, de ne pas savoir quoi décrire. Ou plutôt, de se retrouver dans une forme d’échec plus ou moins total, étape préalable à la découverte, à l’invention, de l’espace catégoriel qui permettra d’identifier de quoi est composé le vécu que l’on cherche à faire décrire. Nous avons connu cette difficulté quand nous avons voulu pour la première fois faire décrire l’acte d’évocation ou le guidage de l’attention, ou encore les micro transitions. La maîtrise de l’entretien d’explicitation, n’est pas la maîtrise de l’espace catégoriel de la totalité des formes de l’expérience subjective ! Beaucoup, beaucoup, reste à faire, puisque la psychologie s’est interdite ce domaine d’étude depuis le début de sa création comme discipline scientifique !

 

L’entretien d’explicitation dans ses fondements !

L’entretien d’explicitation n’est pas juste ancré dans l’évocation du passé ou dans la prise de conscience, il est d’abord et avant tout un moyen de décrire le vécu, le vécu dans sa dimension finalisée (subordonnée à un but).

En ce sens, il n’est pas une technique d’entretien en général, il n’est pas conçu pour n’importe quel usage. Il n’est pas fait du tout pour recueillir des opinions, des représentations, des savoirs, des projets. Il n’est pas conçu pour juste aider la personne à s’exprimer en général, il n’a pas d’objectifs thérapeutiques. Il est fait pour connaître l’action dans toutes ses dimensions : matérielles, matérialisées, intérieure.

Le seul moyen de connaître les actions internes est de demander à celui qui les a produit/vécu de nous les décrire. On peut en partie les deviner à partir des observables, les inférer, mais seule la personne qui l’a vécu peut l’attester (elle peut, ce qui ne veut pas dire qu’elle saura le faire spontanément et sans aide à la description !).

L’entretien d’explicitation est une technique spécialisée dans la micro phénoménologie de l’action vécue. Et c’est exactement cette information dont ont besoin aussi bien les praticiens : enseignants, formateurs, entraîneurs, ergonomes, que les chercheurs intégrant la prise en compte de la cognition, quelques soient leurs spécialités (sport, art, soin, pédagogie, travail etc). La micro phénoménologie n’est qu’une manière de désigner ce qui apparaît au sujet (c’est ce qui en fait une phénoménologie ; est un phénomène ce qui m’apparaît), et qui peut être caractérisé au degré de finesse qui est cohérent avec la causalité psychique de cette action (ce qui définit le niveau micro). Cependant, si nous ne visons jamais à recueillir des opinions ou des représentations, l’objectivation des actes permettra d’inférer les opinions et les représentations qui sous-tendent les actes (cf. L’exemple de Piguet, Avez-vous lu Jean-Claude Piguet ? Vermersch 1993 : la charité n’est charité que lorsqu’elle est charité ; autrement dit n’est charité que l’acte de charité effectivement accomplit, les pensées sur la charité, les paroles sur la charité, ne sont pas la charité).

L’entretien d’explicitation est au service d’une psychologie de la cognition, il s’inscrit dans la part que peut jouer une psycho phénoménologie, c’est-à-dire la part qui documente la cognition du point de vue en première personne et en seconde personne dans le projet élargit d’une psychologie complète prenant en compte aussi bien l’observation externe et interne.

 

 

 

 

Austin, J. (1970). Quand dire c’est faire. Paris, Le seuil.

Blanchet, A. (1985). L’entretien dans les sciences sociales. Dunod, Paris.

Blanchet, A. (1991). Dire et faire dire. Paris, Colin.

Blanchet, A., et al. (1987). Les techniques d’enquete en sciences sociales. Paris, Bordas.

Fisher, R. P. and R. E. Geiselman (1992). Memory-enhancing techniques for investigative interviewing: The cognitive interview, Charles C Thomas, Publisher.

Gusdorf, G. (1951). Mémoire et personne(2). Paris, PUF.

Husserl, E. (1964, 1905). Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps. Paris, PUF.

Lifshitz, M., et al. (2013). « Hypnosis as neurophenomenology. » Frontiers in human neuroscience 7.

Proust, M. (1987, 1929). A la recherche du temps perdu(trois vol). Paris, Bouquins  Robert Laffont.

Tulving, E. (2009). « J’ai révélé « la mémoire épisodique ». » La Recherche(432): 88.

Tulving, E., et al. (1972). Organization of memory. New York,, Academic Press.

Vermersch, P. (1971). « Les algorithmes en psychologie et en pédagogie : Définitions et intérêts. » Le Travail Humain 34(1): 157-176.

Vermersch, P. (1975). « L’apprentissage du réglage de l’oscilloscope. Essais d’application de la théorie opératoire de l’intelligence à l’adulte. » Psychologie française 20(3): 77-103.

Vermersch, P. (1976). « L’apprentissage du réglage de l’oscilloscope. Régulation conceptuelle et régulation agie. » Travail Humain 2(39): 357-368.

Vermersch, P. (1976). Une approche de la régulation de l’action chez l’adulte : déséquilibre transitoire registres de fonctionnement et micro genèse. Un exemple : l’analyse expérimentale de l’apprentissage du réglage de l’oscilloscope cathodique. Paris, EPHE- Paris V.

Vermersch, P. (2000). « Définition, nécessité, intérêt, limite du point de vue en première personne comme méthode de recherche. » Expliciter 35(mai): 19-35.

Vermersch, P. (2002). « L’explicitation phénoménologique à partir du point de vue radicalement en première personne. » Expliciter(36): 4-11.

Vermersch, P. (2006). « Analyse des effets perlocutoires : schémas pour un exposé. » Expliciter 63: 8-9.

Vermersch, P. (2006). « Rétention, passivité, visée à vide, intention éveillante. Phénoménologie et pratique de l’explicitation. » Expliciter(65): 14-28.

Vermersch, P. (2012). Explicitation et phénoménologie. Paris, PUF.

Vermersch, P. (2014). Le dessin de vécu dans la recherche en première personne. Pratique de l’auto-explicitation. Première, deuxième, troisième personne. N. Depraz. Bucarest, Zetabooks: 195-233.

 

 

 

[1] L’analyse de la tâche est prescriptive, a priori, elle décrit la tâche telle qu’elle devrait être réalisée ; l’analyse de l’activité est un constat opéré sur le terrain par l’observation d’un opérateur de comment la tâche est réalisée effectivement. Mais dans les deux cas, il s’agit de s’intéresser de façon détaillée à la suite des actions matérielles et mentales (y compris les prises d’informations) pour déterminer l’engendrement du résultat d’une action finalisée.

[2] A noter, que depuis il y a eu une multiplication de techniques d’entretien, mais aucune (à ma connaissance) qui ait pour but de faire décrire finement le vécu de l’action comme le fait l’entretien d’explicitation.

[3] J’utilise le concept d’efficience pour cibler les éléments de l’activité qui sont actifs, efficaces, producteurs, moteurs, j’ai toujours en tête que toute action est engendrée, produite, incarnée, et que pour la comprendre, il faut la décrire au bon niveau de détail. Niveau que relativement aux pratiques habituelles on peut qualifier de micro descriptif ou micro phénoménologique, sauf qu’il n’est pas micro en soi, mais ajusté à la saisie de l’efficience.

[4] Je ne traite pas ici de la totalité des modes de présence du passé, la mémoire implicite, procédurale, automatique, est par exemple une autre mémoire invisiblement présente, mais efficace.

[5] Typiquement, elle arrête de vous regarder, et ses yeux décrochent, signe qu’elle est plus occupée par ce qui se passe dans son monde intérieur, que par la relation. C’est le signe d’une absorption, c’est-à-dire d’une prédominance de l’intérêt vers l’intérieur. Inversement, si dans ce moment là, elle ne vous quitte pas des yeux, et vous adresse autant par le regard que par la parole, il est peu probable qu’elle soit passée dans un lâcher prise, condition de l’accès au revécu. A noter que les signes d’absorption ne sont pas réservés aux états hypnotiques comme certains auteurs ont tendance à le dire, (Lifshitz, M., et al. (2013). « Hypnosis as neurophenomenology. » Frontiers in human neuroscience 7.

mais est le signe commun de toutes les activités qui privilégient l’espace intérieur : relaxation, méditation, prière, rêve éveillé dirigé, évocation.

 

[6] Il est à noter que contrairement à ce que certains auteurs soutiennent, on est pas du tout dans le cadre d’une transe hypnotique cf.  Ibid.

[7] Je n’ai pas la place dans cet article de développer des exemples, mais on en trouvera de très nombreux dans la revue Expliciter, téléchargeable à partir du site grex2.com.

(première version d'un article à paraître dans Expliciter 107)  Cohérence entre théorie et pratique de l’évocation du vé...

Lire la suite »

Explicitation interview and memory (1) (english translation from french, 2015, Expliciter 106, 38-43)

Explicitation interview and memory (1)  Originality of the relation to remembrance Pierre Vermersch

(english translation from french, 2015, Expliciter 106, 38-43)

The explicitation interview is based on the practice of describing ones past lived experience. Therefore, it is, for one part, essentially based on the possibility of a remembrance[1] of this past. As such, it would seem logical for it to be associated to what can seem to be the most serious and therefore the most commendable: the results of several thousand pieces of research conducted on memory by experimental psychology. Yet, not only has this never been the case, but it seems like it is going to go on this way. The opposite may even happen, meaning that the explicitation interview practice could bring new knowledge on remembrance, as shown by the two recent publications on experience replications (Moguillansky, O’Regan et al. 2013, Petimengin, Remillieux et al. 2013). These first experiences showed that the subjects could easily be misled concerning the memory of their own judgements. Because, by simply guiding the subjects throughout the description of their own lived experience by using the explicitation interview, they were no longer taken advantage of by the experimenter’s manipulation (Nisbett and Wilson 1977).

How can one justify this lack of interest for experimental psychology? What choices guided me and still guide this position?

 

After a few weeks spent catching up on my readings on memory, getting up to date, updating my knowledge, recovering the content of my books (which I bought a long time ago), or buying new ones (most of the time to complete my collection of inescapable classics), downloading numerous papers that are now easily accessible on the internet. After being overwhelmed by all this material, by the feeling that it was hard to master the subject, even harder to overhang it. I realized that, in the end, the main issue is to clarify my own posture. Not to justify myself on the absence of references to the “science” of the memory, but to explain to myself the originality of my position. I progressively became aware that this paper would only be the first draft of a more extensive paper.

 

When I first made an attempt at creating the explicitation interview, I used it because I needed to clarify the subjects’ intellectual processes, when the observables were insufficient to make inferences on these invisible processes. Was it possible to become aware of them by asking the subject what he had experienced? Was it possible, against all the prevailing prohibitions (the 70s were radically “introspectophobes”), to remobilize introspection? I did it. What motivated me next was discovering that the subjects were able to give a flow of detail on their mental actions, on their information gathering, on their internal dialogue, on everything they were attentive to from moment to moment. But, furthermore, they did it in a much more bountiful way than what they should have been able to do according to the data in experimental psychology on memory such as it had been taught to me at university!

I was literally in contradiction with my training in experimental psychology!! My results were outrageous, impossible, according to the well-known (!) limits of the memory.

Because my questions always concerned a finalized and well-defined task, the strict validation issues were not crucial – nevertheless, see (Ancillotti and Morel 1994, Vermersch 1996) and (Vermersch 1996) – because it was, most of the time, easy to confront what the subject was saying with the restraints applied to the realization of the task and with the results. Therefore, I gave myself free rein to improve my practice: how to truly help the subject describe the action of his lived experience in relation to a singular moment? But, all the same, I was discovering what had to be avoided at all costs to not stop the subject from remembering his lived experience, to not compromise the evocation process.

I was lucky enough to practice, without asking myself beforehand if it would be possible!

I was lucky enough to be directly in a position to perform tests, to be overwhelmed, surprised, astonished[2] by what I was obtaining (Vermersch 2014). Otherwise, I would have stopped, or I would have never started!

I was proving the walk by walking, and in doing this I did not need to refer myself to the results of experimental psychology in order to validate my approach.

Nothing in the results – which I knew well – of experimental psychology would have prompted me to interrogate the details of a past lived experience, on the contrary, the idea back then was that it would be totally useless, because necessarily inaccurate, invented, rebuilt, rationalized, poor and, furthermore, or furthermost: what could the subject possibly know of himself, worst: what could he possibly know of his own cognitive functioning!!

I found myself in the situation of a practitioner building an expertise by the assiduous exercise of his own exercise but with the eyes, ears, categories, culture, motivation, of a researcher in psychology who was well acquainted with the field. In order to move forward, I did not need to conduct experiences in memory-focused psychology laboratories! Or, rather, if I had engaged myself in such a program, I would never have elaborated the explicitation interview!

Yet, here I am, back at the beginning! Where am I in relation to all this “scientific” research on memory? Why have I persisted in my refusal to take it as a reference, while regularly, through the years, buying books on it to stay up to date? I do not have a problem with the matter, but I realized that for some PhD candidates, or rather for some PhD candidates submitted to their supervisor’s dictate, the absence of references to the fashionable theories (for example, I will come back to this later, the episodic memory of Tulving, or the autobiographical memory of Conway) was a worrying sign which could lead them to reject the explicitation interview, only by principle.

When I was asked to write a chapter for a collective book on the “tracks”, I wanted to reflect on my relation to memory-focused experimental psychology. In order to do this, I will explain the originality of the explicitation interview position compared to the one defended in experimental psychology and provide arguments to demonstrate the scientific soundness of my own position.

The main idea of this paper would be to show the irreducible differences of posture between the explicitation interview and memory-focused experimental psychology, even though both approaches focus on memory: the first one aims at assisting the remembrance process, at overcoming its spontaneous limits, and the second one satisfies itself with objectifying its spontaneous limits.

It is important to understand the terrible logic of the experimental method applied to the study of the human subject. The experimental study of memory really only began with Ebbinghaus’s works 1885, (Nicolas 1992), at a time when what mattered the most was to (become), to appear scientific, based on the model of everything that was being done in the perception threshold measurement field. Therefore, it was imperative to be able to quantify the results, to control the studied situation, in such a way that each experience would be strictly comparable to the other modulo, an independent variable that one could put into play in order to create potentially interesting contrasts. In practice, this would translate into the invention of well-controlled “experimental verbal material”, for instance a list of meaningless syllables. The material that was to be remembered was defined and it was easy to keep track of the successes, of what was missing and of the mistakes made in remembering or recognizing this material. One of the appalling secondary effects of this logic was that it became necessary to multiply the experimental, simple, numerous and quantifiable tasks. This is even true regarding the work of the Wurzbug School. But, in doing this, it is even less likely that we would observe the cognitive activity of the subject. We give him a simple, repetitive, multiple activity, and he must answer simply. In doing this, we simply minimized the intermediate times used to come up with an answer, and there is hardly anything else to say about the process of this production, apart from the final result.

We were doing science, but we had lost the subject!

Nearly one century was necessary for voices to be heard to underline the lack of interest expressed in the thousands of pieces of research that had been thus produced (see for example the remarkable chapter by Neisser (Neisser 1982), or (Neisser and Winograd 1988))[3]. A few more years were necessary (Koriat and Goldsmith 1994) to distinguish “controling what we gave to learn”, which leads with certainty to a quantification of the results, from “discovering what the subject remembers”, which supposes an a posteriori analysis to check up on the concordance between what the subject says and what he has experienced, which will necessarily lead to an analysis of the qualitative content, hard to quantify.

But even thusly, the fundamental difference of approaches between the explicitation interview and memory-focused experimental psychology is that the explicitation interview intervenes during the remembrance. Not being hindered by the obsession to control the experimental conditions, its basis is 1/ to intervene in order to help the subject connect with his past on the mode of a relived experience (guidance towards the evocation position, when we know, when we have experienced that it is possible!) and 2/ once this is done, on the one hand intervene to help the subject stay in this relived experience, on the other hand systematically intervene to guide his attentional radius towards the past in order to fragment what he says spontaneously, or to move his attentional focus towards the past (and just after, and then, and just before, and at the very beginning…).

Intervene? How dreadful! Where is the science, the a priori control?

The expert practice of the relation, the intimate knowledge of the effect of reviving the subject’s remembrance with neutral words, understanding the induced, researched perlocutionary effects, made it possible for us, with help from all the culture obtained through the Ericksonian “inventions” and other NLPs, to conceive “interventions” based on sophisticated techniques which never induce the content that is relative to what has been experienced. The specificity of working with a subject (not an animal nor an object) is that I can say what he his thinking, what he can see, what he feels, without knowing what it means, without knowing the content beforehand, because he knows and he can answer by himself, by turning towards his inner self towards WHAT is aimed at. The interviewer does not need to know the content of the thought, of the perception, of the inner state, in order to interrogate and to help the person become aware of it. This is what we call the “language void of content” (but not void of focus).

The essential of my argument is that, unlike experimental psychology, the explicitation interview intervenes. It does not work at objectifying what the subject knows how to remember on his own, but at helping the subject amplify his remembrance.

Of course, the researcher intervenes in a number of experimental paradigms. But as long as we are working with the “make one learn, in order to control what he has learnt” paradigm, the intervention will mainly concern the learning conditions, by manipulating the verbal material which has been given to learn or the instructions for instance. This is not of interest for us, because the explicitation interview never works on explicitating a content which was given to memorize. It always works on the lived experience, meaning what happened according to the subject, without him having the intention of memorizing everything while experiencing it. When we use memorizing tasks (learning the number grid for example, used a lot in training), our goal is not to make the subject explicit the number grid, but to make him explicit the actions employed to learn this grid. And the lived experience of learning is not itself intentionally memorized while it is experienced (however, all goes to show that he permanently and passively memorizes).

What is more interesting is the experimental manipulations at the moment of the restitution. A number of experiences have shown that one could create false memories quite easily, that one could manipulate his own judgement of the past to systemize, rationalize, complete this judgement in an abusive way, in an erroneous way in comparison with the starting point.  Both experiences that I quoted in the beginning were the demonstration of the difference between letting the subject answer with only his resources (in this situation the manipulation works in an efficient way, the subject makes mistakes) and simply guiding the subject to describe the moment of his past lived experience, and then, for most of the subjects, the manipulation no longer has any effect.

The spontaneous mistakes or the mistakes induced by the experimenter demonstrate the limits of the subject left to his own devices.

We learn that he is both limited, fragile, but that we are not going to learn anything useful. It is useful to not name information that the subject has not yet spoken of (see Loftus’ work on false memories), because doing so induces the subject to picture what is being talked about which, in turn, generates a confusion between what he is led to imagine and what has really been experienced.  The American system of justice was strongly impacted by this discovery and the written record of inductive interrogatories were discarded. Therefore, discovering the effects of manipulation was interesting. It confirmed our decision to not induce the content of the answers while reviving the subject’s remembrance with neutral words. We avoid doing it by using techniques that ask questions without any content. But discovering this did not tell us if it would be possible to help the person describe his past lived experience in a more detailed manner. The explicitation interview helps the person relate to his past, unlike experimental psychology which simply observes the spontaneous limits and the subject’s fragility when his memorization and remembrance activity has been tampered with. If I had not used a technique to help, guide, explore the past lived experience, experimental psychology would have never given us information on what the subject could find out when he is being guided! Reading the work undertaken in experimental psychology never gave me any information on the help one could bring to the subject in his relation to his past lived experience and it cannot provide me with such information because it does not intervene in any way to help the subjects. At best it intervenes in negative manipulation. Experimental psychology knows strictly nothing about the possibilities of remembrance when the subject is being helped.

There is nothing wrong with the principles of the experimental method. A tool is nothing in itself. What is questionable is the accordance between the tool and the aimed goal. Fundamentally, Human Sciences, and psychology in particular, is the only field of science where the studied object can talk to you and tell you what is happening inside of him. Yet, all the work undertook to build a scientific foundation for psychology was done by ignoring, vilifying, forbidding the exploitation of this potential source of information!! The explicitation interview bypassed these interdictions, benefiting from a favourable institutional context because marginal (work psychology, contact with the teachers and the trainers) when compared to the big psychology laboratories doing real science. The time would seem to have come to work on a complete psychology that combines the first, second and third person perspective! For example… a psycho phenomenology… named thusly in order to give a clear space to the introspective dimension. Notice that we are not asking the subject to make science out of his own subjectivity: in most cases he does not have the training that a researcher has and, even when does, he has to work on a two phased approach: the first phase is when his is an informer and describes his lived experience, the second phase is when he is a researcher and he analyses this lived experience. Introspection does not mean that one has the possibility to create immediate science from what is being said, but only that we have access to information that only the one who experiences the experience can provide us with. Then, you have to build the knowledge. Science has never been immediate, always secondary (and slow).

My critic of experimental psychology of the memory aims at being radical. Not acknowledging introspection, the strict limits of the experimental method, the deep disinterest for real situations in favour of the laboratories produced a great quantity of unusable and unused knowledge!!

Yet, my scrutiny never failed me, I monitored years of publications on the memory topic. When I saw the term “episodic memory” (Tulving, Donaldson and al. 1972), but that I discovered later) and understood that it was finally a memory referring to experienced events, I startled and immediately progressed in my readings. Weary. The idea was good, pertinent, but the work was undertook in a laboratory within the good old scheme of making the subject learn and controlling what had been learnt. Nothing about: is it possible to perfect, to help the remembrance of past events? Tulving is very interesting. He distinguishes an auto-noetic activity (introspection) from a noetic one, or, in other words, a remembrance in which the subject targets himself and a remembrance in which he targets an object, which is the basis of the distinction between event-related, personal, dated (episodic) memory and memory of general knowledge, not dated, not personal (semantic). The specificity of the explicitation interview is that it triggers, induces, carefully maintains this relation with the personal lived experience (incarnated speech positions) which, in turn, gives way to the evocation act. When one looks at all the manipulations (in a negative sense) made on memory by experimental psychology, one sees that their logic rests on the fragility of the abstract position (noetic in Tulving’s language) when the subject reflects on his past to find it. Then he rationalizes, infers, rebuilds, and… he easily makes mistakes, especially if we help him make them.

We know how to build a bridge with the past by using sensoriality, we know how because we have experienced and described (first person knowledge) the effects of retrieving the sensorial dimension of the past, in the sense of a quasi-relived experience. Tulving invents the term of “ecphoric stimulus” to refer to what generates access to the past lived experience, he observes it, he does not read French so he is not familiar with “Proust’s madeleine”, nor with Gusdorf’s book (Gusdorf 1951) on concrete memory. If one were to do a “Tulvingien” translation, one could say that the explicitation interview intentionally appeals to the ecphoric stimuli. But it is one thing to know it exists, it is another to know how to appeal to it and renew it.

More recently, two English authors wrote a collective book on “the memory of actions” (Zimmer 2001). Here, no doubt about it, there is hope. At last people are working on the same thing as us… sure enough, the field of study deals with actions, more specifically actions in the motor sense of the term, but we remain within the experimental paradigm of describing what exists, without opening up to what is possible.

We could still hope that the uncountable contributions on the theme of autobiographical memory would concern us directly. Titles such as “remembering our past” (Rubin 1986, Rubin 1996) or, better yet, “Autobiographical memory: Remembering what and Remembering when”. But, in fact, the entire research movement initiated by Conway (Conway 1990) on autobiographical memory deals with temporal scales of the life period – great episodes, major events – and does not at all show any interest in the lived experience, in the sense that I have defined it, as a moment studied in its micro temporality. The ideas that underlie the study of autobiographical memory are numerous, but what really comes through is the importance given to the link between this memory and the self, or for other authors the link between personal implication and the effects of this memory. But even then, with this obvious thematic proximity, there is no inclination for the process of guiding the remembrance. There are still more statements on the possibilities and the limits of spontaneous remembrance.

In fact, when one browses through all the literature, one tends to think that numerous researchers have, themselves, searched for their identity by promoting particular memories. Therefore, the question of the number of different memory systems is still in debate (Schacter and Tulving 1996).

 

All in all, if I keep looking for ways to help a subject to better memorize his past lived experience, there are few resources in memory-focused experimental psychology. In the last 20 years, to answer the critics made by Neisser on the fact that nobody was studying memory in real life (not in a laboratory), a large number of publications have tackled the theme of “applied research on memory”. Most of the time, this qualifies experimental research conducted in fields indexed on social practices: early childhood, geriatrics, justice and police, education, psychiatry, neuropathology. But I did not notice any contributions dealing with helping remembrance. The only innovation came in the same way as mine. A researcher in cognitive science (Geiselman), from an anecdote experienced with one of his colleagues who had forgotten something the previous evening, managed to help him find the object with his questions. From this experience, he got the idea of improvising a number of recommendations to improve the police’s interrogation techniques (Geiselman 1984, Geiselman, Fisher et al. 1986, Fischer and Geiselman 1992) and developed a “cognitive interview” which became widespread in the police and justice circles, with an example of it being used in the educative field (Perraudeau and Pagoni 2010).

I will have to come back to this theme of guiding remembrance. Particularly to show the coherence between the techniques that we develop and the theoretical hypothesis which underlie them. With this first paper, I would like to have opened the panorama of the memory issue, and particularly the relations with memory-focused experimental psychology, or as it is called today, with memory-focused cognitive psychology. It seems to me that the main argument lies in the difference between recording the spontaneous performances and helping the remembrance process by overcoming the limits of these performances. I would like to open the debate with this article.

 

Ancillotti, J.-P. and M. Morel (1994). A la recherche de la solution perdue. Paris GREX, Collection Protocole n° 4.

Cohen, G. (1989). Memory in the real world. USA, Lawrence Erlbaum.

Cohen, G. and M. A. Conway (2007). Memory in the real world, Psychology Press.

Conway, M. A. (1990). Autobiographical memory : an introduction. Milton Keynes England ; Philadelphia, Open University Press.

Davies, G. and D. B. Wright (2010). Current issues in applied memory research. New York, NY, Psychology Press.

Fisher, R. P. and R. E. Geiselman (1992). Memory-enhancing techniques for investigative interviewing: The cognitive interview, Charles C Thomas, Publisher.

Geiselman, R. E. (1984). « Enhancement of eyewitness memory: An empirical evaluation of the cognitive interview. » Journal of Police Science & Administration.

Geiselman, R. E., et al. (1986). « Enhancement of eyewitness memory with the cognitive interview. » The American journal of psychology: 385-401.

Gusdorf, G. (1951). Mémoire et personne(2). Paris, PUF.

Herrmann, D. J. (1996). Basic and applied memory research. Mahwah, N.J., Lawrence Erlbaum Associates.

Koriat, A. and M. Goldsmith (1994). « Memory in naturalistic and laboratory contexts: distinguishing the accuracy-oriented and quantity-oriented approaches to memory assessment. » Journal of Experimental Psychology: General 123(3): 297.

Moguillansky, C. V., et al. (2013). « Exploring the subjective experience of the “rubber hand” illusion. » Frontiers in human neuroscience 7.

Neisser, U. (1982). Memory observed Remembering in natural contexts. New York, Freeman and Company.

Neisser, U. and E. Winograd (1988). Remembering reconsidered : ecological and traditional approaches to the study of memory. Cambridge England ; New York, Cambridge University Press.

Nicolas, S. (1992). « Hermann Ebbinghaus et l’étude expérimentale de la mémoire humaine. » L’année psychologique 92(4): 527-544.

Nisbett, R. E. and T. D. Wilson (1977). « Telling more than we can know : verbal reports on mental processes. » Psychological review 84(3): 231-259.

Perraudeau, M. and M. Pagoni (2010). L’entretien cognitif à visée d’apprentissage, ENS Editions.

Petitmengin, C., et al. (2013). « A gap in Nisbett and Wilson’s findings? A first-person access to our cognitive processes. » Conscious Cogn 22(2): 654-669.

Rubin, D. C. (1986). Autobiographical memory. Cambridge Cambridgeshire ; New York, Cambridge University Press.

Rubin, D. C. (1996). Remembering our past : studies in autobiographical memory. Cambridge ; New York, NY, USA, Cambridge University Press.

Schacter, D. and E. Tulving, Eds. (1996). Systèmes de mémoire chez l’animal et chez l’homme. Marseille, Solal, éditeurs.

Tulving, E. (1983). Elements of episodic memory. Oxford Oxfordshire

New York, Clarendon Press ;

Oxford University Press.

Tulving, E. (2009). « J’ai révélé « la mémoire épisodique ». » La Recherche(432): 88.

Tulving, E., et al. (1972). Organization of memory. New York,, Academic Press.

Vermersch, P. (1996). « Pour une psycho-phénoménologie : esquisse d’un cadre méthodologique général. » Expliciter 13(1-11).

Vermersch, P. (1996). « Problèmes de validation des analyses psycho-phénoménologiques. » Expliciter(14): 1-12.

Vermersch, P. (2014). « L’entretien d’explicitation et la mémoire passive, surprises, découvertes, émerveillement. » Expliciter(102): 41-47.

Vermersch, P. (2014). Le dessin de vécu dans la recherche en première personne. Pratique de l’auto-explicitation. Première, deuxième, troisième personne. N. Depraz. Bucarest, Zetabooks: 195-233.

Zimmer, H. D. (2001). Memory for action : a distinct form of episodic memory? New York, Oxford University Press.

 

 

 

[1] For the moment, I am using the word « remembrance » to avoid using the word « recall » which has strong connotations in experimental psychology research. When I specifically qualify the precise act which we use in the explicitation interview, I will come back to the term “evocation”.

[2] Vermersch P., 2014, Education permanente, 200 – Surprises, découvertes, étonnements : l’entretien d’explicitation et l’éveil de la mémoire passive.

[3] Neisser, U. (1982). Memory observed Remembering in natural contexts. New York, Freeman and Company. Neisser, U. and E. Winograd (1988). Remembering reconsidered : ecological and traditional approaches to the study of memory. Cambridge England ; New York, Cambridge University Press.

Explicitation interview and memory (1)  Originality of the relation to remembrance Pierre Vermersch (english translation...

Lire la suite »

Remémoration et entretien d’explicitation (1)

Entretien d’explicitation  et remémoration du vécu (projet de chapitre …)

L’entretien d’explicitation est basé sur la description d’un vécu passé. Il est donc pour une part essentielle fondé sur la possibilité de la remémoration de ce passé. A ce titre il semblerait logique qu’il soit adossé aux résultats des innombrables recherches de la psychologie expérimentale sur la mémoire, et de façon complémentaire avoir produit des recherches expérimentales sur ce thème. Or il n’en est rien.

Comment justifier cette posture ? Quels sont les choix qui guident cette position ?

En résumé, l’idée principale que je vais défendre est que depuis ses débuts, la psychologie expérimentale n’a jamais étudiée les actes de remémoration. Elle a étudiée les résultats de ces actes, de mille et une manière, mais pas les actes eux-mêmes. Elle a fait d’innombrables inférences sur les variables influant la mémorisation, sur les causes des variations de performances, mais jamais elle n’a demandé aux sujets de décrire ce qu’ils faisaient pour mémoriser ou pour se remémorer. Autrement dit, la psychologie expérimentale s’est interdit totalement les recherches mobilisant le point de vue en première et seconde personne, et s’est donc interdit de pouvoir dire quoi que ce soit sur la manière dont le sujet pratiquait, organisait son activité de remémoration, tel que lui pouvait en témoigner.

Il est clair que la psychologie expérimentale s’est totalement interdit la pratique de l’introspection, alors que l’entretien d’explicitation est en revanche fondée sur une pratique experte de l’introspection.

J’ai eu moi-même  une formation de psychologie expérimentale, et j’ai même fait un mémoire de maîtrise sur un thème relatif à la mémoire : “Rappel et reconnaissance de syllabes sans signification avec codage familier et non familier”. J’ai les bases, j’ai l’expérience, j’ai la pratique, j’ai la culture. Depuis ce temps de ma formation universitaire, il m’est progressivement apparu évident qu’un des drames de la psychologie expérimentale était sa totale incapacité de dire quoique ce soit aux praticiens, aux enseignants, aux formateurs à propos de domaines qu’elle semblait pourtant étudier en détail, comme l’apprentissage, la mémoire, la résolution de problèmes. Cela ne tient pas à la méthode en elle-même, mais à l’idéologie scientiste qui l’entoure, au refus de s’informer auprès du sujet de ce qu’il vit, à une compréhension des contraintes de la méthode qui pour être respectée annihile tout sens écologique de ce que l’on étudie, autant que de l’appréciation de l’intérêt des résultats obtenus. Il n’en reste pas moins qu’elle est la vraie représentante de la vraie science et que de ne pas s’y référer peut laisser croire qu’on n’est pas sensible à la rigueur de la science ou que l’on se situe en dehors.

Je vais successivement envisager : 1/ Différence entre acte et contenu : se remémorer quoi et se remémorer comment ? 2/ Les différences entre processus et résultat : étudier les actes ou étudier seulement leurs résultats. 3/ Constater ou intervenir : si tous les sujets n’ont pas la même compétence dans la pratique des actes de remémoration, au lieu de simplement constater les résultats, ne peut-on pas étudier ce qui est possible quand on guide le sujet ?

à suivre …

 

Entretien d'explicitation  et remémoration du vécu (projet de chapitre …) L’entretien d'explicitation est basé sur la de...

Lire la suite »

Expliciter n°105

En ligne sur le site du GREX http://www.grex2.com/ Expliciter n° 105
1 – 13 Saint Eble 2014 : le potentiel et les niveaux de description. Maryse Maurel. 
13 – 27 Retour sur la typification des vécus. Frédéric Borde.
28- 55 Niveaux de description et explicitation d’un vécu de choix. D’une intention éveillante à son résultat. Pierre Vermersch, Joëlle Crozier, Maryse Maurel
56-58 Suite à l’article paru dans le numéro 104. Gérald Alayrangues.

En ligne sur le site du GREX http://www.grex2.com/ Expliciter n° 1051 - 13 Saint Eble 2014 : le potentiel et les niveaux...

Lire la suite »

Accessing the memory of lived experience.

An explicitation interview always deals to a lived experience; it is conducted a posteriori. Correspondingly, an essential element of this technique consists in accessing the memory of the lived experience. The possibility of talking about a lived experience, of describing it with precision in every single moment and in all its different phases is therefore based on the activity of recalling in a specific recalling mode that I have called “evocation”. However, being confronted with the task of recalling what we have lived can be a source of stress: “will I remember?” “It seems to me I can’t remember … however …” 

An explicitation interview always deals to a lived experience; it is conducted a posteriori. Correspondingly, an essenti...

Lire la suite »