Category: actes réflexifs

The paradox of « the dissociated evocation « . Proposals for a new concept.

The paradox of « the dissociated evocation « . Proposals for a new concept.

By Pierre Vermersch

For several years now, we are developing the exploration of the description of past lived experiences by introducing decentration techniques that appeal to changes of imaginary or actual positions, and which show every time a new subpersonality able to take into account and verbalize what is happening to the interviewee, often adding new information. Generically, I called these subpersonalities: dissociated, thus referring to normal and fundamental ability of consciousness to split as necessary without the subject losing the continuity provided by his relation to himself (maintaining the interexperiencial interconnection) and without getting in a dissociative pathology. Each of these subpersonalities has a perspective about the referenced past lived experience (V1), or sometimes about how it connects to V1 during the explicitation interview (V2), which, in the latter case, allows to create meta-positions illuminating the difficulties of the interview.

Exploring these external positions, or “exopositions” we discovered that the basic principle of explicitation interview, concerning the relationship to the past in remembering, i.e. evocation, seemed not respected in the same manner.

Evocation in its principle is an act based on a re-lived experience, on a nearby closeness with one’s past experience, making what was contained in the past release in a vividly, warm and close way. So evocation is characterized by its precise relationship to a specified past lived (there is no mention of an experience in general), by the lack of effort to recall (which would signaly the implement of other evocation acts and the loss of this evocation as an exclusive act), by verbalization in « I » (the personal nature of my past is actively present, as evidenced by the personalized address in “I”), and the awakening of internal states when they were imperative (bodily tensions, emotions, valencies, pains, proprioceptions, postures that update). So far, everything seemed clear and well defined to identify evocation.

But by implementing techniques of dissociated, with the multiplication of exo-positons, it appeared gradually to us during these dissociated positions remaining connected to the past experienced situation of reference (V1),that the internal states were much less imperative in their effects, or even absent. This does not prevent to »see » these into the past situation but precisely to see does not mean to feel these again.

However, the link to the past situation, the accuracy and the abundance of remembrance seemed to be maintained without additional effort. Worse, when we mobilized subpersonalities which are mentors, i.e. not self-co-identities, but by calling real or imaginary characters who see the past situation, they seemed quite well connected to the past, and even they observed in it and they described aspects that the interviewee, in the starting position , did not remembered or did not discriminated in his past.

We were faced to a “cold » evocation, without the heat of the subjectivity which is peculiar to the usual evocation. Nevertheless remaining evocation since the precise quality of the remembering of the lived experience is retained without effort (the criterion of effort is essential to distinguish between the act of evocation and other recall modes, the lack of effort signals the involuntary nature of remembering).
I suggest to name this sort of evocation a « dissociated evocation. »

This designation seems to me consistent with the implemented dissociation techniques, but also with the vocables and practices of NLP, in relation to notions of « associated positions » and « separated positions. »
An associated position, relative to the past, necessarily contains sensory elements, and always from more than the visual channel (e.g., auditory, of felt, olfactory). If the only information that comes is visual, this is a sign that the person is yet not really associated with the past, or she could be more related. The interviewer then is encouraged to guide her in order to recover other sensory impressions (eg with sensory overlap NLP techniques). Dissociated position is often synonymous with the mere presence of visual information, and one more step is taken in the degree of dissociation when the person not only « sees », but sees from the outside of herself (eg she sees herself).

There is at least one precise technique for the use of dissociated positions that aims to allow the return to past traumatic situations without the person being immediately drawn into a strong emotional reaction or more, a loss of consciousness. The technique is to propose to the person to imagine projecting the vision of her past (traumatic) on a digital medium that can be interrupted at any time with a remote control and view it on a TV screen (distancing, privileged visual channel, easy control). If necessary, it is possible to introduce a double dissociation, offering the person to protect herself by imagining to put « herself » in a far corner of the room, so that she’d be unaffected by what sees her body remained on the chair and watching television. Indeed, we have there a technique of dissociated evocation.

In our experiences of dissociated evocation, what surprised us is the same continued engagement with the past as when the evocation is warm, touching, sensory rich. The coldness of evocation, its distanced quality seems to change nothing to the possibility of operating the reflection of the past, its bringing to consciousness, while the subjective commitment seems at a lower degree.
Searching here to identify this behavior of dissociated evocation is for me like opening a door to new experiences in the next Summer University to check, discriminate and explore its properties.

 

 

The paradox of "the dissociated evocation ". Proposals for a new concept. By Pierre Vermersch For several years now, we...

Lire la suite »

Le paradoxe de « l’évocation dissociée ». Propositions pour un nouveau concept.

Le paradoxe de « l’évocation dissociée ».
Propositions pour un nouveau concept.
 
Depuis plusieurs années maintenant, nous développons l’exploration de la description des vécus passés en introduisant des techniques de décentration qui font appel à des changements de positions imaginaires ou réelles, et qui font apparaître à chaque fois une nouvelle instance qui est à même de prendre connaissance et de verbaliser ce qui se passe pour l’interviewé en rajoutant souvent des informations nouvelles. De façon générique, j’ai appelé ces instances : des dissociés, faisant ainsi référence à la capacité normale et fondamentale de la conscience de se scinder autant que nécessaire sans que le sujet ne perde pour autant la continuité de sa relation à lui-même (maintien de l’interconnexion inter expérientielle) et sans qu’il entre dans une pathologie de dissociation. Chacune de ces instances, a un point de vue sur le vécu de référence passé (V1), ou quelques fois sur la manière dont il se relie à ce V1 lors de l’entretien d’explicitation (V2), ce qui dans ce dernier cas permet de créer des métapositions éclairant les difficultés de l’entretien.
En explorant ces « exopositions », nous avons découvert que le principe de base de l’entretien d’explicitation relativement à la relation au passé dans la remémoration, c’est-à-dire l’évocation, ne semblait plus respecté de la même manière.
L’évocation dans son principe est un acte basé sur un revécu, sur une proximité retrouvée avec son passé, entraînant que ce qui était contenu dans ce passé se redonne de façon vivante, chaude, proche. L’évocation est donc caractérisée par la précision de sa relation à un vécu passé spécifié (il n’y a pas d’évocation d’un vécu en général), par l’absence d’effort de remémoration (qui signalerait la mise en œuvre d’autres actes de rappels et la perte de l’évocation dans la mesure où celle-ci est un acte exclusif), par la verbalisation en « je » (le caractère personnel de mon passé est activement présent, ce dont témoigne l’adressage personnalisé en je), et par l’éveil des états internes quand ils étaient prégnants (tensions corporelles, émotions, valences, douleurs, proprioceptions, postures qui se réactualisent). Jusque là tout semblait clair et bien défini pour repérer l’évocation.
Mais avec la mise en œuvre des techniques de dissociés, de la multiplication des exopositons, il nous est apparu progressivement que dans ces positions dissociées, tout en restant relié à la situation vécue passée de référence (V1), les états internes étaient beaucoup moins prégnants dans leurs effets, voire absents. Ce qui n’empêche pas de les « voir » dans la situation passée, mais les voir justement ne signifie pas les ressentir à nouveau.
Pourtant, le lien à la situation passée, la précision et l’abondance de la remémoration, semblait être maintenue, sans efforts supplémentaires. Pire, quand nous mobilisons des instances qui sont des mentors, c’est-à-dire non plus des co-identités de soi, mais en faisant appel à des personnages réels ou imaginaires qui perçoivent la situation passée, ils semblent tout à fait bien branchés sur le passé, et même ils y observent et décrivent des aspects que l’interviewé dans sa position de départ ne se remémorait pas, ou ne discriminait pas dans son passé.
On avait à faire à une évocation « froide », sans la chaleur de la subjectivité, propre à l’évocation habituelle. Une évocation quand même dans la mesure où la qualité de précision de la remémoration du vécu est conservée sans effort (le critère de l’effort est essentiel pour discriminer entre l’acte d’évocation et les autres modes de rappel, l’absence d’effort signale le caractère involontaire de la remémoration).
Je propose de nommer ce type d’évocation une « évocation dissociée ».
 
Cette appellation me paraît cohérente avec les techniques de dissociation mise en œuvre, mais aussi avec les vocables et les pratiques de la PNL, relativement aux notions de « positions associées » et « positions dissociées ».
Une position associée, relativement au passé, contient nécessairement des éléments de sensorialité, et toujours plus que la canal visuel (par exemple de l’auditif, du ressenti, de l’olfactif). Si la seule information qui se donne est visuelle c’est un signe du fait que la personne n’est pas encore vraiment associée au passé, ou qu’elle pourrait l’être plus. L’intervieweur est alors invité à la guider pour qu’elle retrouve d’autres impressions sensorielles (par exemple avec des techniques de chevauchement sensoriel de la PNL). La position dissociée, est souvent synonyme de la seule présence d’informations visuelles, et un pas de plus est franchi dans le degré de dissociation quand la personne non seulement « voit », mais voit depuis l’extérieur d’elle-même (elle se voit par exemple).
Il existe au moins une technique précise  d’usage des techniques de positions dissociées qui ont pour but de permettre le retour sur les situations traumatiques passées, sans que la personne soit immédiatement entraînée dans une réaction émotionnelle forte, voire une perte de conscience. La technique consiste à proposer à la personne d’imaginer de projeter la vision de son passé (traumatique ) sur un support numérique que l’on peut interrompre à tout moment avec une télécommande et de le visualiser sur un écran télé (mise à distance, canal visuel privilégié, contrôle facile). Si c’est nécessaire, il est possible d’introduire une double dissociation, en proposant à la personne de se protéger en imaginant de se mettre « elle-même » dans un coin éloigné de la pièce, de telle façon qu’elle ne soit pas affectée par ce que voit son instance restée sur la chaise et regardant la télévision. On a bien là une technique d’évocation dissociée.
Dans nos expériences d’évocation dissociée, ce qui nous a surpris, c’est le maintien en prise avec le passé comme quand l’évocation est chaude, touchante, sensoriellement riche. La froideur de l’évocation, son caractère distancié, ne semble rien changer à la possibilité d’opérer le réfléchissement du passé, sa prise de conscience, alors que l’engagement subjectif paraît moindre.
Chercher ici à cerner cette conduite d’évocation dissociée est pour moi ouvrir une porte à faire de nouvelles expériences lors de la prochaine Université d’été pour vérifier, discriminer, explorer ses propriétés.
 
 
 
 
 
 
 

Le paradoxe de « l’évocation dissociée ». Propositions pour un nouveau concept.   Depuis plusieurs années maintenant, no...

Lire la suite »

La prise en compte des modes d’adressage dans l’entretien d’explicitation : je, JE, il, elle, ça : l’agentivité au centre de l’autoréférence.

 

La prise en compte des modes d’adressage dans l’entretien d’explicitation : je, JE, il, elle, ça : l’agentivité au centre de l’autoréférence.

 

1/ Lors d’un entretien d’explicitation, il y a l’étape initiale de la mise en évocation comme condition de l’accès à la mémoire du revécu, c’est un fondamental de notre pratique. Dans ce cadre, l’intervieweur est très attentif à ce que l’interviewé s’exprime en « je » comme signe qu’il accède à une parole incarnée, indiquant qu’il se place de son point de vue, et donc qu’il est bien relié à son vécu passé. Une autre façon de le dire est que l’on recherche le signe d’une parole agentive, c’est-à-dire d’une parole dans laquelle l’interviewé se place comme agent (responsable, cause, source) de ses actes : je fais, je vois, je pense, je me dis etc …

C’est une première approche du sens de l’usage du « je », qui s’appuie sur la distinction entre s’exprimer comme agent ou pas. Quand l’interviewé s’exprime en « on », en « nous », en « tu », qu’il parle des autres ou des circonstances, il ne se place pas comme agent, plutôt comme témoin, comme pédagogue qui explique, et nous savons que ce faisant , il ne peut pas avoir accès à la remémoration de son vécu passé.

Mais :

2/ Quand nous passons dans le monde de l’intra psychique, c’est-à-dire de la description très détaillée de la subjectivité lors de micro transitions propres aux prises de décisions (choisir de se déplacer à tel endroit plutôt que tel autre, par exemple), il va falloir aller plus fin et pour cela différencier différentes source d’agentivité.

Ce que j’ai nommé provisoirement de la façon la plus neutre possible : les instances. Chaque instance que l’interviewé distingue en lui-même, l’est parce qu’elle est une source, une cause, une origine dynamique d’agentivité. (Mais cela ne veut pas dire que cette instance fonctionne toujours de façon positive et propulsive, tous les cas de figures sont imaginables et ont déjà été rencontré : force d’immobilisation, blocage, force de refus etc.)

Dans cette deuxième étape, l’agentivité reste au centre de mon raisonnement, mais elle se déploie suivant une multiplicité d’instances. Ces instances apparaissent parce qu’il y a négociation, parce qu’il y a perception de plusieurs forces d’agentivité. Une instance de moi veut y aller (par exemple, mon corps est vécu comme déjà tourné, déjà en mouvement vers …), une autre instance a peur, hésite (« ma tête, se demande si c’est une bonne chose, et s’il ne vaut pas mieux retenir le mouvement naissant), et une troisième exerce une influence modératrice et donne un tempo délicat et positif au mouvement (dans l’exemple que je résume ici, l’interviewé parle de son émotion qui module le mouvement dans une douce gradualité). Tous les exemples que j’ai vécu se sont traduits par la mise à jour d’une multiplicité d’instances, qui m’apparaissent d’autant mieux qu’elles sont contrastées et imposent une forme ou une autre de d’échange intérieur (pas forcément avec des mots).

Du coup l’adressage qui permet de verbaliser ce qui se passe avec chacune des instances distinguées devient inhabituel et peut poser de gros problèmes d’intelligibilités. L’exemple le plus délicat est celui de l’ambiguïté du « je », que nous avons envie de distinguer d’une notation comme « JE », ou « J ».

3/ De « je » à « J ».

Dans le premier point de ce billet, j’ai rappelé l’intérêt de voir apparaître l’adressage en « je » comme signe d’apparition de l’agentivité. Mais quand l’agentivité est distribuée entre plusieurs instances, le « je » devient insuffisant. Dans le discours des interviewés apparaît le besoin de dire que c’est « il » qui donne l’impulsion, et même quelques fois la nécessité s’impose de dire que « ça » se fait (on a carrément perdu la dimension personnalisante du il ou elle). Mais entendez bien que c’est une façon de dire que ce n’est pas « J » qui est cause.

Quand il y a plusieurs sources d’agentivité, plusieurs instances, le « je » perd son sens, il est trop global, il ne se prête pas à des différenciations.

En fait, cela fait prendre conscience que le « je » habituel, s’il est important à repérer comme preuve d’agentivité en contraste avec son absence globale, ce « je » n’est que la notation commode, habituelle de la cohérence inter-expérientielle. J’emprunte ce vocabulaire à un auteur autrichien (W. Fasching, The mineness of experience.). Je n’utilise pas le terme « d’identité » ou de « moi », mais plutôt l’idée que toutes mes expériences sont assemblées pour moi par une continuité, quelques soient les transformations de mon corps au fil des âges, de mes pensées, de mes rôles etc. Le « je » qualifie bien l’agentivité, mais de façon globale, indifférenciée, nous avons besoin de plus de précisions quand nous entrons dans la description fine de l’intrapsychique.

Dans ce cas, le fait d’écrire « J » ou « JE », désigne une des instances parmi d’autres. Le plus souvent l’instance la plus familière, celle à partir de laquelle mes décisions et mouvement semblent s’originer le plus fréquemment. Cela ne préjuge pas de façon générale que ce « JE » soit la tête, la rationalité ou encore la pensée, les différences entre les individus sont suffisamment grandes pour que J soit le corps, ou une partie du corps, l’émotion, le cœur, out tout autre désignation subjectivement adéquate à chacun.

 

Le point important que je veux souligner c’est que noter JE ou J ne s’oppose pas à la notation habituelle en « je », sinon qu’elle s’inscrit dans une perspective différente : dès que j’utilise JE, c’est que la description prend en compte la multi agentivité des différentes instances. Mais alors …

 

4/ Mais alors, je dois devenir vigilant d’une nouvelle manière à l’utilisation que l’interviewé fait de … « je ». Car dans la description des délibérations intimes, dans la description des attributions d’agentivité lors d’une prise de décision, il devient important de vérifier que le « je » spontané, ne se mélange pas avec JE, l’instance qui est une des protagonistes intérieurs.

Il faut apprendre à dire : JE est indécis (comme on dirait x est indécis), et non plus « je » suis indécis. Le premier désigne une des instances, le second s’attribue toute l’agentivité et nous fait perdre les distinctions subjectives.

C’est difficile ! Il y a tout un apprentissage d’arrêter de s’attribuer globalement toute l’agentivité, et de s’exprimer en : « il » ne sait pas encore ; ou : « ça » le conduit à cet endroit : de façon à respecter soigneusement la description des différences instances de soi.

 

5/ Finalement ce qui traverse ce billet et qui est prégnant depuis l’Université d’été 2015 c’est le concept d’agentivité. Il devient le moteur de la discrimination entre « je » et JE, et plus loin de la prise en compte des différentes sources d’agentivité en soi lors d’une prise de décision, d’un débat intime.

 

 

  La prise en compte des modes d'adressage dans l'entretien d'explicitation : je, JE, il, elle, ça : l’agentivité a...

Lire la suite »

Illustration du billet de Pierre, Agentivité, instances de soi, outils pour la description des micros transitions de vécu dans l’entretien d’explicitation. Maryse Maurel

Illustration du billet de Pierre, Agentivité, instances de soi, outils pour la description des micros transitions de vécu dans l’entretien d’explicitation.

Maryse Maurel

Je voudrais revenir sur un épisode traumatique pour moi que j’ai pu reconfigurer par un recadrage en allant chercher

a/ la reconstitution de ce vécu (qui d’après mon estimation a duré cinq ou six secondes),

a/ qui de moi a agi dans ce moment très difficile,

b/ quels étaient (éventuellement) les schèmes sous-jacents et les instances agissantes.

1. Les faits, le déroulement temporel

En rentrant du séminaire de janvier, je me suis très brièvement endormie au volant de ma voiture, assez longtemps pourtant pour franchir une haie à gauche de la route et me retrouver deux mètres plus bas dans le jardin privé d’une résidence secondaire heureusement inoccupée en hiver. Il était 3h de l’après-midi, par un grand soleil et sous un mistral violent. Il m’a fallu quelques jours pour pouvoir laisser revenir ce moment et retrouver en évocation ce qui s’était passé. Le choc du passage de la haie m’a brutalement réveillée et a aussi freiné la voiture, j’allais très doucement parce que j’étais sur une toute petite route, à moins d’un kilomètre de chez moi. Pas le temps d’avoir peur et j’ai atterri en douceur dans le jardin ; pour preuve, l’airbag ne s’est pas déclenché. Et après, JE ne savait[1] plus et pourtant, la voiture était passée entre deux arbres, tellement juste que les deux rétroviseurs ont été arrachés et le haut s’est cabossé, dans un grand bruit, elle a évité à quelques centimètres près un abri de jardin et s’est arrêtée juste à temps devant un autre petit bâtiment. Avec le sentiment que JE n’avait rien fait d’autre que ne rien faire, que ça s’était fait.

2. Un peu d’auto-explicitation

Comme ma voiture n’est pas une voiture intelligente, j’ai dû chercher qui de moi avait agi, quel schème avait été activé à mon insu. J’ai pu retrouver les petits mouvements de mes mains sur le volant pour passer pile poil entre les deux arbres, la découverte de l’abri et de l’autre bâtiment derrière les arbres, le brusque mouvement pour tourner à gauche et éviter l’abri, une pensée fugitive et non formulée que la voiture allait s’écraser contre le deuxième bâtiment, la tension extrême de mon corps qui s’est cabré pour appuyer le plus fort possible sur la pédale de frein, j’ai retrouvé le contact de mon pied droit sur la pédale et sur le plancher de la voiture qui s’est immobilisée en calant. JE est alors revenue dans son corps et dans la voiture, j’ai tout de suite tourné le démarreur, le moteur est reparti, j’ai roulé jusqu’à une allée, que j’ai suivie pour me retrouver devant un portail. Je suis sortie de la voiture, le portail était fermé à clé et en me retournant, j’ai vu arriver un voisin qui m’a prise en charge. Il est évident que l’un des schèmes activés est celui de celle qui conduit des voitures depuis plus de cinquante ans. Mais il restait autre chose, quelle part de moi a laissé faire la conductrice, ici le lâcher prise était accompli par le fait de mon endormissement. Mais qui a pris les rênes ? Et qui a empêché JE de les reprendre. En continuant à laisser venir, j’ai contacté un état interne de calme et d’attente, attente du dénouement. Je fais l’hypothèse que c’est l’obstinée qui a agi, celle qui ne renonce pas, qui tente le tout pour le tout. Calme, tout faire pour limiter les dégâts. D’aucun pourrait l’appeler instinct de survie, ange gardien ou envie de vivre. Aucun mot ne me convient, mais c’est quelque chose de cet ordre-là. Je ne trouve rien de plus pour le moment.

La seule chose qui m’est revenue de l’activité de JE, en plus de l’état interne de calme, c’est aussi une attente et après le contournement de l’abri, une attente du choc qui paraissait inévitable pour JE.

Et le recadrage ? Tout simplement, dans cet épisode violent et difficile, j’ai découvert une belle ressource en moi. Je ne suis pourtant pas prête à me rendormir au volant pour valider cette expérience.

3. Interprétation

Reprenons maintenant avec la grille suggérée par Pierre dans son billet Agentivité, instances de soi, outils pour la description des micros transitions de vécu dans l’entretien d’explicitation.

Comment faire tourner sur cet exemple le concept d’agentivité et comment répondre à la question « Qui de moi a agi, qui de moi a fait quelque chose ? ». Ce dont je rends compte ici est un vécu où j’ai eu le sentiment très fort, en y revenant en auto-explicitation que « ça avait pris le relais et que ça avait fait ce qu’il fallait pour qu’il n’y ait pas de choc, ou pour le limiter ». J’ai pu saisir ce sentiment intellectuel pour le déplier et le décrire parce que nous faisons régulièrement nos footings psycho-phénoménologiques et que je deviens plus experte pour saisir ces petites choses ténues que j’aurais sûrement laisser passer il y a quelques années encore. Et si je peux le décrire un peu, c’est parce que nous avons développé un vocabulaire adapté et des catégories pour en parler.

Il y a eu à « mon » insu l’engendrement et l’activation d’actes tout à fait adaptés et pertinents pour ce qui était en train de se passer : manœuvrer le volant pour glisser la voiture entre les deux arbres, éviter l’abri en braquant à gauche et freiner pied au plancher (avec les contacts que j’ai retrouvés sous mon pied droit, cette expression prend tout son sens) et de toutes mes forces. Ce sont mes mains, mes pieds et mon corps qui l’ont fait.

Où était l’origine (ou les origines) de ces actes ? Pierre propose d’appeler instance ce qui est à l’origine. La première origine est l’instance de celle qui conduit depuis longtemps et qui a éduqué des réflexes et des décisions dont JE ne suis pas toujours consciente. Quand je suis derrière une voiture et que ses feux arrière s’allument, ça freine, le plus souvent sans JE. Ici, alors que j’étais sonnée par le passage à travers la haie, mes mains, mes pieds et tout mon corps se sont parfaitement coordonnés.

Je n’ai pas retrouvé de phase de négociation, aussi brève fût-elle. Soit, il n’y en a pas eu parce que c’était trop rapide, parce que le seul but de ce qui agissait ainsi était de me sortir de là avec le moins de dégâts possible, soit je ne trouve pas l’accès.

JE était très calme et confiant pendant ce bref moment, la rafale négative est arrivée le soir et surtout quelques jours après, quand j’ai eu réglé les histoires de garage, d’assurance et quand je retourné dans le jardin de la chute pour faire le point des dégâts avec les propriétaires. Je me suis mise à trembler quand j’ai vu les deux arbres. Dans un état conscient j’aurais essayé de les contourner et surtout pas de passer entre les deux, ce qui aujourd’hui me paraît toujours aussi impossible et irréel. Alors qui a pris la décision de tout lâcher, de la laisser faire, de ne pas mêler JE à ces manœuvres ? Dans l’état de notre théorisation actuelle, la seule réponse possible est que c’est le Potentiel. Mais encore, qui ou quoi du Potentiel. Ces réponses sont difficiles à trouver en auto-explicitation et difficiles à mettre en mots. Mais ça progresse.

« Tu as eu de la chance ! » m’a-t-on dit. Oui, on peut le dire comme ça, mais je me demande si nos footings psycho-phénoménologiques n’ont pas contribué à ce que JE ne tente pas de reprendre les rênes et à laisser faire les instances expertes dans cette situation.

 

[1] Ce n’est pas une faute d’orthographe, je traite JE comme une instance parmi les autres.

Illustration du billet de Pierre, Agentivité, instances de soi, outils pour la description des micros transitions de véc...

Lire la suite »

Dissociation et réflexivité

Dissociation et réflexivité, deux manières de nommer la propriété fondamentale de la conscience

Dans la pratique de l’entretien d’explicitation depuis plusieurs années nous avons essayé d’élargir les possibilités d’accès introspectives au vécu en introduisant des techniques de « changement de point de vue »  ou encore des techniques de dissociation (pour moi c’est synonyme).

Fondamentalement ces techniques sont inspirées des praticiens de la psychothérapie, qui les ont inventé en bénéficiant de l’extraordinaire permissivité expérientielle propre à ce domaine. Par exemple, ce que Perls a inventé en ajoutant une seconde chaise, pour que le patient puisse changer de place et parler de ce qui se passe, de ce que vit « l’autre » toujours assis (en imagination) sur la chaise initiale ; ou toutes « les stratégies des génies » de Dilts, qui reposent sans cesse sur le fait de proposer des emplacements spatiaux distincts de la situation initiale pour faire parler de ce que peut dire un mentor, soi-même à un autre âge, ou une partie de moi qui est experte et va considérer le problème du point de vue de cette expertise. Depuis le travail avec les sub-personnalités des Stone, des co-identités de l’analyse transactionnelle faisant appel séparément à l’adulte, l’enfant, le parent ; l’Internal system family de Schwartz ; le dialogue avec un personnage de son rêve dans l’imagination active de Jung ;  les péripéties et dialogue des scénarios des rêves éveillés dirigés, (et je ne cherche pas à être exhaustif), toutes ces techniques ont multipliées les possibilités de faire intervenir différentes places et différentes instances de soi.

Un point important que je veux souligner, est que le fait que ces techniques se soient créées dans le domaine de la psychothérapie au sens large, ne suppose pas que leur emploi implique ce cadre là. Au contraire, on peut penser que ce cadre-là n’a été, au final, qu’un moyen pour explorer la subjectivité dans un point de vue en première personne, et qui donne des indications sur les possibilités de la conscience en général !

Ce transfert de la psychothérapie a l’étude expérientielle de la subjectivité a été possible parce que je me suis moi-même formé à la plupart de ces techniques, que j’en ai fait l’expérience, que j’ai guidé d’autres dans leur pratique et apprentissage, et surtout, que je ne suis pas resté limité dans un point de vue de praticien, mais que j’ai passé ma vie professionnelle a l’insérer dans la recherche, dans la formation expérientielle de chercheurs devenus des pratiquants experts.

Après ce préambule, un peu long, mon billet porte sur le concept de dissociation. Dans les années précédentes, beaucoup de résistances se sont exprimées dans le groupe de recherche sur l’explicitation (GREX) pour utiliser ces concepts. L’argument principal étant qu’ils renvoyaient trop à une connotation négative liée à la psychiatrie, à la schizophrénie, aux personnalités multiples, à la maladie.

Il est vrai que le concept de dissociation a été mobilisé principalement par la psychiatrie et la psychologie pathologique. C’était inévitable, parce qu’il y a plus d’un siècle que la psychologie a totalement abandonné l’expérience subjective, qu’elle a renoncé à la pratique encadrée de l’introspection pour documenter le point de vue en première personne ! La seule discipline qui n’a pu en faire l’économie est la psychiatrie et il n’est resté que cette voie de catégorisation liée aux pathologies mentales les plus graves. Dans le même ordre idée la réussite sociale de la psychanalyse freudienne a fait que le concept d’inconscient est connoté par les idées de censure, de refoulement, par les névroses, la pathologie. Alors que bien avant Freud des philosophes avaient bien vu le fonctionnement d’un inconscient normal, lié à l’activité habituelle de la pensée et des actes (voir le philosophe Vaysse L’inconscient des modernes, par exemple).

Si l’on sort de ces connotations pathologiques, le concept de dissociation renvoie à un phénomène normal, habituel, non pathologique, exhibant une propriété fondamentale de la conscience : la réflexivité. C’est-à-dire la séparation basique entre le pôle égoïque et ce qu’il prend comme objet (de pensée, de visée perceptive, d’imagination).

La conscience est fondée sur la possibilité de se diviser, de se rapporter à un objet qui est le contenu de la propre pensée du sujet. Le symbole du miroir, ou le mythe de Narcisse (voir Legendre) sont là pour illustrer maladroitement cette division fondatrice de la possibilité de prendre conscience. Pourquoi maladroite ? C’est qu’elle semble figurer métaphoriquement une division qui serait séparatrice. Le sujet perd son unité par l’introduction d’un lieu qui n’est pas lui (le miroir). Au lieu d’être comme un pli de soi-même, qui distingue mais ne coupe pas, le miroir introduit une scission séparative. Or quand j’écris un texte, puis que je le relis, que je le reprends comme objet de pensée, à la fois je me divise, et à la fois mon unité identitaire n’est pas menacé par cette scission, ce pliage. La pathologie mentale s’introduit quand ce pliage est vécu comme une perte de l’unité du tissu constituant et comme introduisant un étranger.

Donc l’idée de base est que la division entre un pôle égoïque qui vise et ce qui est visé est la base de la réflexivité, de la normalité du fonctionnement de la conscience.

Ce que la pratique expérientielle montre, c’est qu’il est facile de moduler les conditions de cette réflexivité, (de cette dissociation qui ne fait pas perdre l’unité d’ensemble de la personne). Il est, par exemple, possible de changer l’adressage : au lieu de parler en Je, je peux parler à la troisième personne en il ou elle, ou au pluriel avec un nous, ou utiliser mon prénom, un surnom, et même plus. Ce qui est intéressant, c’est que chacun de ses adressages permet de décrire des facettes différentes de l’expérience. Le pas suivant est d’introduire une séparation spatiale entre une position d’origine où le sujet s’exprimait en « je » et une nouvelle position géographiquement distincte (réelle ou imaginaire) depuis laquelle un autre « sujet » s’exprime au « nom de celui qui occupe cette nouvelle place » et qui a l’intention de viser la première pour s’en informer. Cet autre sujet, peut être moi maintenant prenant de la distance, mais il est possible de solliciter aussi « moi » à d’autres âges, ou moi relativement à des rôles particuliers, comme ceux liés à une expertise que je maîtrise bien. Il est encore possible, de positionner à cette place d’autres que moi, des personnes de références réelles (un professeur, un parent) ou imaginaire (un personnage de film, de roman). Il est enfin possible de convoquer un « joker » dont on découvrira la personnalité et les compétences quand on sera dans la nouvelle place.

Nous sommes toujours dans le cadre de la réflexivité, simplement nous manipulons les filtres, les points de vue. Ce qui nous a profondément étonné, c’est que chacune de ces variations réflexives, peut produire de nouvelles informations ! De nouvelles données subjectives décrivant le contenu de l’expérience de référence qui est en cours d’explicitation. Je n’ai pas de théorie sur ce qui pourrait expliquer pourquoi ces variations de positions ou d’instances sont si fécondes et pertinentes. Le point le plus important à l’heure actuelle est qu’elles révèlent des propriétés de la conscience réfléchie nouvelles et qui doivent être prises en compte par la recherche, et tout autant par les praticiens de la relation comme les formateurs, entraîneurs, enseignants, rééducateurs etc …

 

 

Au final, créer de la dissociation, mettre en place un dissocié, ce n’est ni plus ni moins que de créer de la réflexivité, de la conscience (de la prise de conscience). Il n’y a là rien de pathologique, même si cela peut le devenir dans des cas particuliers.

Mais nous avons l’habitude de penser la réflexivité comme simplement « penser sur sa pensée », la manipulation des places, des co-identités, des instances, des adressages permet d’élargir la pratique de la réflexivité et de la prise de conscience à la fois de façon normale (sans drogue, sans pathologie, sans épreuve initiatique, sans prières, …) et créative. Le propre de la conscience est de pouvoir indéfiniment moduler des scissions réflexives, des plissements,  sans que l’identité de la personne qui s’y prête ne soit coupée. La conscience est d’une plasticité extraordinaire, il est possible de le découvrir, de l’explorer, sans faire plusieurs années de retraite, sans absorber des substances particulières, sans être malade. Cela ouvre à un renouvellement des conceptions de la conscience réfléchie par la prise en compte de l’expérience que l’on peut en faire.

La dissociation n’est pas une maladie ou une opération cognitive qu’il faut craindre, c’est une manière d’amplifier la réflexivité de chacun et d’accroitre fortement ce dont nous pouvons prendre conscience de nous-même. Chiche ?

 

Dissociation et réflexivité, deux manières de nommer la propriété fondamentale de la conscience Dans la pratique de l’en...

Lire la suite »

Les niveaux de description du vécu N3, N4 chez Fred Vargas : Les alertes d’Adamsberg ! (version 2)

Les niveaux de description du vécu N3, N4 chez Fred Vargas

Les alertes d’Adamsberg ! Un morceau d’anthologie !

(citations extraites de « Sous les vents de Neptune ») (version 2)

 

Rappel

Je désigne par N3 (abréviation pour « Niveau 3″, c’est-à-dire « niveau 3 de description du vécu de l’action »), les signes, les symptômes, du fonctionnement invisible du Potentiel (Potentiel : c’est-à-dire, ce qui est inconscient considéré dans sa dimension positive, productive, alimenté en permanence par mes expériences, et tout ce qui a un effet sur moi, qu’il soit conscient ou pas). Symptômes autrement nommés « sentiment intellectuel » ou pour certains « intuition ». Les N3 ne sont pas porteurs de sens par eux-mêmes, mais indiquent la présence d’un sens sous-jacent qu’il faut décoder. Les extraits qui vont suivre sont essentiellement la mise en scène par l’auteur d’une succession de N3 pour le commissaire Adamsberg, et un premier niveau de mise en sens, au niveau 4.

Donc, par N4, je désigne le sens caché des N3. Ce sens peut se donner de différentes manières complémentaires et plus ou moins explicite. La prise de conscience du (des) schème(s) à l’œuvre va donner du sens à ce qui ne paraît pas en avoir. C’est-à-dire, que ce ne sont pas seulement les événements du passé qui donnent du sens, essentiellement ils contextualisent, ils font le lien avec l’événement actuel qui déclenche leur rappel, mais, les schèmes de conduite qui se sont élaborés en réponse à ces évènements (par exemple : conduite de fuite, de recherche systématique d’une réponse, de renoncement à la trouver). De la même façon, le sens n’est pas seulement éclairé par la mise en évidence, l’actualisation, d’une co-identité, mais par les schèmes qui caractérisent l’organisation de l’action de cette co-identité (par exemple ici, le jeune homme, le frère, le policier, le commissaire). Ici le sens ou N4, est envisagé essentiellement comme étant révélé par le(s) schème organisateur sous-jacent et non réflexivement conscient au moment de leur mise en œuvre. Mais le caractère purement réactionnel aux N3 va limiter la démonstration, beaucoup plus claire pour les N3 que pour le N4. (Il faut aussi se rappeler que c’est un roman, pas une description de vécu effectif, probablement avec ces passages, on en apprends plus sur l’auteur que sur le personnage …).

 

Toute l’œuvre de Vargas (l’auteur) est parsemée d’exemples de sentiment intellectuel, d’intuitions, puisque la psychologie de son personnage principal, le commissaire Adamsberg, repose sur sa manière d’accueillir, de favoriser, de solliciter, les sentiments intellectuels spontanés ou recherchés, puis d’aller se promener le long de la Seine pour laisser se pointer les schèmes sous-jacents qui vont révéler le sens de ces signes du Potentiel. Ici, on aura progressivement une démarche de recherche active de l’événement passé déclenchant le sentiment intellectuel, dramatiquement soulignée par l’intensité des sentiments intellectuels, à la fois ressentis corporels envahissants et climat émotionnel très douloureux. Bien avant d’avoir les schèmes ou des co-identités on aura le surgissement de ressentis corporels aigus, accompagnés par un climat émotionnel puissant très négatif, auxquels vont s’associer discrètement des bribes de sens, liés à des détails de la situation vécue dans laquelle le sentiment intellectuel est apparu. Mais ces bribes de sens, ne suffise pas pour donner du sens, il faut que se découvre l’organisation complète de ce qui fait référence pour le Potentiel.

Le choix de cette série de petits extraits suit donc la mise en scène particulièrement progressive développée par l’auteur. Par sa volonté de nous surprendre dans la manière « inexplicable », « inédite », dont les N3 fondent sur Adamsberg, pour trouver une résolution quelques pages plus loin dans la révélation d’un événement déclencheur (N4) issu de sa jeunesse et porteur d’enjeux et de sentiments très puissants, puis de l’événement actuel déclencheur, le détail des schèmes activés ne sera, en fait, donné que dans la totalité du roman qui suit ce préambule.

On a donc un récit en trois temps : le premier qui accumule les épisodes intenses de sentiments intellectuels violents, incompréhensibles et douloureux ; le second qui se donne comme une explicitation a posteriori cohérente de l’origine dans le passé de tous les symptômes incohérents du début; le troisième, comme une explication du déclenchement actuel des sentiments intellectuels. Je numérote les cinq épisodes violents (incompréhensibles) qui vont apparaître successivement.

 

1/ Adamsberg est au commissariat avec son adjoint, p 13.

« - Vous ne pouviez pas le dire plus tôt? Demanda Danglard. Avant que je me tape tout ce rapport ?

- Je n’y ai songé que cette nuit, dit Adamsberg en fermant brusquement le journal. En pensant à Rembrandt. (Je met en souligné les passages qui vont avoir du sens plus tard, et qui sont décisifs pour l’intrigue alors que cela paraît encore anecdotique, secondaire. Mes commentaires sont en italique.)

Il repliait le quotidien à la hâte, déconcerté par un malaise brutal qui venait de le saisir avec violence, comme un chat vous saute sur le dos toutes griffes dehors. Une sensation de choc, d’oppression, une sueur sur la nuque, en dépit du froid du bureau. (premier sentiment intellectuel qui apparaît comme un pur ressenti corporel, sans signification qui lui soit directement reliée de façon consciente, mais déjà accompagné d’une atmosphère d’oppression). Cela allait passer, certainement, cela passait déjà. »

 

2/ Toujours au commissariat, prenant son café, p21.

« Il s’assit en travers de son fauteuil et souffla sur son café, portant son regard vers le panneau où étaient épinglés les rapports, les urgences et, au centre, les notes résumant les objectifs de la mission Québec. Trois feuilles proprement fixées côte à côte par trois punaises rouges. … Il sourit et avala une gorgée de café, l’esprit tranquille et même heureux.

Et il sentit soudain cette même sueur froide se déposer sur sa nuque, cette même gêne l’enserrer, ce chat griffu lui sauter sur les épaules. Il se courba sous le choc et reposa avec précaution son gobelet sur la table. (second sentiment intellectuel, on a là la manifestation répétée du même ressenti corporel) Deuxième malaise en une heure de temps, trouble inconnu, comme un étranger en visite inopinée, déclenchant un qui-vive brutal, une alarme. (Une petite avance dans l’accès à un sens futur, avec l’idée de l’étranger, le qui-vive, l’alarme).Il s’obligea à se lever, à marcher. Hormis ce choc, cette suée, son corps répondait normalement. Il se passa les mains sur le visage, détendant sa peau, massant sa nuque. Un mal-être, une sorte de convulsion de défense. La morsure d’une détresse, la perception d’une menace et le corps qui se dresse face à elle. (Perception d’un climat émotionnel se précisant, lié au ressenti corporel, mais aussi début d’une compréhension vague, reflétant approximativement des schèmes N4 : défense, menace, détresse, réaction en réponse. Mais lié à quoi ? Comme si les schèmes étaient en avance sur la cause de leur réactivation, et ce faisant apparaissaient simplement bizarres.). Et, à présent qu’il bougeait à nouveau facilement, lui demeurait une inexprimable sensation de chagrin, comme un sédiment terne que la vague abandonne au reflux . (là aussi, le sens qui se décante de ces sentiments intellectuels prends consistance, précision : sensation de chagrin, lié à quelque chose qui a été abandonné, et quand on connaît déjà le contenu de l’histoire, on voit apparaître discrètement le résumé d’une histoire tragiquement inaboutie).

Il termina son café et posa son menton dans sa main. Il lui était arrivé en des tas d’occasions de ne pas se comprendre, mais c’était la première fois qu’il échappait à lui-même. La première fois qu’il basculait, le temps de quelques secondes comme si un clandestin s’était glissé à bord de son être et s’était mis à la barre (perception d’une co-identité indéfinie qui prend la barre : le clandestin). De cela, il était certain: il y avait un clandestin à bord. Un homme sensé lui aurait expliqué l’absurdité du fait et suggéré l’étourdissement d’une grippe. Mais Adamsberg identifiait tout autre chose, la brève intrusion d’un dangereux inconnu qui ne lui voulait aucun bien. (Bribes de décodage : un clandestin à bord, un étranger, un danger, une menace, et sûrement pas une pathologie ordinaire comme une grippe). »

 

3/ Un peu plus tard, chez lui : (p 23)

« Décrassé, épuisé et douché, Adamsberg choisit de dîner aux Eaux noires de Dublin, un bar sombre dont l’atmosphère bruyante et l’odeur acide avaient souvent ponctué ses déambulations. . . Et la serveuse, Enid, à qui il commanda tranche de porc et pommes de terre. Enid servait les plats avec une antique et longue fourchette en étain qu’Adamsberg aimait bien, avec son manche en bois patiné et les trois dents irrégulières de sa broche. Il la regardait déposer la viande quand le clandestin ressurgit avec la brutalité d’un violeur. Cette fois, il lui sembla détecter l’attaque une fraction de seconde avant son déclenchement. Les poings crispés sur la table, il tenta de résister à l’intrusion. En tendant son corps, en appelant d’autres pensées, en imaginant les feuilles rouges des érables. Rien n’y fit et le mal-être passa sur lui comme une tornade dévaste un champ, prompte, imparable et violente. Et puis qui, négligente, abandonne sa proie et s’en va poursuivre son œuvre ailleurs. »(On a là un résumé, encore sibyllin pour le lecteur, de l’histoire qui revient à l’actualité et qui a laissé Adamsberg dévasté. Vous vouliez du ressenti corporel ! Eh ben, en voilà : rien moins qu’une tornade ! )

—————

Intermède, l’auteur introduit la référence à un psychiatre pour montrer que tout cela n’a pas de sens pour Adamsberg, et que ce professionnel ne l’aurait probablement pas aidé avec ses savoirs faire ou ses grilles de lecture.

p 24/25

« Son ami Ferez, le psychiatre, aurait sans doute cherché à identifier le mécanisme de l’irruption.(à retrouver la cause …). A déceler l’embarras caché, le tourment inavoué qui, tel un prisonnier, secouait soudainement les fers de ses chaînes. Fracas qui déclenchait les suées, les contractions, rugissement qui lui faisait courber le dos. Voilà ce qu’aurait dit Ferez, avec cette gourmandise soucieuse qu’il lui connaissait devant les cas inhabituels. Il aurait demandé de quoi il parlait quand le premier des chats griffus lui était tombé sur le râble. De Camille peut-être ? Ou bien du Québec ? (l’auteur se moque gentiment de la psychanalyse et autres décodages psychologique, mais suivra le même fil d’intelligibilité plus tard, en recherchant le déclencheur dans le vécu du jour).

Il marqua une pause sur le trottoir, fouillant dans sa mémoire, cherchant ce qu’il pouvait bien dire à Danglard quand cette première suée, lui avait serré le cou. Oui, Rembrandt. Il parlait de Rembrandt, de l’absence de clair-obscur dans l’affaire d’Hernoncourt. (Premières étapes d’une recherche de la cause du sentiment intellectuel, il cherche dans sa mémoire ce qui s’est passé lors de la première occurrence, et il arrive à retrouver le contexte, peut être même le déclencheur du sentiment intellectuel, mais il lui manque des éléments, et si c’était le cas, cela aurait un effet libérateur immédiat ). C’était à ce moment. Et donc bien avant tout palabre sur Camille ou le Canada. Surtout, il lui eût fallu expliquer à Ferez qu’aucun souci ne lui avait jamais fait dégringoler un chat fielleux sur les épaules. Qu’il s’agissait d’un fait nouveau, du jamais vu, de l’inédit. Que ces chocs s’étaient produits dans des postures et des lieux différents, sans le moindre élément pour les relier. (L’auteur en rajoute un peu dans le registre du totalement incompréhensible pour souligner à quel point ce qui se passe n’a pas de sens). Quel rapport entre la brave Enid et son adjoint Danglard, entre la table des Eaux noires et le panneau d’affichage ? Entre la foule de ce bar et la solitude du bureau ? Aucun. Même un type aussi fortiche que Ferez se casserait les dents là-dessus. Et refuserait d’entendre qu’un clandestin était monté à bord.

(L’auteur a épaissi le mystère, une récapitulation des moments sans pour autant y trouver du sens, la mise en scène de la psychologie impuissante, les trois lignes suivantes sont une transition dramatique, le calme avant la tempête …)

Il frotta ses cheveux, ses bras et ses cuisses, réamorça son corps. Puis il reprit sa marche, s’efforçant de recourir à ses forces ordinaires, déambulation tranquille, observation lointaine des passants, esprit voguant comme du bois flotté. « (En réponse à ces sentiments intellectuels brutaux, Adamsberg répond toujours par le même schème visant à rétablir son équilibre par des contacts physiques, il se frotte, et la marche, remède souverain).

——————

4/ La quatrième rafale s’abattit sur lui près d’une heure plus tard, alors qu’il remontait le boulevard Saint Paul, à quelques pas de chez lui. (La rafale est ici mise en scène sans éléments de contexte autre que la localisation, préparant l’analyse détaillée et illuminante qui va suivre, par un supplément de non-sens provisoire). Il plia sous l’attaque, s’appuya au réverbère, se figeant sous le vent du danger. Il ferma les yeux, attendit. Moins d’une minute après, il relevait lentement le visage, détendait ses épaules, faisait jouer ses doigts dans ses poches, en proie à ce désarroi que la tornade laissaient dans son sillage, pour la quatrième fois. Une détresse qui faisait affluer les larmes aux paupières, un chagrin sans nom. (joli double sens, le chagrin n’a pas de limite (premier sens de l’expression « sans nom », et il n’est pas reconnu (il n’a pas encore de nom).

Et ce nom, il le lui fallait. Le nom de cette épreuve, de cette alarme. Car ce jour si banalement commencé, par son entrée quotidienne dans les locaux de la Criminelle, le laissait modifié, altéré, incapable de reprendre la routine de demain. Homme ordinaire au matin, bouleversé au soir, bloqué par un volcan surgit devant ses pas, gueule de feu ouverte sur une indéchiffrable énigme.

Il se détacha du réverbère et examina les lieux, comme il l’eut fait pour une scène du crime dont il eût été la victime, à la recherche d’un signe pouvant lui révéler le nom de l’assassin qui lui frappait dans le dos. (Nouvelle stratégie de recherche de ce qui va pouvoir donner du sens, la co-identité de l’enquêteur et ses schèmes apparaissent, appliqués à sa propre situation. Mais le N4, le schème organisateur, est toujours absent, comment va-t-il en prendre conscience ? Il va choisir d’observer attentivement le lieu et le moment où il se situe en actualisant le schème de l’enquêteur, jusqu’à y trouver du sens à l’aide, dans un premier temps, de la science universelle de Danglard !) Il se décala d’un mètre et se replaça dans la position exacte où il se trouvait à l’instant de l’impact. Son regard parcourut le trottoir vide, la vitre sombre de la boutique sur sa droite, le panneau publicitaire sur sa gauche. Rien d’autre. Seule cette affiche éclairée offrait une nette visibilité dans la nuit, éclairée dans son châssis de verre. Voilà donc la dernière chose qu’il avait perçue avant la rafale. Il l’examina. La reproduction d’un tableau de facture classique, barrée d’une annonce : « Les peintres pompiers du XIX siècle. Exposition temporaire ».

Le tableau représentait un gars musclé à la peau claire et à la barbe noire, confortablement installé sur l’océan, entouré de naïades et trônant sur une large coquille. (Description pour le moment platement insensée, pour préparer la découverte du personnage ainsi représenté, et son nom, qui sera la clef du schème organisateur de la détresse). Adamsberg se concentra un moment sur cette toile, sans comprendre en quoi elle avait pu contribuer à déclencher l’assaut, pas plus que sa conversation avec Danglard, que son fauteuil de bureau ou la salle enfumée des Dubliners. (Le sens est caché, au delà des éléments factuels rassemblés, il y manque un principe organisateur). Et pourtant, un homme ne passe pas ainsi de la normalité au chaos sur un claquement de doigts. Il faut une transition, un passage. Là comme ailleurs et dans l’affaire d’Hernoncourt, il lui manquait le clair-obscur, le pont entre les rives de l’ombre et la lumière. Il soupira d’impuissance et se mordit les lèvres, scrutant la nuit où rôdaient les taxis à vide. Il leva un bras, grimpa dans la voiture et donna au chauffeur l’adresse d’Adrien Danglard.  »

p 27

Il dut sonner à trois reprises avant que Danglard, abruti de sommeil, ne vienne lui ouvrir la porte. …

(Il va réveiller Danglard en pleine nuit, le mettre dans un taxi pour retourner sur les lieux, ça c’est vraiment le personnage d’Adamsberg ! …)

« -Ici, dit Adamsberg en pointant son torse. Répondez-moi. Qu’est-ce que c’est ?

et seul Adamsberg était capable de distordre la vie ordinaire pour en extraire ces incartades, ces courts éclats de beauté saugrenue. Que lui importait alors qu’il l’arrache au sommeil pour le traîner par un froid mordant devant Neptune, à plus de minuit ?

- Qui est ce gars ? Répétait Adamsberg sans lui lâcher le bras.

- Neptune sortant des flots, répondit Danglard en souriant.

….

- Ici, reprit Danglard en promenant son regard sur l’affiche, le voici entouré de sa cour et de ses démons. Voici les bienfaits de Neptune, voici son pouvoir de châtier, figuré par son trident et le serpent maléfique qui entraîne dans les bas fonds. …

- Neptune, le coupa Adamsberg d’un ton pensif. Bien, Danglard, merci infiniment. Rentrez à présent, rendormez-vous. Et pardon de vous avoir réveillé.(Tout est mis en place pour que ça fasse sens, mais il manque encore qu’Adamsberg établisse lui-même le lien entre le personnage -Neptune- et le symbole majeur : le Trident, d’où le sens recherché émergera !).

p 31

Une fois chez lui, Adamsberg parcourut sa bibliothèque hétérogène à la recherche d’un livre quelconque susceptible de lui parler de Neptune. Il y trouva un vieux manuel d’histoire où, page 67, le dieu de la Mer lui apparut dans toute sa splendeur, tenant à la main son arme divine. Il l’examina un moment, lut le petit commentaire qui légendait le bas-relief, puis, le livre toujours en main, il se jeta sur son lit tout habillé, rincé de fatigue et de chagrin. (L’information se précise, mais elle est encore insensée… et l’auteur nous réserve encore une péripétie dramatique …)

5/ Le hurlement d’un chat se battant sur les toits le réveilla vers quatre heures du matin. Il ouvrit les yeux dans l’obscurité, fixa le cadre plus clair de la fenêtre, face à son lit. Sa veste suspendue à la poignée formait une large silhouette immobile, celle d’un intrus apparu dans sa chambre le regardant dormir. Le clandestin qui avait pénétré son antre et ne le lâchait pas. Adamsberg ferma brièvement les yeux et les rouvrit. Neptune et son trident. (là, ça y est … presque … le sens est tout proche ….).

Cette fois, ses bras se mirent à trembler, cette fois son cœur s’accéléra. Rien de commun avec les quatre tornades qu’il avait subies, mais de la stupéfaction et de la terreur.

….

A présent que l’alcool avait engourdi ses muscles, il pouvait réfléchir, commencer, essayer. Tenter de regarder le monstre que l’évocation de Neptune avait, enfin, fait émerger de ses propres cavernes. Le clandestin, le terrible intrus. L’assassin invincible et altier qu’il nommait le Trident. (Ca y est, on a la racine du schème passé qui s’actualise pour le moment comme émotion, sens de détresse et d’attaque personnelle, mais avec un nom qui résume toute une histoire). L’imprenable tueur qui avait fait chanceler sa vie, trente ans plus tôt. Pendant quatorze années, il l’avait pourchassé, traqué, espérant chaque fois le saisir et sans cesse perdant sa proie mouvante. Courant, tombant, courant encore.

Et tombant. Il y avait laissé des espoirs et, surtout, il y avait perdu son frère. Le Trident avait échappé, toujours. Un titan, un diable, un Poséidon de l’enfer. Levant son arme à trois pointes et tuant d’un seul coup au ventre. Laissant derrière lui ses victimes empalées, marquées de trois trous rouges en ligne.

Adamsberg se redressa dans son fauteuil. Les trois punaises rouges alignées au mur de son bureau, les trois trous sanglants. La longue fourchette à trois dents que maniait Enid, le reflet des pointes du Trident. Et Neptune, levant son sceptre. Les images qui lui avaient fait si mal, déclenchant les tornades, faisant affluer le chagrin, libérant en une coulée de boue son angoisse revenue.

Il aurait dû savoir, songeait-il maintenant. (typique, une fois le réfléchissement opéré, ce qui se donne paraît familier, déjà connu). Relier la violence de ces chocs à l’ampleur de sa longue marche avec le Trident. Puisque nul ne lui avait causé plus de douleur et d’effroi, de détresse et de rage que cet homme. La béance que le tueur avait creusée dans sa vie, il avait fallu, il y a seize ans, la colmater, la murer et puis l’oublier. (justification psychologique de l’oubli et de l’absence de prise de conscience immédiate). Elle s’ouvrait brutalement sous ses pas, ce jour et sans raison. (L’auteur nous prépare à la recherche de la pièce manquante, pour le moment il n’y a pas de raison à cet épisode. On a les liens associatifs de la marque du trident, mais on ne sait pas comment cela a débuté, quel est le déclencheur).

Adamsberg se leva et arpenta la pièce, bras croisés sur son ventre. D’un côté, il se sentait délivré et presque reposé d’avoir identifié l’œil du cyclone. Les tornades ne reviendraient plus. Mais la brutale réapparition du Trident l’effarait. En ce lundi six octobre, il ressurgissait tel un spectre passant soudainement les murailles. Réveil inquiétant, retour inexplicable. Il rangea la bouteille de genièvre et rinça soigneusement son verre. A moins qu’il ne comprenne pourquoi, qu’il ne sache pour quelle raison le vieil homme avait ressuscité. Entre sa paisible arrivée à la Brigade et le surgissement du Trident, il lui manquait à nouveau un lien. (On a l’événement déclencheur passé, qui donne sens aux sentiments intellectuels, mais on a toujours pas l’événement déclencheur actuel qui est à la source de l’apparition de ces sentiments intellectuels).

Il s’assit au sol, le dos contre le radiateur, les mains enserrant ses genoux, songeant au grand-oncle ainsi calé dans un creux de rocher. Il lui fallait se concentrer, fixer un point, plonger son œil au plus profond sans lâcher prise. (en pleine technique de mise en évocation …) Revenir à la première apparition du Trident, à la rafale initiale. Lorsqu’il parlait de Rembrandt donc, lorsqu’il expliquait à Danglard la faille de l’affaire d’Hernoncourt. Il se repassa cette scène en esprit. Autant mémoriser les mots exigeait de lui un effort laborieux, autant les images s’incrustaient aisément en lui comme des cailloux dans la terre molle. Il se revit assis sur l’angle du bureau de Danglard, il revit le visage mécontent de son adjoint sous son bonnet à pompon tronqué, le gobelet de vin blanc, la lumière qui venait de la gauche. Et lui, parlant du clair-obscur. Dans quelle attitude ? Bras croisés ? Sur les genoux ? Main sur la table ? Dans les poches ? Que faisait-il de ses mains ?

Il tenait un journal. Il l’avait attrapé sur la table déplié, et feuilleté sans le voir durant sa conversation. Sans le voir ? Ou bien au contraire en le regardant ? Si fort qu’une lame de fond avait jailli de sa mémoire.

(Il est 4 h du matin, mais il file à la Brigade et va dans le bureau de Danglard)

Il n’alluma que la lampe du bureau et chercha le journal. Danglard n’était pas homme à le laisser traîner sur sa table et Adamsberg le trouva rangé dans le meuble classeur. Sans prendre le temps de s’asseoir, il en tourna les pages en quête de quelque signe neptunien. Ce fut pire. En page sept, et sous le titre « Une jeune fille assassinée de trois coups de couteau à Schiltigheim », une mauvais photo reflétait un corps sur une civière. En dépit de la trame clairsemée du cliché, on distinguait le pull bleu pâle de la jeune fille et, au haut du ventre, trois trous rouges en ligne.

Adamsberg contourna la table et s’assit dans le fauteuil de Danglard. Il tenait entre les doigts le dernier fragment du clair-obscur, les trois blessures entraperçues. Cette marque sanglante tant de fois vue par le passé, signalant le passage du tueur qui gisait dans sa mémoire, inerte depuis seize ans. Que cette photo avait réveillé en sursaut, déclenchant la terrible alarme et le retour du Trident.

(L’auteur nous fait croire alors que l’histoire est finie … mais elle ne fait que commencer …)

A présent il était calme. Il ôta la feuille du quotidien, la plia, la fourra dans sa poche intérieure. Les éléments étaient en place et les rafales ne reviendraient plus. Pas plus que le Trident, exhumé sur un simple croisement d’images. Et qui, après ce bref malentendu, irait rejoindre sa caverne d’oubli. »

 

(En fait, le cadre du roman est posé et le Trident va nous occuper pour les 300 pages à venir de « Sous les vents de Neptune ». C’est pas beau ? Bravo à Vargas !)

 

*   *   *

D’accord, d’accord, c’est du roman, ce n’est que du roman, et, de ce fait, il y a tous les ingrédients imaginaires pour mettre en place une dramatisation progressive de l’intrigue de départ. Bien dans la manière des débuts de polards de Fred Vargas.

L’auteur a d’abord mis en scène des sentiments intellectuels puissants, puis dans un second temps, elle a décrypté ces sentiments intellectuels, très clairement liés à des épisodes passés, et qui font apparaître des schèmes de réponses désespérées à des traumatismes familiaux (perte du frère), plus larges (autres crimes ayant la même signature), et à des conduites d’échecs (il n’a jamais résolu l’énigme des meurtres du Trident), qui mobilisant des co-identités puissantes de frère, de jeune homme, d’entrée dans la professionnalisation, puis ce commissaire responsable mais ayant échoué. Dans un troisième temps, Vargas, nous révèle comment tout s’est déclenché dans le présent (la photo du crime dans le journal, avec la marque du Trident). Il va y avoir tout le roman pour voir comment les nouveaux schèmes professionnels et personnels d’Adamsberg vont se mobiliser et contrecarrer, contenir, les schèmes anciens.

Dans le cadre de l’entretien d’explicitation, nous travaillons la plupart du temps sur des sentiments intellectuels plus doux, plus anodins. Mais c’est l’intérêt de la « psychologie » de Vargas, incarné par son personnage principal Adamsberg et mis en contraste avec son adjoint « cerveau gauche » Danglard (plus quelques autres oppositions et complémentarités liées à la composition originale de la brigade), que de souligner la force et la dynamique du Potentiel ; d’illustrer ce qui est saisi en lui alors que  » J » [1]n’est pas au courant (à la troisième personne et non pas je ne suis pas au courant), sinon de façon indirecte par des effets inattendus, mais qui peuvent rester inaperçus ; de ce qui est reconnu en lui, qui déclenche, alors que » J » n’en est pas conscient.

Donc ces extraits invitent à réfléchir sur la notion de Potentiel. A la fois fondamentalement invisible (d’où la qualification négative in – conscient), mais manifestant son dynamisme par son expression spontanée émergente, sous forme de ressentis corporels, d’émotions, de prise d’informations qui se détachent sur le fond mais n’ont pas encore de sens. Et surtout, dans l’esprit du focusing et sa relation à Rogers, ce Potentiel, ouvre sur l’information qui peut s’en dégager permettant de comprendre l’organisation de la conduite qui est sous jacente à ces sentiments intellectuels. Organisation de la conduite qui est le propre du Potentiel. D’autres passages, dans d’autres romans, mettent bien en exergue le fait de se rendre accessibles à ces sentiments intellectuels quand ils sont fugitifs, presque en dessous du seuil de discrimination, et qu’il faut les saisir, ne va pas de soi, demande une sensibilité discriminante particulière, dans laquelle Adamsberg excelle et que l’on peut apprendre à exploiter dans l’entretien d’explicitation ! Et que nous apprenons à faire actuellement par la formation complémentaire au focusing, par l’utilisation des changements de point de vue, par l’exploration des dissociés, par la mise en œuvre de techniques comme la « fertilisation croisée », le Feldenkrais , et autres stratégies des génies tirées de la PNL et détournées dans le but d’accroître l’accès à la description des vécus dans l’esprit de l’entretien d’explicitation.

On a donc au final, une multitude de sentiments intellectuels comme ressentis corporels, émotions fortes, puis progressivement du sens partiel (partiel, parce qu’encore incompréhensibles) qui connotent ces sentiments intellectuels : désespoir, inconnu, étranger qui agresse, qui laisse dévasté après coup. Enfin, apparaît le lien intelligible avec des évènements passés, le Trident, liés à une série de meurtres quasi identiques, et irrésolus. Pour finir, on a déclencheur actuel, c’est-à-dire le détail des trois points rouges, vus dans le journal du matin, qui a fait démarrer les sentiments intellectuels.

Les premiers éléments de réponse d’Adamsberg sont purement réactionnels, il met en œuvre des schèmes d’effacement du stress, ce qu’il sait faire habituellement, se frotter le corps, la tête, se promener, boire. Avec la troisième rafale, apparaissent les premiers schèmes d’enquêteur, retrouver le moment, les informations qui y sont attachées. Ces schèmes iront jusqu’à mobiliser Danglard en pleine nuit, comme pour une enquête criminelle, puis à revenir à la racine, au bureau à 4 h du matin. C’est exactement ce qu’il aurait pu faire dans une enquête en cours. Mais on n’a là toujours, que les schèmes réactionnels au stress. Ensuite, on aura d’autres schèmes d’enquêteur :la série de meurtre a reprit, d’autres meurtres vont être recherchés pour savoir s’il y a bien un tueur en série une fois de plus, le scénario connu sera vérifié, puisqu’il est toujours le même : un individu ivre qui ne se rappelle pas ce qu’il a fait et qui a en sa possession un trident est accusé et ne peut se défendre ; la mesure attentive de l’écart des marques du trident montre des constantes plaidant pour la répétition du procédé. Le roman nous laisse à cette étape, sans une bonne description des schèmes (N4), il nous a livré les co-identité éveillées du passé, les événements déclencheurs. Il faut donc lire tout le roman … Merci Fred Vargas !

 

[1] Je cherche une notation nouvelle pour contraster « je » et « moi » comme un « lui » c’est-à-dire pouvoir parler de moi à la troisième personne, pour accentuer cette différence je note ce « je » par un « J » majuscule, sans e). Il y a donc J et lui.

Les niveaux de description du vécu N3, N4 chez Fred Vargas Les alertes d'Adamsberg ! Un morceau d'anthologie ! (citation...

Lire la suite »

La structure universelle de tous les vécus.

La structure universelle de tous les vécus, base d’orientation dans la pratique de l’entretien d’explicitation.

(Réponse à une question posée lors du colloque du RIFREQ mai 2015)

Pierre Vermersch

Lors de ma conférence et dans de nombreux textes récents,  je parle de la « structure universelle de tous les vécus » comme guide universel et permanent pour suivre et explorer l’intelligibilité de la description produite par l’interviewé.

Quelqu’un m’a demandé si j’avais formalisé cette structure.

Je n’ai pas produit une véritable formalisation, mais plutôt une systématisation qui permet de se repérer facilement d’une part dans la pratique du guidage et du suivi de l’entretien, d’autre part pour la recherche, dans l’étape de mise en forme des données des verbalisations recueillies en préparation à leur analyse.

Pour bien comprendre mon point de vue, il faut distinguer les propriétés génériques de tous les vécus et les propriétés spécifiques à chaque domaine de l’expérience.

La structure universelle se rapporte aux propriétés génériques. Elle est universelle parce qu’elle s’applique et elle est présente dans tous les vécus possibles.

A/ Structure universelle des propriétés génériques des vécus.

Fondamentalement, tout vécu est organisé par la temporalité. Ce que l’on peut comprendre de plusieurs façons.

1/  Tout vécu se déroule dans le temps, prends du temps à se produire.

C’est une définition triviale, ce qui est intéressant ce sont ses propriétés négatives.

Quand un auteur vous propose la description d’une expérience vécue sans aucune temporalité, il a quitté le vécu pour privilégier un événement particulier dont on ne sait comment il a commencé, par quelles étapes il s’est engendré, comment il s’est achevé pour laisser place à autre chose. C’est le cas très souvent chez les philosophes discutant de l’introspection, de la conscience, de l’expérience subjective. Tout ce que je lis en ce moment se rapporte à « voir une tomate », « se représenter une olive », « penser à de la rhubarbe », etc sans que jamais il y ait une prise en compte de la dynamique temporelle de l’expérience. Inversement, quand vous questionnez quelqu’un en entretien sur une activité qu’il a vécu, en écoutant ce qui vous est dit, vous pouvez vous poser la question en permanence de savoir si vous avez bien saisi le déroulement temporel.

- le déroulement temporel de tous les vécus est marqué par différentes structures qualitatives :

* il est radicalement irréversible, il se déroule de maintenant vers l’avenir, d’où l’importance de bien repérer les avant/après dans les prises d’informations qui fondent des décisions, des jugements d’appréciation qui déterminent la suite de l’engendrement du vécu.

* tout déroulement temporel a un début (relatif), une succession d’étapes, une fin (relative); avant chaque début est un ante-début qui peut être important pour la compréhension du déroulement ; après chaque fin, il y a une post-fin, qui peut être cruciale. Le terme de début et de fin est toujours relatif à des critères à préciser (changement de but, de lieux, de cycle, d’activité).

* chacun de ces temps, chacune de ces étapes, peut être lui-même fragmenté, décomposé dans sa description en unité plus petite, permettant d’atteindre le niveau de détail utile permettant de comprendre l’engendrement de la conduite. Par exemple, dans une thèse, l’étudiant décrit le fait que la première page d’un logiciel est lue trois fois. Automatiquement, cela renvoie à la nécessité de savoir comment est lue la première page, et plus encore, comment s’organise la lecture de la première phrase sur la première page etc …

* chacune de ces étapes et micros étapes est toujours organisés par structure qualitative : elle est précédée d’une prise d’information qui détermine le micro but et l’acte qui cherche à y répondre, elle est donc suivie par une action, une micro action, et se termine grâce à une prise d’information qui permet de savoir si son exécution a permis d’atteindre le but et détermine pour une part la décision de passer à l’étape suivante. (On est là très proche du modèle TOTE de Miller).

Pratiquement la fragmentation temporelle en micro étapes, se fait par le repérage des verbes d’action, et la relance sur comment la personne fait ce qu’elle fait.

Pratiquement la prise en compte de la structure qualitative, se fait en repérant le début et la fin, en tant que reposant sur des prises d’informations qui valident des critères de choix, de décision (Et comment vous saviez que c’était fini ? ), qui souvent est très implicites.

* chaque prise d’information est organisée par des critères, le plus souvent on a la verbalisation du résultat : le jugement (je savais, c’était facile, tout allez bien, etc). Il est toujours intéressant de faire  l’expansion des critères attachés aux prises d’informations

La structure temporelle qualitative repose beaucoup sur les prises d’informations qui orientent les choix des débuts et l’appréciation de la fin. Il est donc crucial de saisir les critères d’appréciation à un niveau d’expansion suffisant pour les rendre intelligible relativement à l’engendrement de la conduite vécue.

 

2/ Couches de vécu et qualités expérientielles des vécus

A coté des structures temporelles, toute expérience vécue est composée de nombreux aspects qui se déroulent simultanément, mais qui ne peuvent être décrits et visés que séparément : il s’agit de ce que j’ai nommé les couches de vécu. C’est-à-dire que tout vécu est composé d’une couche cognitive d’actions mentales ; d’une couche émotionnelle de valences, de sentiments, d’émotions ; d’une couche corporelle, posturale, gestuelle, ressentie ; d’une couche de croyance, de valeurs ; d’une couche identitaire (qui je suis quand je suis en train de vivre ça ? ) ; et plus.

C’est toujours présent, mais le chercheur et/ou le praticien n’est pas nécessairement intéressé par la totalité des couches de vécu. Se pose toujours la question de savoir quelle est l’information descriptive que l’on veut recueillir en fonction des buts que l’on poursuit.

 

B / Propriétés spécifiques

Chaque fois que l’on étudie un type de vécu qui n’a pas déjà fait l’objet d’une exploration descriptive, et pour lequel on a besoin de savoir qu’est-ce qui doit être décrit, quelles sont les catégories descriptives pertinents, alors le fait de savoir questionner, de maîtriser les structures universelles de tout vécu est insuffisant !

Si je veux comparer, comme je suis en train de le faire, la description du vécu de la mise en évocation propre à l’entretien d’explicitation et le vécu de l’induction de transe propre à l’hypnose eriksonnienne, je me retrouve devant la difficulté de distinguer les différents états psychiques, les différentes activités induites ou inhibée. Et pour cela, il faut inventer de nouvelles catégories descriptives. Par exemple, dans l’hypnose, il est assez facile de conduire la personne à faire en sorte qu’un bras se soulève tout seul, comment catégoriser ce fait ? Il faut découvrir la catégorie de l’agentivité (le fait de se sentir responsable de ce que l’on fait) et du coup la possibilité caractéristique de l’hypnose de la perte de l’agentivité, ce que l’on ne rencontre pas dans l’entretien d’explicitation. Chaque fois que nous avons eu à explorer un acte mental qui n’avait pas été « débroussaillé conceptuellement » auparavant, nous nous sommes retrouvé devant une forme d’impuissance et d’erreur, d’aveuglement qui s’est transformé par des reprises successives tirant parti des échecs premiers. Cela a été le cas dans la description de l’acte d’évocation, dans la description des mouvements attentionnels, c’est encore le cas dans les vécus de dissociation.

D’où l’importance dans les stratégies de recherche de donner un plein statut à l’analyse exploratoire, de privilégier une étude de cas approfondie à la perspective faussement rigoureuse d’un échantillonnage important.

 

Pour conclure

L’idée d’une structure universelle de tous les vécus organisée autour des structures temporelles qualitatives et des couches de vécu, n’est pas une théorie achevée et formalisée, son but est pragmatique : comprendre comment faire décrire un vécu pour le rendre intelligible, quel que soit ce vécu.

Le point privatif important est de repérer immédiatement dans l’exploitation d’exemples relatif au vécu s’il prend en compte ou non la temporalité, mais aussi quelle couche est privilégiée (y-en a-t-il d’autres qui auraient été pertinentes et qui sont absentes).

Enfin, il ne faut pas confondre la compétence acquise par la maîtrise des repères apportés par la structure universelle de la compétence qu’il faut sans cesse développer pour décrire des types de conduites qui n’ont jamais été étudiés dans un point de vue en première personne (et il y en a beaucoup !!!).

La structure universelle de tous les vécus, base d'orientation dans la pratique de l'entretien d'explicitation. (Réponse...

Lire la suite »

M. Bitbol, chap 12 « Comment la nature est elle nouée par et avec la conscience » ?

La conscience a-t-telle une origine (2014) M. Bitbol, chap 12 « Comment la nature est elle nouée par et avec la conscience » ? p541/602

Je termine la lecture de ce magnifique chapitre, les mots qui me viennent sont : extraordinaire, lyrique, visionnaire ! Pourtant ce n’est qu’un raisonnement suivi, il n’y a pas de grandes phrases romantiques ou spectaculaires. C’est juste qu’à le suivre depuis le début du livre et dans ce chapitre qui rassemble toute l’argumentation sur un point nodal, je suis emporté par la force visionnaire de son analyse. Quoi ? Vous voulez que je vous résume l’argument ? Non mais ça va pas ! Allez le lire. Découvrez ses démontages patients de la position matérialiste, la mise en place du concept de noeud (un lien réciproque et entrecroisé, si cela peut vous aider). L’analyse de l’expérience de référence du corps touchant-touché à la fois chez Husserl, mais surtout chez Merleau-Ponty (au passage  p.557 l’indispensable analyse temporelle de l’acte, qui parlera aux familiers des fondamentaux de la technique d’aide à l’explicitation). La reprise de l’analyse de la causalité à partir de la page 565, un peu de Kant, un peu de Varela. Le patient détricotage de la corrélation neuro-expérientielle, jusqu’au vertige assumé des conclusions qui en découlent.

La conscience a-t-telle une origine (2014) M. Bitbol, chap 12 "Comment la nature est elle nouée par et avec la conscienc...

Lire la suite »

Husserl et les actes réflexifs

Husserl Idée 1, § 77 La réflexion comme propriété fondamentale de la sphère du vécu. Etudes sur la réflexion.

Moi, je le titrerai : « Nécessité d’une explicitation de l’explicitation » (mais, bien sûr il ne le dit pas comme ça ! faute sans doute d’avoir fait le stage de base).

Husserl Idée 1, § 77 La réflexion comme propriété fondamentale de la sphère du vécu. Etudes sur la réflexion. Moi, je le...

Lire la suite »