La cohérence de l’entretien d’explicitation

Guider la prise de conscience du vécu passé : la cohérence de l’entretien d’explicitation.

But, besoin,

Je veux m’informer du vécu, pour intégrer ces données dans une recherche, pour comprendre les difficultés ou l’expertise, pour faire prendre conscience de ses savoirs faire.

Présupposés

Vécu : mon passé a existé, je l’ai vécu, définition : est un vécu un moment de ma vie à moi.

Rétention : mon passé vécu s’est mémorisé en moi passivement, en  conséquence je ne sais pas que je l’ai mémorisé, mais il s’est mémorisé beaucoup plus que ce que je crois.

Actions

0/ Viser : décider d’aller vers le vécu passé, même si je croie de ne pas m’en souvenir.

Une fois la décision prise :

1/ Accéder : guidage vers le “revécu” grâce à un paradoxe : solliciter l’involontaire !

– ce qu’il faut faire : induire le geste involontaire d’évocation, produisant le revécu,

– ce qu’il ne faut pas faire : demander de se souvenir, ou de faire un effort pour retrouver,

Une fois dans le revécu, garder cet état :

2/ Maintenir : garder dans le revécu, (mais surtout ne rien faire qui fasse sortir du revécu),

– ce qu’il faut faire : questionner, relancer, en visant la focalisation en cours dans le revécu,

– ce qu’il ne faut surtout pas faire : induire des actions mentales qui font sortir du revécu (demande de jugements, de raisonnement) ;

Dans cet état d’accès maintenu au revécu, explorer de manière méthodique.

3/ Explorer : guider la description du déroulement et des qualités de ce revécu,

– que faut-il savoir-faire pour guider ? faire fragmenter, reconstituer la chronologie, déployer les qualités, choisir les couches de vécu,

– que faut-il savoir pour guider ? Entendre les manques, les omissions, les incomplétudes.

– que faut-il éviter : questionner en nommant ce qui n’a pas encore été nommé. Les questions qui contiennent des informations ajoutées sont inductives et créent des fausses-mémoires.

 

Print Friendly

Guider la prise de conscience du vécu passé : la cohérence de l’entretien d’explicitation.

But, besoin,

Je veux m’informer du vécu, pour intégrer ces données dans une recherche, pour comprendre les difficultés ou l’expertise, pour faire prendre conscience de ses savoirs faire.

Présupposés

Vécu : mon passé a existé, je l’ai vécu, définition : est un vécu un moment de ma vie à moi.

Rétention : mon passé vécu s’est mémorisé en moi passivement, en  conséquence je ne sais pas que je l’ai mémorisé, mais il s’est mémorisé beaucoup plus que ce que je crois.

Actions

0/ Viser : décider d’aller vers le vécu passé, même si je croie de ne pas m’en souvenir.

Une fois la décision prise :

1/ Accéder : guidage vers le “revécu” grâce à un paradoxe : solliciter l’involontaire !

– ce qu’il faut faire : induire le geste involontaire d’évocation, produisant le revécu,

– ce qu’il ne faut pas faire : demander de se souvenir, ou de faire un effort pour retrouver,

Une fois dans le revécu, garder cet état :

2/ Maintenir : garder dans le revécu, (mais surtout ne rien faire qui fasse sortir du revécu),

– ce qu’il faut faire : questionner, relancer, en visant la focalisation en cours dans le revécu,

– ce qu’il ne faut surtout pas faire : induire des actions mentales qui font sortir du revécu (demande de jugements, de raisonnement) ;

Dans cet état d’accès maintenu au revécu, explorer de manière méthodique.

3/ Explorer : guider la description du déroulement et des qualités de ce revécu,

– que faut-il savoir-faire pour guider ? faire fragmenter, reconstituer la chronologie, déployer les qualités, choisir les couches de vécu,

– que faut-il savoir pour guider ? Entendre les manques, les omissions, les incomplétudes.

– que faut-il éviter : questionner en nommant ce qui n’a pas encore été nommé. Les questions qui contiennent des informations ajoutées sont inductives et créent des fausses-mémoires.

 

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.