Husserl et les actes réflexifs

Husserl Idée 1, § 77 La réflexion comme propriété fondamentale de la sphère du vécu. Etudes sur la réflexion.

Moi, je le titrerai : « Nécessité d’une explicitation de l’explicitation » (mais, bien sûr il ne le dit pas comme ça ! faute sans doute d’avoir fait le stage de base).
P 251« Le flux du vécu, considéré globalement, avec les vécus éprouvés sur le mode de la conscience non réfléchie, peut ainsi être soumis à une étude éidétique de caractère scientifique … »

« L’étude du flux du vécu de son côté est réalisée dans toutes sortes d’actes réflexifs qui ont une structure particulière ; ces actes à leur tour appartiennent eux-mêmes au flux du vécu ; ils peuvent donc et même doivent devenir l’objet de nouvelles analyses phénoménologiques, à la faveur d’une réflexion correspondante de degré supérieur.(V3 dans notre langage). En effet, dans l’élaboration d’une phénoménologie générale et la recherche de l’évidence méthodologique qui lui est absolument indispensable, ces analyses ont valeur de fondement. Elles ont manifestement une portée semblable pour la psychologie. Si l’on se contente de parler en termes vagues d’une étude du vécu dans le cadre de la réflexion ou du souvenir (identifié d’ordinaire à la réflexion) on n’a encore rien fait, sans compter les multiples théories erronées qui d’habitude se glissent dans le discours (faute précisément d’une analyse éidétique sérieuse), comme quand on déclare  qu’il ne peut pas y avoir de perception et d’observation immanentes ». (observation immanente = introspection).

Print Friendly

Husserl Idée 1, § 77 La réflexion comme propriété fondamentale de la sphère du vécu. Etudes sur la réflexion.

Moi, je le titrerai : « Nécessité d’une explicitation de l’explicitation » (mais, bien sûr il ne le dit pas comme ça ! faute sans doute d’avoir fait le stage de base).
P 251« Le flux du vécu, considéré globalement, avec les vécus éprouvés sur le mode de la conscience non réfléchie, peut ainsi être soumis à une étude éidétique de caractère scientifique … »

« L’étude du flux du vécu de son côté est réalisée dans toutes sortes d’actes réflexifs qui ont une structure particulière ; ces actes à leur tour appartiennent eux-mêmes au flux du vécu ; ils peuvent donc et même doivent devenir l’objet de nouvelles analyses phénoménologiques, à la faveur d’une réflexion correspondante de degré supérieur.(V3 dans notre langage). En effet, dans l’élaboration d’une phénoménologie générale et la recherche de l’évidence méthodologique qui lui est absolument indispensable, ces analyses ont valeur de fondement. Elles ont manifestement une portée semblable pour la psychologie. Si l’on se contente de parler en termes vagues d’une étude du vécu dans le cadre de la réflexion ou du souvenir (identifié d’ordinaire à la réflexion) on n’a encore rien fait, sans compter les multiples théories erronées qui d’habitude se glissent dans le discours (faute précisément d’une analyse éidétique sérieuse), comme quand on déclare  qu’il ne peut pas y avoir de perception et d’observation immanentes ». (observation immanente = introspection).

Print Friendly

3 Commentaires pour “Husserl et les actes réflexifs

  1. Après tout, on peut bien apprendre à apprendre ! Donc expliciter sa manière d’expliciter … facile ! y’a qu’à essayer !

    Reply
  2. Karim Kherbouche

    L’explicitation de l’explicitation, là je commence à avoir le vertige, Pierre ! C’est un peu le nirvana de l’explicitation.

    Reply
    1. Pour étudier la subjectivité il faut un outil, l’explicitation, mais pratiquer l’explicitation est aussi un vécu subjectif, si tu veux perfectionner l’explicitation il faut mener des entretiens qui explicitent le vécu du fait d’expliciter … mais on attrape le vertige facilement … je te l’accorde ….

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.